L’été britannique de mécontentement industriel

0
70

Les chants de “Victoire au RMT” résonnent dans les grandes villes de Grande-Bretagne alors que 40 000 cheminots poursuivent leur campagne résolue pour un meilleur salaire. Leurs actions ont enflammé la confiance d’une classe ouvrière confrontée à des attaques de grande envergure contre le niveau de vie. Gros titre inflation tourne à 9,4% au Royaume-Uni, et les travailleurs ordinaires sont les plus durement touchés. Les coûts du logement, de l’eau et du carburant ont ressuscité de 19,6 % depuis juin 2021, et les salaires réels baissent au taux le plus rapide en deux décennies.

Depuis la magnifique grève ferroviaire de trois jours en juin, de plus en plus de lieux de travail sont secoués par des actions revendicatives. 40 000 travailleurs de British Telecom ont débrayé début août à la suite d’une deuxième série de grèves des chemins de fer, et 115 000 postiers devraient sortir en septembre. Comme Drapeau rouge passe sous presse, dockers se préparent à des conflits dans les principaux ports britanniques, et des scrutins sont en cours dans tout le service publique. Ce qui a commencé comme une bataille potentiellement isolée sur les chemins de fer s’est transformé en un torrent de lutte de classe, avec les cheminots en tête.

Unjum Mirza est conducteur de train et militant syndical dans le métro de Londres, où 6 000 conducteurs de l’Associated Society of Locomotive Engineers and Firemen ont rejoint les membres des chemins de fer, de la mer et des transports (RMT) dans des grèves dans tout le système de transport. Unjum raconte Drapeau rouge les grandes actions coordonnées du RMT ont généré « une attraction gravitationnelle qui attire des couches beaucoup plus larges de notre classe, quel que soit le syndicat, quel que soit le secteur ».

L’éruption n’est pas sortie de nulle part. La Grande-Bretagne a connu une légère hausse de grèves au cours des deux dernières années. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les patrons et le gouvernement ont insisté sur la suppression des salaires comme un sacrifice nécessaire. En dépit des bénéfices croissants, Unjum déclare : « Nous avons eu des travailleurs qui faisaient leur troisième année sans aucune augmentation de salaire. Il y a donc eu une poussée générale vers les disputes et les scrutins de toute façon ».

Le tournant s’est produit fin juin, lorsque les cheminots ont lancé des grèves roulantes nationales sur les salaires. “Ce que nous commençons à voir d’un certain nombre de conflits locaux”, dit Unjum, “avec les conflits ferroviaires et en effet avec BT [formerly British Telecom] et peut-être le conflit des postiers, on commence à voir les premiers affrontements nationaux entre le capital et le travail ».

Cet élan a conduit les deux camps politiques à parler d’un “été de mécontentement” dans les relations industrielles britanniques, une référence à la “l’hiver du mécontentement” en 1978-79, lorsque des pressions salariales inflationnistes similaires ont déclenché d’importantes batailles syndicales transversales. Beaucoup espèrent que la vague de grèves actuelle pourrait marquer le début d’un moment tout aussi historique pour les travailleurs britanniques.

Le mouvement ouvrier s’est certainement engagé dans une série de luttes politiques et industrielles importantes au cours de l’été, et le RMT position sans vergogne a brisé le silence assourdissant émanant de la plupart des dirigeants syndicaux pendant des décennies de néolibéralisme, de baisse des salaires et de profits en flèche.

Mais ces années de quiétude signifient que les travailleurs d’aujourd’hui partent de niveaux historiquement bas en termes d’expérience de grève, d’affiliation syndicale, de rémunération et de conditions de travail. Selon Selon la Resolution Foundation, seuls 23 % des travailleurs au Royaume-Uni étaient membres de leur syndicat en 2021. Les taux d’adhésion dans le secteur privé sont aussi bas que 10 %. En 1980, en revanche, au moins 53 % de la main-d’œuvre britannique était organisée en syndicats. Beaucoup étaient engagés dans de solides réseaux de base capables de soutenir actions sauvages prolongées au cours de l’hiver de mécontentement.

Aujourd’hui, c’est la dégradation du niveau de vie de la classe ouvrière et du pouvoir syndical qui alimente l’essor industriel. Unjum me dit qu’il invoque souvent les paroles de l’écrivain Oscar Wilde lors des réunions syndicales : « Si vous êtes dans le caniveau et que vous baissez les yeux, vous ne verrez que de la merde. Alors levez les yeux, vous savez, et unissez nos luttes. Et c’est assez facile d’unir ces luttes, parce que nous sommes littéralement tous dans la même merde ». Dans ce contexte, l’appel fondamental du RMT pour que les salaires suivent l’inflation offre une revendication fédératrice que les travailleurs peuvent faire valoir à tous les niveaux.

Les travailleurs en Grande-Bretagne ont un long chemin à parcourir pour reconstruire leur force industrielle. Le retour des grèves majeures et provocantes est la première étape cruciale sur cette voie. « Il y a certainement eu un changement d’humeur depuis les grèves de juin », dit Unjum. « Il y a une plus grande confiance pour se battre, adhérer à un syndicat, être fier du syndicat, faire la grève et rejoindre une ligne de piquetage.

Les militants de base sautent sur l’humeur combative pour relier les luttes sur les lieux de travail. Depuis début juin, Unjum et un groupe de cheminots militants visitent nettoyants frappants au St George’s Hospital de Londres. “Les nettoyeurs, le personnel hospitalier et d’autres travailleurs clés ont été essentiels pour sauver des vies pendant la pandémie”, dit-il. “Ils ont été récompensés par une réduction de salaire.”

Le dernier samedi de grèves ferroviaires en juin, les nettoyeurs ont organisé une manifestation à l’hôpital. “Moi-même et quelques membres du RMT sommes descendus pour montrer notre solidarité sur leur ligne de piquetage dans le sud de Londres”, se souvient Unjum. « Et puis nous avons eu toute la grève et toute la manifestation dans le métro de Londres ! Sur la Northern Line, poursuite de la manifestation sur la Northern Line et jusqu’à King’s Cross. Nous avons pris le contrôle d’Euston Road, et nous avons rejoint – très bruyamment – le piquet de grève du RMT et le rassemblement de masse là-bas. Cela vous a juste montré un aperçu du potentiel de notre classe… La dynamique, comment elle peut se généraliser si rapidement… C’était juste électrique. Avec bulletins de vote importants en chemin dans le Service National de Santé, dans les services postaux et dans l’industrie privée, cette généralisation se déroule en temps réel.

Les facteurs politiques aggravent encore la situation. Une crise au sommet du Parti conservateur au pouvoir a déjà conduit les dirigeants potentiels à brandir le spectre du thatchérisme en réponse aux grèves. L’imitation par la candidate à la direction Liz Truss de l’ancienne première ministre détestée Margaret Thatcher est d’une précision troublante, tandis que son rival Rishi Sunak, pour sa part, a été non ambigu: “Mes valeurs sont Thatcherites… Je me présente en tant que Thatcherite et je gouvernerai en Thatcherite”. Les deux candidats sont prometteurs attaques tous azimuts sur le mouvement ouvrier pour tenter de regagner la confiance du capital britannique dans son ensemble.

La position intransigeante du gouvernement a incité certains dirigeants syndicaux à envisager la possibilité d’une grève générale. Unjum dit que ce type d’action offensive est exactement ce dont les travailleurs ont besoin :

“Ma propre préférence serait des dates communes entre les trois [rail] syndicats… Ce gouvernement ne pouvait tout simplement pas soutenir une grève générale dans les chemins de fer. Vous savez, on creuse les fractures entre les cercles dirigeants, on sort et on ne leur dit pas quand on revient. C’est comme ça qu’on va gagner. »

Mais les organes syndicaux de pointe n’ont pas encore fourni quoi que ce soit de proche de ce niveau de coordination et de résolution. Parmi les représentants officiels du mouvement ouvrier, des troubles se préparent. Le leader de l’opposition, Sam Tarry, était renvoyé le mois dernier pour avoir comparu sur les lignes de piquetage du RMT, et le chef travailliste Keir Starmer a promis qu’il se battrait lors des prochaines élections générales sur une plate-forme de “croissance économique” impliquant des plafonds salariaux dans le secteur public. Un nombre croissant de responsables syndicaux ont claqué Positionnement du Labour autour des grèves, beaucoup signalant qu’ils pourraient retirer des fonds et des affiliations au parti. Reste à savoir si ces menaces sont proférées sérieusement, mais il est peu probable que Starmer connaisse une navigation fluide sur le chemin de la conférence nationale du Labour en septembre.

Ce qui est clair pour des travailleurs comme Unjum, c’est que la politique parlementaire n’offre aucune issue à la crise actuelle. « Franchement, la plupart des gens le savent. Tout le monde déteste les conservateurs, bien sûr, mais personne ne se fait d’illusions ou ne compte sur le Parti travailliste.

« La politique », explique Unjum, « concerne le pouvoir. Et là, vous avez d’un côté les arrangements de pouvoir au niveau parlementaire. Je pense que la question clé est, comment organisons-nous, manifestons et mobilisons-nous maintenant un pouvoir alternatif ? Cela doit être extra-parlementaire, et cela doit être en termes de base syndicale ».

Réfléchissant aux tâches à venir, Unjum dit que la situation est encore très imprévisible. “Il y a toutes sortes de dangers à venir en termes de stratégies pour faire avancer ce combat, en termes de ce que [the union leaders] négocier et régler, et en termes de lutte politique plus large.

Mais les prochains mois en Grande-Bretagne seront remplis d’opportunités. Au-delà de tour suivant de grèves ferroviaires en août, les syndicats seront engagés dans des combats jusque tard dans l’automne. Sur le plan politique, un nouveau Premier ministre sera installé le 5 septembre et amènera probablement avec lui une pléiade de législation anti-ouvrière exigeant une réponse claire du mouvement ouvrier. Des tensions latentes à l’intérieur du parti traditionnel des syndicats pourraient éclater, ouvrant de nouvelles possibilités qui pourraient servir aussi bien à affaiblir qu’à enflammer la confiance des travailleurs.

« En termes de déroulement de cette crise, nous verrons », dit Unjum. «Nous n’avons pas de boule de cristal là-dessus, mais nous pouvons essayer de façonner la trajectoire de l’évolution. Nous sommes au milieu d’une crise qui est mondiale… une chose que nous pouvons faire, et que nous devons faire, c’est d’organiser le rapport de force en notre faveur.

Les travailleurs britanniques nous ont montré que la solidarité, les grèves et la lutte des classes sont de retour à l’ordre du jour dans le monde capitaliste développé. Même là où les syndicats sont relativement faibles et leurs organisations parlementaires désespérément en faillite, la classe ouvrière détient toujours un pouvoir immense. Espérons qu’ils pourront transformer cet été de mécontentement en un automne brûlant.

Source: https://redflag.org.au/article/britains-summer-industrial-discontent

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire