L’exode des Rohingyas expliqué sur des cartes et des graphiques | Nouvelles des Rohingyas

0
72

Le 25 août marque cinq ans depuis qu’une répression brutale par l’armée du Myanmar a forcé plus de 700 000 Rohingyas à fuir l’État de Rakhine au Myanmar vers le Bangladesh voisin. Aujourd’hui, ce nombre s’élève à plus d’un million.

Les Rohingyas sont un groupe ethnique majoritairement musulman qui vit au Myanmar à majorité bouddhiste depuis des siècles. Cependant, le Myanmar ne les reconnaît pas comme un groupe ethnique officiel, ce qui en fait la plus grande communauté apatride identifiée au monde.

Selon les Nations Unies, il reste environ 600 000 Rohingyas dans l’État de Rakhine, tandis que près d’un million d’entre eux se trouvent dans les pays voisins, principalement le Bangladesh. L’ONU a décrit les Rohingyas comme “la minorité la plus persécutée au monde”.

Les groupes ethniques du Myanmar

En 1982, une loi sur la citoyenneté a exclu les Rohingyas comme l’un des 135 groupes ethniques officiels du Myanmar et leur a interdit la citoyenneté, les rendant de fait apatrides.

En conséquence, les familles rohingyas ont été privées de leurs droits fondamentaux et de leur protection, ce qui les a rendues vulnérables à l’exploitation, à la violence sexuelle et sexiste et aux abus.

Selon la loi sur la citoyenneté, la citoyenneté était accordée aux personnes résidant au Myanmar, anciennement connu sous le nom de Birmanie, qui pouvaient retracer leur résidence familiale avant 1823. Elle créait des catégories de citoyenneté, mais les Rohingyas n’étaient pas inclus.

Les nationalistes du Myanmar pensent que les Rohingyas sont des Bengalis qui ont émigré illégalement au Myanmar pendant la domination britannique du sous-continent indien.

En l’absence de données de recensement fiables, il est difficile de cartographier avec précision la répartition ethnique de la population de 50 millions d’habitants du Myanmar.

Cependant, certains des groupes ethniques du Myanmar comprennent les Chinois Bamar, Shan, Karen, Rakhine, Kachin, Chin, Karenni, Mon, Wa et Kokang. Le gouvernement ne reconnaît pas les Rohingyas.

INTERACTIVE_ROHINGYA_AUG24_2022_1

Expulsion en cours des Rohingyas

Les Rohingyas sont persécutés par l’armée birmane depuis l’indépendance du pays à la fin des années 1940.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, plus de 300 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh dans les années 1990. Les affrontements violents dans l’État de Rakhine se sont poursuivis en 2012 et 2015, déplaçant davantage de Rohingyas.

En octobre 2016, à la suite d’une attaque contre certains membres de la police des frontières du Myanmar, l’armée a lancé une répression contre les Rohingyas, les blâmant pour la rébellion. Cela a envoyé environ 87 000 Rohingyas se précipiter au Bangladesh pour se réfugier.

La répression militaire la plus récente a commencé le 25 août 2017, lorsqu’un groupe armé de Rohingyas a attaqué des postes militaires à Rakhine. L’armée du Myanmar aurait incendié des dizaines de villages rohingyas et tiré sans discernement sur des hommes, des femmes et des enfants non armés.

En septembre 2017, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que l’opération militaire au Myanmar était un “exemple type de nettoyage ethnique”.

En novembre 2019, la Cour pénale internationale a approuvé une demande de poursuites pour enquêter sur les crimes contre l’humanité commis par l’armée du Myanmar.

Aujourd’hui, il y a 980 000 réfugiés et demandeurs d’asile du Myanmar dans les pays voisins.

Environ 936 000 réfugiés rohingyas vivent dans les camps de réfugiés de Kutupalong et Nayapara, dans la région de Cox’s Bazar au Bangladesh, des camps qui se sont développés pour devenir l’un des plus grands et des plus densément peuplés au monde.

INTERACTIVE_ROHINGYA_AUG24_2022-a

La vie dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar

Près d’un million de Rohingyas vivant dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar sont confrontés à des conditions de vie difficiles et sont constamment menacés par des catastrophes naturelles.

Les camps sont surpeuplés, manquent d’installations sanitaires et d’hygiène suffisantes et sont mal éclairés.

Les fortes pluies de la mousson ont déclenché des glissements de terrain et des crues soudaines dans les camps de réfugiés, déplaçant des milliers de Rohingyas.

En mars 2021, un grave incendie dans les camps a brûlé des milliers d’abris et a encore exacerbé la crise. La pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve cette population vulnérable, notamment en augmentant l’insécurité alimentaire.

Depuis mai de cette année, les camps de Cox’s Bazar ont également connu une augmentation des cas de dengue, rapporte l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon l’OMS, il y a 44 centres de santé primaires et 90 postes de santé dans les camps. Les maladies de la peau et les infections des voies respiratoires représentent près de la moitié des consultations médicales.

INTERACTIVE_ROHINGYA_AUG24_2022_4-a

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/8/25/rohingya-exodus-explained-in-maps-and-charts

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire