Libérer l’Afrique de la pauvreté nécessite de changer les relations de pouvoir avec l’Occident

0
72

Image de Ninno JackJr.

Peu de temps après son arrivée à Oslo, mon taxi a zigzagué dans les rues bien organisées et les infrastructures ultramodernes de la ville. De grands panneaux d’affichage annonçaient les plus grandes marques mondiales de mode, de voitures et de parfums. Au milieu de toutes les expressions de richesse et d’abondance, un panneau électronique près d’un arrêt de bus a projeté les images d’enfants africains pauvres ayant besoin d’aide.

Au fil des ans, la Norvège a servi de modèle relativement bon d’aide humanitaire et médicale significative. Cela est particulièrement vrai si on le compare à d’autres pays occidentaux égoïstes, où l’aide est souvent liée à des intérêts politiques et militaires directs. Pourtant, l’humiliation publique de l’Afrique pauvre, affamée et malade est toujours inquiétante.

Les mêmes images et publicités télévisées sont omniprésentes partout en Occident. La valeur tangible réelle d’une telle charité mise à part, les campagnes pour aider l’Afrique pauvre font plus que perpétuer un stéréotype, elles masquent également la responsabilité réelle de la raison pour laquelle l’Afrique riche en ressources naturelles reste pauvre, et pourquoi la prétendue générosité de l’Occident au fil des décennies a fait peu pour parvenir à un changement de paradigme en termes de santé économique et de prospérité du continent.

Les nouvelles d’Afrique sont presque toujours sinistres. Un récent rapport de « Save the Children » résume les malheurs de l’Afrique en chiffres alarmants : 150 millions d’enfants en Afrique orientale et australe sont confrontés à la double menace de la pauvreté extrême et de l’impact désastreux du changement climatique. Le plus grand préjudice affecte la population d’enfants au Soudan du Sud, avec 87 %, suivi du Mozambique (80 %), puis de Madagascar (73 %).

Les mauvaises nouvelles d’Afrique, illustrées dans le rapport de Save the Children, ont été publiées peu de temps après un autre rapport, cette fois de la Banque mondiale, indiquant que l’espoir de la communauté internationale de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 ne se réalisera pas.

Par conséquent, d’ici 2030, environ 574 millions de personnes, estimées à 7 % de la population mondiale totale, continueront de vivre dans l’extrême pauvreté, avec environ deux dollars par jour.

L’Afrique subsaharienne est actuellement l’épicentre de l’extrême pauvreté mondiale. Le taux d’extrême pauvreté dans cette région est d’environ 35 %, ce qui représente 60 % de toute l’extrême pauvreté dans le monde.

La Banque mondiale suggère que la pandémie de COVID-19 et la guerre russo-ukrainienne sont les principaux catalyseurs de ces sinistres estimations.

L’inflation mondiale croissante et la faible croissance des grandes économies asiatiques en sont également les coupables.

Mais ce que ces rapports ne nous disent pas, et ce que les images d’enfants africains affamés ne véhiculent pas, c’est qu’une grande partie de la pauvreté de l’Afrique est liée à l’exploitation continue du continent par ses anciens – ou actuels – maîtres coloniaux.

Cela ne veut pas dire que les nations africaines n’ont pas leur propre agence pour contribuer à l’aggravation de leur situation ou pour contester l’intervention et l’exploitation. Sans front uni et changement majeur des équilibres géopolitiques mondiaux, repousser le néocolonialisme n’est pas chose aisée.

La guerre russo-ukrainienne et la rivalité mondiale entre la Russie et la Chine, d’une part, et les pays occidentaux, d’autre part, ont encouragé certains dirigeants africains à dénoncer l’exploitation de l’Afrique et l’utilisation de l’Afrique comme fourrage politique pour la mondialisation. conflits. La crise alimentaire a été au centre de cette lutte.

Lors du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité, fin octobre, certains dirigeants africains ont résisté aux pressions des diplomates occidentaux pour suivre la ligne de l’Occident dans la guerre en Ukraine.

Ironiquement, la ministre d’État française Chrysoula Zacharopoulou a demandé la « solidarité de l’Afrique », alléguant que la Russie représente une « menace existentielle » pour l’Europe.

Bien que la France continue de contrôler efficacement les devises, donc les économies de 14 pays africains différents – principalement en Afrique de l’Ouest – Zacharopoulou a déclaré que “la Russie est seule responsable de cette crise économique, énergétique et alimentaire”.

Président du Sénégal, Macky Sall était l’un des nombreux dirigeants africains et diplomates de haut niveau qui ont défié le langage fourbe et polarisant.

« Nous sommes en 2022, ce n’est plus la période coloniale… donc les pays, même s’ils sont pauvres, ont une égale dignité. Leurs problèmes doivent être traités avec respect », a-t-il déclaré.

C’est ce « respect » convoité par l’Occident qui manque à l’Afrique. Les États-Unis et l’Europe s’attendent simplement à ce que les nations africaines abandonnent leur approche neutre des conflits mondiaux et rejoignent la campagne continue de l’Occident pour la domination mondiale.

Mais pourquoi l’Afrique, l’un des continents les plus riches et les plus exploités, obéirait-elle aux diktats de l’Occident ?

Le manque de sincérité de l’Occident est flagrant. Son double standard n’a pas échappé aux dirigeants africains, dont l’ancien président nigérian Mahamadou Issoufou. “C’est choquant pour les Africains de voir les milliards qui pleuvent sur l’Ukraine alors que l’attention est détournée de la situation dans la (région) du Sahel”, a-t-il déclaré à Dakar.

Suivre le discours politique élevé émanant de dirigeants et d’intellectuels africains laisse espérer que le continent soi-disant « pauvre » prépare une échappatoire à l’emprise de la domination occidentale, même si de nombreuses variables devraient jouer en leur faveur pour que cela se produise.

La richesse actuelle de l’Afrique peut à elle seule alimenter la croissance mondiale pendant de nombreuses années à venir. Mais les bénéficiaires de cette richesse devraient être les fils et les filles de l’Afrique, et non les poches profondes des classes riches de l’Occident. En effet, le temps est venu pour que les enfants africains ne soient pas présentés comme des cas de charité en Europe, une notion qui ne fait qu’alimenter les relations de pouvoir longtemps déformées entre l’Afrique et l’Occident.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/21/liberating-africa-from-poverty-requires-changing-power-relations-with-the-west/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire