L’incendie de l’appartement du Bronx était un produit du marché immobilier incontrôlable de New York

0
91

Tu as froid. Votre appartement est mal chauffé et mal isolé. Vous portez votre manteau à l’intérieur et vous avez déjà utilisé le four pour chauffer votre salon. Vous avez droit au chauffage et à l’eau chaude, vous vous plaignez donc auprès de votre propriétaire. Mais votre propriétaire est composé de trois groupes d’investissement immobilier différents, de trois États différents, qui se vantent ouvertement du nombre de logements pour personnes à faible revenu qu’ils possèdent et dont la direction ne vous ressemble pas.

Votre plainte est ajoutée à une liste dans une base de données de la ville pour être corrigée – parfois. Vous voulez être au chaud à présent, donc vous utilisez un radiateur, comme tout le monde dans votre immeuble. Le vôtre est défectueux et prend feu.

L’alarme incendie se déclenche, comme elle l’a fait faussement d’innombrables fois auparavant. Lorsque vous réalisez que c’est réel cette fois, vous rassemblez votre famille et courez pour sauver votre vie.

Ce faisant, vous ne remarquez pas que la porte coupe-feu automatique (que vos trois propriétaires corporatifs sont tenus par la loi d’entretenir) fonctionne mal et ne se referme pas derrière vous. C’est ce dernier morceau, selon votre maire, qui cause les morts. “Nous en avons tiré une leçon”, a déclaré le maire de New York, Eric Adams, “et c’est la fermeture de la porte, c’est impératif.”

Peu importe toutes les plaintes de chaleur dans le bâtiment, les alarmes défectueuses, les portes qui ne fonctionnent pas. Vous oublié la porte – c’est ton la faute. Mais ne vous inquiétez pas, dit-il pour vous rassurer : « Nous faisons tous des erreurs.

L’analyse d’Adams sur l’incendie du Bronx du 9 janvier qui a tué au moins dix-sept personnes n’est aussi profonde que le lui permettent ses copains et ses financiers dans l’immobilier. Étonnamment, l’un des fondateurs de l’une des sociétés de propriétaires de l’immeuble incendié est conseiller en logement dans l’équipe de transition d’Adams, un poste acquis au cours d’années de schmoozing et de contributions à la campagne.

La proximité de l’argent de l’immobilier avec la mairie est une victoire pour les propriétaires de la ville dans un écosystème politique conçu pour les faire sortir. L’amende pour ne pas chauffer correctement votre immeuble est de quelques centaines de dollars; les trois sociétés propriétaires du bâtiment Twin Parks North West, Camber Property Group, LIHC Investment Group et Belveron Partners, contrôlent toutes des milliards de dollars d’actifs. L’inefficacité de ces sanctions est claire : plus de 90 000 plaintes pour cause de chaleur ont été déposées contre les propriétaires de la ville de New York depuis le 1er octobre. réparations par crainte de représailles ou de se voir notifier un avis d’expulsion.

Malgré les moqueries selon lesquelles être propriétaire est à la fois un risque financier personnel important et un emploi à temps plein difficile et légitime (si vous avez déjà lu la section des commentaires d’un New York Times article sur les expulsions à New York, vous voyez ce que je veux dire), les locataires qui paient pour des immeubles entiers et leur entretien craignent d’être expulsés pour avoir demandé quoi que ce soit à leurs propriétaires, tandis que les propriétaires construisent passivement des fonds propres sur le dos des locataires.

Si un propriétaire fait profession d’encaisser des chèques et d’ignorer les plaintes, si son immeuble part en fumée et tue ses habitants, elle n’a pas à s’inquiéter : le maire la récupère. Nous faisons tous des erreurs.

Alors, si vous êtes locataire, vers qui vous tourner pour vous protéger, sinon votre propriétaire ou le maire de votre ville ? Ne vous attendez pas à l’aide du gouverneur. Kathy Hochul, qui a déjà accepté des dizaines de milliers de dollars de dons pour sa campagne de réélection de la part des propriétaires et promoteurs immobiliers de New York, a donné le feu vert aux propriétaires pour entamer une procédure d’expulsion contre plus de 100 000 locataires de la ville de New York, qui avaient auparavant été gelés sous le moratoire sur les expulsions de l’État. (Le New York Times rapporte qu’il y a des « craintes » que la fin du moratoire n’entraîne une augmentation de la criminalité et de l’itinérance, ce qui revient à dire qu’un homme sautant dans un lac « craint » d’être mouillé.)

Avec les dirigeants de leur ville et de leur État rachetés par des intérêts immobiliers, les espoirs des locataires de New York reposent actuellement sur l’assemblée de l’État, où le projet de loi sur les expulsions pour une bonne cause est en commission. Le projet de loi, proposé par la sénatrice d’État Julia Salazar et coparrainé par d’autres membres de l’assemblée socialiste, empêcherait les propriétaires d’expulser ou de refuser de renouveler les baux de tout locataire qui suit son bail et paie son loyer. Cela permettrait aux locataires de demander les réparations nécessaires, de déposer des plaintes contre leurs propriétaires et, peut-être le plus important, de participer à des syndicats de locataires, le tout sans crainte de représailles.

Bien qu’il s’agisse d’une protection significative pour les locataires de New York, le projet de loi sur la bonne cause n’est pas une panacée pour les pratiques abusives et extractives des propriétaires, et son adoption ne mettrait pas fin à la lutte des locataires. La barbarie des expulsions au cœur d’un hiver new-yorkais doit être interdite. Des logements abordables et de qualité doivent être construits en masse. La ségrégation du parc de logements de la ville entre certains appartements soumis à la réglementation des loyers et certains appartements où les propriétaires peuvent augmenter le loyer à volonté doit être comblée par un contrôle universel des loyers.

Nous, les New-Yorkais, payons les hypothèques des propriétaires, nous payons les réparations de nos bâtiments, et c’est notre travail qui alimente notre ville. Il est temps que nous récoltions sur ce que nous payons.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire