L’Europe reconnaît enfin que les travailleurs des plateformes ne sont pas des travailleurs indépendants

0
127

Parfois, le changement vient des endroits les plus improbables. La Commission européenne – le corps non élu de technocrates qui conçoit la législation de l’Union européenne – n’est pas exactement connue comme l’amie des travailleurs. Les commissaires européens et leur personnel sont plus susceptibles de prendre un café avec des lobbyistes d’entreprise que de côtoyer la classe ouvrière.

Pourtant, la semaine dernière, la Commission européenne a proposé ce que certains saluent comme la réforme la plus favorable aux travailleurs à sortir de l’UE depuis des années – une directive visant à réglementer le travail sur les plateformes. Souvent traités injustement comme des travailleurs indépendants, les travailleurs des plateformes doivent désormais être considérés comme des employés et donc bénéficier des droits du travail qui sont la norme pour la plupart des travailleurs en Europe. Le déménagement promet également un nouvel ensemble de droits en ce qui concerne la gestion algorithmique du travail.

Cette législation n’a pas seulement été adoptée d’en haut. Il a émergé dans le contexte d’un mouvement des travailleurs des plateformes de plus en plus bruyant et efficace – et d’une classe capitaliste divisée sur la façon de répondre à l’émergence des plateformes de travail numériques.

La directive, annoncée jeudi, n’est en aucun cas parfaite. Par rapport à la version proposée en novembre dernier par Leïla Chaibi — députée européenne de France Insoumise et chef de file de la campagne pour cette directive — la proposition de la commission contient des omissions importantes. Comme l’ont souligné des universitaires et des syndicalistes, il n’a rien à dire sur la tendance des plateformes à utiliser des sous-traitants pour se soustraire à leurs responsabilités, et il n’est pas non plus assez clair sur les droits de tous les travailleurs des plateformes à la négociation collective.

Néanmoins, la plupart des revendications clés de la gauche et des syndicats ont été satisfaites par cette directive. Comme Livia Spera de la Fédération européenne des transports l’a déclaré à la suite de l’annonce : « Au cours de la dernière décennie, c’est probablement l’une des rares propositions de la Commission européenne à avoir écouté ce que les syndicats ont dit.

Plus important encore, la commission déclare sans équivoque que le statut juridique par défaut des travailleurs de la plate-forme est qu’ils sont des employés, quelles que soient les conditions générales des entreprises. Pour que les plateformes prouvent le contraire, il leur incombera désormais – et non aux travailleurs et aux syndicats – de poursuivre leur affaire devant les tribunaux.

Même l’établissement de ce principe de base est un pas en avant bienvenu. Les chauffeurs Uber, les coursiers Deliveroo et les soignants embauchés par Care.com se sont longtemps vu refuser des droits du travail comme un salaire minimum, une pension, des congés payés et une protection contre les licenciements abusifs, le tout à cause du faux prétexte qu’ils sont des travailleurs indépendants. Ces jours semblent comptés.

Il existe également de nouveaux droits importants pour les travailleurs de la plate-forme en ce qui concerne la gestion algorithmique. Les travailleurs auront le droit de savoir quelles données ces entreprises collectent sur eux et si certaines d’entre elles éclairent les décisions qui affectent leur travail. Il existe également une exigence d’une explication humaine quant à la raison pour laquelle une décision importante – telle qu’une augmentation des taux de rémunération ou des horaires – a été prise, le droit de faire réviser cette décision s’ils ne sont pas d’accord avec elle, et pour les travailleurs et leurs représentants syndicaux d’avoir accès aux données nécessaires pour comprendre tout changement significatif de l’algorithme.

Il ne fait aucun doute que nombre de ces droits restent trop limités. Par exemple, les syndicats avaient plaidé pour un arbitrage indépendant des conflits sur les décisions algorithmiques plutôt que pour les plates-formes contrôlant le processus de révision. Néanmoins, ces propositions représentent un progrès par rapport à ce qui est actuellement un Far West déréglementé. Les algorithmes sont une boîte noire pour les employés de plateforme qui ne reçoivent aucune information sur les raisons pour lesquelles des aspects fondamentaux de leur travail sont soudainement modifiés. Ils n’ont pas non plus le moindre recours pour parler à un être humain s’ils ont une plainte à déposer ou s’ils ont été « virés par un robot ».

Si les travailleurs et leurs représentants peuvent comprendre la prise de décision algorithmique et disposer d’un mécanisme pour obliger les gestionnaires d’algorithmes à rendre compte de ces décisions, il est possible que le pouvoir collectif des travailleurs s’étende de manière significative.

Malgré toute la prétendue nouveauté de l’économie de plateforme, aucune des propositions de la directive n’est particulièrement novatrice. Des plates-formes comme Uber et Deliveroo s’en tirent depuis longtemps en combinant la technologie du XXIe siècle avec les normes du travail du XIXe siècle, et ces réformes visent simplement à mettre fin à ce que les experts en droit du travail Antonio Aloisi et Valerio De Stefano appellent « l’exceptionnalisme des plates-formes ».

Comme l’a souligné Ludovic Voet, secrétaire de la Confédération européenne des syndicats, la directive « garantit simplement que les travailleurs auront désormais accès à des droits, comme les congés payés et les indemnités de maladie, qui sont la norme pour les autres travailleurs depuis près d’un siècle ».

Cependant, malgré la modestie de l’accomplissement, il ne faut pas sous-estimer son importance politique. La commission, qui rattrape généralement les gouvernements nationaux en matière de politique sociale, est étonnamment à l’avant-garde : aucun gouvernement européen ne s’est encore approché d’une proposition d’une telle envergure pour réglementer le travail sur les plateformes.

Comme l’a déclaré l’eurodéputé France Insoumise Chaibi dans sa réponse à l’annonce : « Ce n’est pas très habituel qu’une victoire sociale vienne de la Commission européenne, donc je pense que c’est très historique. La question évidente, alors, est de savoir pourquoi cela s’est produit.

Premièrement, la toile de fond indispensable à ces réformes est le mouvement international en plein essor des travailleurs des plateformes qui s’organisent en syndicats et qui revendiquent les droits des travailleurs par le biais de manifestations et de grèves. Rien que cette année, nous avons assisté à une vague de grèves sauvages sur la plate-forme de livraison d’épicerie berlinoise Gorillas, à une énorme grève victorieuse des coursiers en ligne en Grèce et à l’une des premières grèves de l’économie des concerts dirigée par un grand syndicat traditionnel à Barcelone.

Ce mouvement s’est mobilisé à Bruxelles en octobre pour transmettre son message directement à la Commission européenne dans le cadre d’un forum mondial « Alternatives à l’ubérisation », qui comprenait une manifestation devant le siège de la commission et une réunion en face-à-face avec le commissaire européen chargé de l’emploi et des affaires sociales. droits, Nicolas Schmit.

“Quand ils ont eu l’occasion de parler avec le commissaire Schmit, il était important de dire que non seulement Uber vous surveille, mais aussi les travailleurs”, a déclaré Chaibi après l’annonce de la directive. “Je pense que cela a été très important dans l’équilibre des pouvoirs et dans la victoire.”

Deuxièmement, la classe capitaliste européenne est divisée sur cette question. De nombreuses entreprises opérant avec des modèles commerciaux plus traditionnels ne sont pas heureuses d’être désavantagées par rapport à la concurrence, car elles continuent de payer tout un ensemble de coûts liés au fait d’être un employeur que les plateformes esquivent. L’analyse d’impact de la Commission européenne a révélé que la directive coûterait probablement 4,5 milliards d’euros aux plateformes en raison de l’augmentation des coûts de main-d’œuvre et des contributions fiscales liées au statut d’emploi.

Le commissaire Schmit a tenu à souligner ce facteur lors de la présentation de la directive jeudi, déclarant : « Il existe également un argument économique concernant la garantie de conditions de concurrence équitables : pourquoi certaines entreprises ne devraient-elles pas respecter les mêmes normes sociales que les entreprises avec lesquelles elles sont en concurrence en dehors du économie de plateforme ? »

Lorsqu’un journaliste lui a demandé de répondre aux critiques de BusinessEurope – le plus grand groupe de pression d’entreprises à Bruxelles – Schmit a répondu : “Cela apporte des règles du jeu équitables, ce qui est exactement ce qu’ils ont demandé.” Pour une partie du capital européen, la directive était un remède nécessaire à l’arbitrage réglementaire des plateformes de travail numérique.

Il convient de noter qu’en Espagne, où une «loi sur les cavaliers» a été introduite plus tôt cette année pour fournir un statut d’emploi spécifiquement aux coursiers, une division similaire entre les capitalistes a conduit la Confédération espagnole des organisations professionnelles (CEOE) à soutenir la loi, puis le plus grand plateforme de livraison de nourriture, Glovo, de quitter le CEOE et de mettre en place une alternative d’extrême droite.

Nous pouvons nous attendre à ce que ces divisions entre les anciennes et les nouvelles sections du capital s’intensifient à mesure que la numérisation du travail se standardise à travers le continent.

Le dernier facteur est l’évolution du terrain politique. Peu de temps avant qu’Olaf Scholz prête serment en tant que premier chancelier social-démocrate d’Allemagne depuis 2005, son ministre du Travail a signé une lettre à la Commission européenne avec ses homologues d’Espagne, d’Italie, du Portugal et de Belgique appelant à une directive qui n’était pas « édulcorée ». . “

Cette pression politique du nouveau pouvoir à Berlin, combinée au fait que même les députés européens de centre-droit s’étaient unis derrière la motion de gauche du Parlement européen pour le statut de l’emploi dans l’économie de plate-forme – soutenue par un vote retentissant de 525 pour et 39 contre – signifiait que l’espace politique pour se ranger du côté du lobby de la plate-forme était très limité.

La prochaine étape cruciale pour que la directive sur le travail des plates-formes devienne loi sera d’obtenir le feu vert du Conseil de l’UE, composé des chefs d’État ou de gouvernement des vingt-sept pays de l’UE. Le 1er janvier, la présidence du conseil tombe entre les mains du président français Emmanuel Macron, un allié engagé des plateformes, il pourrait donc encore y avoir des obstacles sur la route de la directive.

Les poches profondes du lobby de la plateforme seront également mobilisées pour édulcorer au maximum la directive, et elles ont le temps de leur côté. Ce ne sera pas avant 2024, voire 2025, lorsque la directive sera mise en œuvre dans toute l’UE.

Cependant, même la publication d’une telle directive modifie la dynamique politique dans les capitales européennes. Il y a déjà une pression sur certains de ces cinq ministres qui ont soutenu une directive forte pour qu’ils n’attendent pas la mise en œuvre de Bruxelles et introduisent plutôt les principes de la directive dans le droit national maintenant.

Et qu’en est-il du Royaume-Uni, qui n’est plus harmonisé avec le droit du travail de l’UE ? Le gouvernement britannique a répondu à la directive en défendant le système de « statut de tiers » privilégié par les plateformes, qui donne aux travailleurs des plateformes certains mais pas tous les droits des employés, affirmant qu’il « trouve le bon équilibre entre la flexibilité dont notre économie a besoin. et des protections pour les travailleurs. Cependant, le Congrès des syndicats a réagi différemment, arguant que « si les travailleurs de l’UE sont perçus comme étant en train d’acquérir des droits et d’avoir du pouvoir, alors les travailleurs d’ici s’attendraient à la même chose ».

Le modèle d’économie des petits boulots est déjà soumis à une pression intense en Grande-Bretagne à la suite d’un verdict de la Cour suprême en février qui a statué que les chauffeurs Uber étaient des travailleurs. Un verdict de la Haute Cour de Londres lundi dernier a été un autre coup dur pour les plates-formes de location privées, car le juge a conclu que la plate-forme – et non le conducteur – devait avoir un contrat avec les passagers. Le syndicat GMB se prépare maintenant à poursuivre Bolt, un rival d’Uber, s’il ne commence pas à embaucher directement ses chauffeurs.

L’élan s’appuie sur les gouvernements de toute l’Europe pour réglementer la suppression du faux travail indépendant. C’est une étape nécessaire pour renforcer le pouvoir des travailleurs dans l’économie de plate-forme – et résister aux tentatives de saper les droits fondamentaux du travail de manière furtive.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire