Les ultranationalistes assistent à un boom de l’organisation en Australie

0
37

L’extrême droite était en force lors du rassemblement anti-vaccination de septembre devant le bureau du Syndicat de la construction, de la foresterie, de la marine, de la fabrication et de l’énergie (CFMMEU) à Melbourne. Aux côtés des théoriciens du complot et des fascistes, cependant, quelques spécimens plus rares ont fait leur apparition.

Après avoir tourné en dérision les vaccinations obligatoires dans le BTP, l’un des intervenants a fait une analogie entre les manifestants rassemblés et « ces garçons qui se sont battus contre le communisme » en Croatie pendant la Seconde Guerre mondiale. C’était une référence à peine voilée au mouvement fasciste oustachi, ajoutant du poids aux informations selon lesquelles un petit nombre de sympathisants oustachis auraient infiltré le CFMMEU.

Mais qui sont exactement les Ustaše ? Quelle influence ont-ils dans la société australienne et dans quelle mesure leur présence reflète-t-elle une tendance plus large ?

Les Ustaše sont des fascistes ultranationalistes croates. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement oustaa a créé l’État indépendant de Croatie (NDH), un État fantoche allemand nazi, au sein de la Yougoslavie occupée. Dirigé par Ante Pavelić, le régime NDH Ustaša était responsable du génocide des Serbes, des Juifs et des Roms vivant sur le territoire qu’il contrôlait.

En effet, les crimes de guerre ont défini le règne bref mais brutal de Pavelić – les forces sous son commandement ont assassiné un demi-million de civils, dont cent mille dans le tristement célèbre camp de concentration de Jasenovac.

Le mouvement oustaa a émergé pendant la période mouvementée de l’entre-deux-guerres en Yougoslavie. En janvier 1929, suite à l’intensification de la polarisation sociale et politique, le roi Alexandre proroge le parlement yougoslave, réprime la dissidence et déclare la nation un royaume avec lui-même comme monarque absolu. Ces événements ont alimenté deux mouvements concurrents. Les organisations ultranationalistes se sont développées parmi les Croates et les Serbes, tandis que le Parti communiste de Yougoslavie (KPJ) s’est développé au-delà des divisions nationales et linguistiques. Le KPJ a souligné l’importance d’une Yougoslavie unie et égalitaire et a considéré le nationalisme comme une division à surmonter au sein de la classe ouvrière du pays.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces deux mouvements concurrents sont entrés en conflit direct. Le KPJ a créé l’Armée de libération nationale, plus connue sous le nom de Partisans yougoslaves. Les partisans étaient une résistance antifasciste multiethnique, parfois caractérisée comme le mouvement de libération le plus efficace d’Europe. En plus de combattre les troupes nazies allemandes, les partisans ont également affronté des forces nationalistes qui ont recruté au sein de différents groupes ethniques du pays, notamment les Četniks, un paramilitaire ultranationaliste et royaliste serbe. Espérant établir une Yougoslavie dominée par les Serbes, les Četniks ont d’abord résisté à l’occupation allemande. Cependant, en 1943, ils ont commencé à collaborer ouvertement avec les nazis et les Ustaše eux-mêmes.

Les partisans se sont progressivement renforcés. Les représailles brutales des forces de l’Axe ont grossi leurs rangs, tout comme la reconnaissance officielle des Alliés. Avec la victoire des Alliés, l’hégémonie des Partisans est confirmée. Le KJP — l’aile politique des Partisans — s’attribua le mérite de la libération de la Yougoslavie.

En 1945, le KPJ a commencé à transformer la Yougoslavie en une république socialiste construite autour de la maxime « fraternité et unité ». Pour concilier les nationalités de la région, le KPJ a établi une structure fédérale avec une république infranationale pour chaque grand groupe ethnique. C’était la clé pour maîtriser le nationalisme et maintenir un État uni sous le maréchal Josip Broz Tito. Cependant, le conflit entre le yougoslavisme et le nationalisme définira finalement l’État yougoslave jusqu’à son effondrement dans les années 1990.

Pendant ce temps, des combattants et sympathisants oustachis ont émigré à l’étranger, craignant des poursuites dans une Yougoslavie socialiste. L’Argentine était leur destination de choix, même si l’Australie était également populaire auprès de nombreux Ustaše. En conséquence, dans les années 40 et 50, les migrants des Balkans arrivant en Australie étaient de plus en plus susceptibles d’avoir un lien avec les Oustachi ou une autre idéologie nationaliste.

Dans Criminels de guerre bienvenus, Mark Aarons note comment le gouvernement australien a ouvertement facilité l’immigration de nombreux criminels de guerre présumés des Balkans. Cela visait en partie à saper diplomatiquement le régime communiste en Yougoslavie en cultivant une diaspora nationaliste à la Miami.

À leur arrivée en Australie, les Ustaše ne se sont pas démobilisés. Au contraire, ils ont continué à faire campagne pour déstabiliser le gouvernement yougoslave, parfois en recourant au terrorisme. Kristy Campion retrace cette histoire troublante de la violence des Oustachis en Australie de 1963 à 1973. Encouragés par « la sympathie politique » et « l’alignement idéologique dans une atmosphère de guerre froide », les Oustachis ont organisé plus de quinze attaques au cours de cette période, la plupart se concentrant sur les consulats yougoslaves ou centres de migrants yougoslaves. En mai 1964, par exemple, un militant oustaa a tenté de faire exploser le consulat yougoslave à Sydney à l’aide d’une valise piégée. En février 1965, un Ustaša a bombardé un bal de l’Association des colons yougoslaves à Geelong.

Maintenir l’Ustaše de cette manière nécessitait une organisation substantielle. Dans toute l’Australie, des succursales d’organisations de la diaspora alignées sur les Oustachi ont fait leur apparition, recrutant ouvertement au sein de la communauté croate australienne. D’éminents émigrés oustachis ont dirigé des organisations similaires à travers le monde. Le directeur du camp de concentration de Jasenovac, Vjekoslav Luburić, a dirigé les Ustae dans l’Espagne franquiste, tandis que Pavelić lui-même a présidé les Ustaše en Argentine.

En Australie, les Ustaše ont formé des groupes de front nationalistes tels que le Mouvement de libération croate, les Frères révolutionnaires croates et la Résistance nationale croate. Ils ont cherché à infiltrer des groupes communautaires croates apolitiques afin de recruter parmi de nouveaux migrants croates à la recherche de réseaux de soutien dans un pays étranger. Même aujourd’hui, les ultranationalistes tentent de présenter le soutien au nationalisme croate comme identique au fait d’être d’origine croate.

Le sport, en particulier le football, a également joué un rôle crucial dans ces efforts. De nombreux jeunes hommes croates ont d’abord rencontré l’ultranationalisme à travers des groupes de supporters organisés (ultras) de clubs soutenus par les Croates tels que Sydney United 58 ou les Melbourne Knights. Par exemple, le club croate de Footscray, dans la banlieue de Melbourne, continue d’accrocher des portraits de Pavelić dans son bâtiment.

Ce n’est pas toujours aussi évident, cependant. Comme d’autres groupes d’extrême droite, les Ustaše en Australie indiquent leur présence avec des symboles secrets qui semblent inoffensifs pour le reste de la société. Par exemple, c’est le cas lorsque le damier croate est représenté avec un carré blanc en haut à gauche plutôt qu’un carré rouge. C’était la conception utilisée par le régime fasciste du NDH pendant la Seconde Guerre mondiale, tandis que l’État croate moderne place un carré rouge en haut à gauche.

De même, l’abréviation ZDS signifie « pour la patrie prête », une salutation omniprésente oustae équivalente à « sieg heil ». Le numéro 369 fait référence à la 369e brigade légionnaire croate de la Wehrmacht et est visible sur cet autocollant, photographié sur un véhicule appartenant à l’une des personnes qui ont manifesté devant les bureaux du CFMMEU.

Il est important de noter que la plupart des Australiens croates ne sont pas favorables à l’idéologie oustaa. Et dans la mesure où les Australiens croates sont attirés de manière disproportionnée par le nationalisme, cela suit un schéma commun aux migrants de nombreux autres pays d’Europe du Sud-Est et de l’Est.

C’est normal étant donné que les fascistes locaux et les collaborateurs nazis ont fui après la victoire des Alliés, tandis que les gauchistes sont restés pour construire de nouvelles sociétés inspirées de l’URSS. Par conséquent, il était courant que les migrants se définissent en opposition aux régimes communistes dans leurs pays d’origine et en opposition à la gauche dans leurs nouvelles maisons. Le racisme des Australiens blancs contre les « wogs » (européens du sud et de l’est) a également encouragé les nouveaux migrants à s’identifier à leurs communautés sur une base nationaliste, à trouver du soutien dans un pays hostile.

La signification des symboles et de l’histoire ultranationalistes et fascistes peut souvent passer inaperçue, étant donné que la plupart des Australiens ne connaissent pas l’histoire de la Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, le tournoi de basket-ball pour les clubs australiens serbes porte le nom de Draža Mihailović, le chef de guerre des etniks. Des statues de Mihailović peuvent également être trouvées à Blacktown et à Canberra.

En effet, comme le souligne l’historien marxiste du nationalisme Benedict Anderson, l’expérience d’être isolé de sa patrie et du sentiment d’identité nationale peut intensifier le « nationalisme à distance ». Cela signifie que certaines communautés de la diaspora peuvent adopter des formes de nationalisme plus radicales ou enracinées que celles de leurs pays d’origine.

Par exemple, au Royaume-Uni, Dua Lipa, une chanteuse britannique albanaise kosovare, a fait sensation en ligne lorsqu’elle a publié sur Twitter un graphique d’un symbole nationaliste albanais irrédentiste. Le fait qu’une figure populaire de la jeunesse qui a soutenu Jeremy Corbyn en 2015 et 2019 ne verrait aucun problème à soutenir publiquement l’ethnonationalisme d’extrême droite montre à quel point ces opinions peuvent parfois être ancrées.

Ou prenez les communautés macédonienne et grecque à Melbourne. En 2018, les gouvernements Alexis Tsipras et Zoran Zaev de Grèce et de la République de Macédoine du Nord, respectivement, ont signé l’accord Prespa. Cela a résolu des différends de longue date entre les deux nations, notamment sur le nom de la Macédoine. En réponse, les nationalistes macédoniens se sont mobilisés en grand nombre, certains allant même jusqu’à accuser la Grèce de génocide. De même, plus d’Australiens grecs se sont ralliés au droit de la Macédoine du Nord à son nom que contre les mesures d’austérité sévères mises en œuvre par l’Union européenne en Grèce.

Il est important de noter que le sentiment ultranationaliste ne doit pas être considéré comme cohérent avec l’appartenance à un groupe ethnique minoritaire en Australie. Et la plupart du temps, la présence de minuscules groupes d’ultranationalistes au sein des communautés diasporiques n’est pas une menace immédiate. Le nationalisme australien blanc est, après tout, bien plus dangereux et répandu.

Néanmoins, dans le contexte d’une extrême droite croissante, il est crucial que la gauche australienne reconnaisse des variétés plus ésotériques du fascisme. Cela est nécessaire pour empêcher les ultranationalistes d’extrême droite de passer inaperçus et de se poser comme faisant partie du mouvement ouvrier. En adoptant la même approche de tolérance zéro envers les Oustachis que nous le ferions envers des fascistes plus connus, nous pouvons préciser que soutenir l’ultranationalisme n’est pas synonyme d’être croate.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici