L’étau se resserre autour de l’industrie des armes nucléaires

0
354

Pendant des années, l’organisation néerlandaise PAX a publié des rapports détaillant l’Armageddon qui se cache à la vue de tous. Le commerce des armes nucléaires – et c’est en fait un commerce – ne se déroule pas pour la plupart dans des repaires souterrains secrets. C’est tout autour de nous, mené par des entreprises et des banques qui pourraient autrement fabriquer des téléphones portables ou des cornflakes ou des aspirateurs autonomes.

Le dernier journal de PAX, « Perilous Profiteering », devrait faire la une des journaux dans le monde entier. Pourquoi ce n’est pas une question intéressante.

La guerre nucléaire est toujours une menace pour l’humanité. Il est vrai qu’il a généralement disparu de la culture populaire et de notre imaginaire depuis la fin de la guerre froide il y a 30 ans. Ce que presque personne ne sait, cependant, c’est que de nombreux observateurs sérieux pensent que le danger réel d’un conflit nucléaire est désormais plus grand qu’à n’importe quel moment de l’histoire.

Le Bulletin of the Atomic Scientists a inventé son horloge apocalyptique en 1947 pour exprimer à quel point le monde était proche de l’autodestruction. Il était initialement fixé à sept minutes avant minuit. Depuis lors, il a varié, se situant à la fois plus près et plus loin de minuit. Mais aujourd’hui, en 2021, c’est le plus proche qu’il n’ait jamais été : 100 secondes avant minuit. Le raisonnement de la publication peut être lu ici.

Ou prenez-le à des anti-pacifistes comme les anciens secrétaires d’État Henry Kissinger et feu George Shultz. Ensemble, ils ont mis en garde pendant des années contre l’énorme danger d’une guerre nucléaire et ont appelé à « un monde exempt d’armes nucléaires ».

Il appartiendrait donc à chacun de lire le rapport PAX, à la fois pour comprendre les forces qui nous poussent vers l’effacement et parce qu’il explique pourquoi agir n’est pas vain. En fait, le rapport est étonnamment optimiste : la pression publique a récemment généré des victoires tangibles sur l’industrie des armes nucléaires, suggérant que nous ne sommes peut-être pas nécessairement condamnés.

La pression publique a récemment généré des victoires tangibles sur l’industrie des armes nucléaires, suggérant que nous ne sommes peut-être pas nécessairement condamnés.

PAX explique que 25 entreprises dans le monde sont particulièrement impliquées dans la production, la fabrication et le développement d’armes nucléaires. L’américain Northrop Grumman gagne le plus d’argent grâce aux armes nucléaires, avec au moins 24 milliards de dollars de contrats nucléaires en cours. D’autres sociétés américaines telles que Raytheon Technologies et Lockheed Martin suivent de près. Mais c’est une industrie mondiale, avec des entreprises en Europe (Airbus), en Inde (Larsen & Toubro), en Russie (Rostec) et en Chine (China Aerospace Science and Technology) profitant du potentiel de fin du monde.

Le rapport examine également de près l’infrastructure financière qui sous-tend la production physique d’armes nucléaires. Au moins 338 entreprises sont des investisseurs ou des facilitateurs de l’industrie nucléaire. Ils peuvent détenir des actions dans des sociétés nucléaires, détenir leurs obligations ou garantir leurs offres de dette. Dans tous les cas, le système ne peut pas fonctionner sans eux.

Le plus gros investisseur dans l’industrie nucléaire est Vanguard, avec 51 milliards de dollars, suivi de quelques pas par BlackRock, avec 41 milliards de dollars.

Ces cas ne concernent pas quelques individus avec d’énormes investissements dans les armes nucléaires, mais plutôt des millions de personnes qui ont investi dans des fonds communs de placement Vanguard et BlackRock et possèdent donc de petites quantités de nombreuses entreprises, y compris celles comme Northrop Grumman.

C’est ici que le rapport PAX identifie un véritable levier que les gens ordinaires peuvent exercer sur le géant nucléaire. Bien que les faits et les chiffres soient tous assez intéressants en eux-mêmes, le travail de PAX ne vise pas à encourager son public à s’engager dans la consommation passive d’informations. Son objectif est de fournir à chacun des outils pour agir, avec un espoir rationnel que nous pourrons en fait, lentement mais sûrement, jeter les armes nucléaires à la ferraille de l’histoire.

PAX fait partie de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires. L’ICAN a remporté le prix Nobel de la paix en 2017 pour son rôle dans la promotion du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, qui a été adopté cette année-là aux Nations Unies.

Les 56 pays qui ont ratifié le traité à ce jour ont convenu de ne pas « développer, tester, produire, fabriquer, autrement acquérir, posséder ou stocker des armes nucléaires », mais pas seulement. Ils se sont également engagés à « ne pas autoriser le stationnement, l’installation ou le déploiement d’armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires sur son territoire ».

La signification de ceci est que bien qu’aucun des neuf pays dotés d’armes nucléaires n’ait ratifié le traité, ils comptent sur de nombreuses autres nations sans armes nucléaires pour participer à leur fabrication et à leur transport. Par exemple, si les Pays-Bas ratifiaient le traité, Airbus – dont le siège est là-bas – ne pourrait plus aider à construire les missiles nucléaires de la France.

Alors qu’elle est presque inconnue des Américains, la campagne de désinvestissement nucléaire est déjà en marche.

L’ICAN pense que les gouvernements de ces pays peuvent être contraints par la pression de leurs citoyens de ratifier le traité et de rompre les liens avec l’industrie nucléaire. Il estime également que les campagnes appelant les retraites et les fonds communs de placement à se désinvestir de l’industrie nucléaire peuvent être de puissants outils d’organisation pour générer une telle pression. Ce n’est pas un rêve vain, étant donné que les campagnes de désinvestissement ont joué un rôle similaire dans l’isolement international de l’Afrique du Sud de l’apartheid.

Alors qu’elle est presque inconnue des Américains, la campagne de désinvestissement nucléaire est déjà en marche. Le deuxième fonds de pension au monde, en Norvège, a vendu ses investissements dans l’industrie nucléaire. ABP aux Pays-Bas, le cinquième fonds de pension au monde, a fait de même. Un cadre d’ABP a expliqué pourquoi : « Les changements dans la société, également au niveau international, [mean that] les armes nucléaires ne cadrent plus avec notre politique d’investissement durable et responsable.

Et la tendance générale, indique le rapport, est à la baisse. Les 338 institutions financières qui investissent ou facilitent l’industrie nucléaire sont en baisse par rapport aux 390 récemment. La valeur des actions a baissé de 67 milliards de dollars et celle des obligations de 2 milliards de dollars. Il est possible d’envisager un avenir dans lequel l’opprobre mondial qui a presque éliminé l’existence des armes biologiques et chimiques s’appliquera aux armes de destruction massive les plus dangereuses.

Cela devra donc être un long combat, mais il est potentiellement gagnable. Les êtres humains ne sont pas nécessairement destinés à s’anéantir. Mais pour éviter ce sort, nous devrons étudier le type de recherche produit par PAX – et nous mettre au travail.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire