L’inclusion et l’égalité comptent : pourquoi sont-elles absentes de notre approche de Covid ?

0
95

Presque toutes les restrictions de Covid sont sur le point d’être levées à travers le Royaume-Uni, malgré les taux d’infection, d’hospitalisation et de décès qui continuent d’augmenter. Dans cet article republié de The Broad Online, militant de Zero Covid Scotland Hannah Hassan décrit les nombreuses façons dont les politiques de Covid discriminent les personnes handicapées et intensifie les inégalités existantes.

L’impact inégal de Covid-19 a montré l’échec lamentable de notre réponse en tant que société. Cela a causé un préjudice incommensurable aux personnes marginalisées, et pourtant nos politiques se poursuivent. L’approche de laisser-faire de Covid, ses méfaits et les politiques de plus en plus libertaires qui cherchent à éroder la solidarité sociale et à la remplacer par la responsabilité personnelle, indiquent le mépris rampant des minorités dans la politique et la société en général. Covid a exposé des problèmes sociaux complexes et croisés et a souligné les multiples désavantages subis par les personnes marginalisées. Ceux d’entre nous qui sont handicapés, à faible revenu, les femmes et les minorités ethniques sont plus exposés et mortels au Covid, mais reçoivent le moins de soutien de la part des employeurs et de la sécurité sociale. La suppression des protections signifie que les personnes marginalisées perdront les moyens restants de se protéger des dommages sociaux et économiques de Covid.

La politique de Covid abandonne déjà des gens comme moi, une femme métisse avec un handicap invisible, aux côtés d’innombrables autres. J’ai le diabète de type 1, une maladie auto-immune où mon corps s’attaque à lui-même, probablement causé par un syndrome post-viral. Bien que j’aie évité Covid en limitant les contacts avec mes amis, ma famille et mon partenaire pendant la majeure partie des deux dernières années, cela ne suffira pas pour échapper à Covid pour toujours. Beaucoup considèrent cela comme un choix personnel extrême. Ce qu’ils ne voient pas, c’est que je ne m’exclus pas, c’est l’environnement qui m’empêche, ainsi que beaucoup d’autres, de participer socialement et d’éviter l’infection.

L’augmentation des décès et des maladies chez les personnes marginalisées est une combinaison de facteurs professionnels, sociaux et environnementaux. Les travailleurs précaires connaissent un taux de mortalité deux fois plus élevé que les autres. L’absence de droits en matière d’emploi rend peu probable l’octroi de mesures de sécurité supplémentaires ou le travail à domicile. Le travail précaire est principalement effectué par des femmes et des minorités ethniques. Les deux représentent une grande partie des travailleurs essentiels, occupant majoritairement des rôles de contact avec le public ou de soins. Les Noirs et les Sud-Asiatiques ont un taux d’infection trois fois plus élevé, ont une taille moyenne de ménage plus grande et vivent plus souvent dans des zones défavorisées. L’exposition professionnelle, l’augmentation de la transmission dans les ménages et les conditions socio-économiques plus pauvres produisent ensemble des taux de mortalité accrus.

Les déterminants sociaux de la santé ont un impact disproportionné sur les personnes handicapées. Nous avons connu la plus grande réduction de bien-être grâce à Covid. Notre statut socio-économique inférieur est dû à un accès plus limité à l’éducation et au marché du travail, à la discrimination et à l’insuffisance de la sécurité sociale pour faire face aux coûts accrus du handicap. Covid a renforcé les barrières aux soins de santé, à l’alimentation et au soutien pratique qui continuent de restreindre l’indépendance et la qualité de vie. Cela a un impact beaucoup plus important sur la santé physique et mentale des personnes handicapées. Les travailleurs handicapés sont également 17% plus susceptibles d’être confrontés au public, ce qui augmente l’exposition et la perte de salaire liée à Covid.

Le fait de ne pas prendre en compte les personnes marginalisées dans la politique en cas de pandémie a accru l’exclusion sociale et les inégalités existantes. La levée des protections sera une attaque contre les personnes vulnérables, marginalisées et les travailleurs. Malgré nos droits à des environnements sûrs et inclusifs, les institutions renonceront davantage à leur responsabilité de protéger les personnes. La suppression précédente des protections appelées «Journée de la liberté» a encore réduit la liberté et l’inclusion des personnes handicapées, et les changements à venir ne seront pas différents. Seulement 2 % des personnes se sentaient en sécurité et plus de la moitié continuaient à s’éloigner, évitant les transports en commun et les lieux intérieurs. Cela a eu un impact sur les revenus des personnes handicapées, 37 % d’entre elles souffrant financièrement du fait que les employeurs ont refusé des ajustements raisonnables. Le récit selon lequel Covid n’est plus significatif annule toutes les préoccupations que nous essayons de soulever. Le manque d’engagement de ma propre université à l’égard de mes préoccupations montre qu’elles ne sont qu’un simple inconvénient; qu’en demandant des ajustements, je suis brusque, paranoïaque ou j’embellis mes inquiétudes. Les personnes handicapées sont 46% moins susceptibles de discuter de leur risque accru de Covid avec les employeurs. Les femmes des minorités ethniques sont également susceptibles d’éviter de signaler la discrimination au travail, car elles pensent qu’elles ne seront pas prises au sérieux. Il existe une culture de la peur pour les personnes marginalisées lorsqu’elles soulèvent des préoccupations légitimes. La force du récit est de nous faire taire et de nous banaliser. Cela montre aux minorités qu’elles n’ont pas de voix pour se protéger ; que la liberté individuelle d’accepter les risques éclipse la souffrance qu’elle cause aux autres ; que les vies handicapées comptent moins que les vies non handicapées.

Cela exclut également les personnes non handicapées qui choisissent d’éviter l’infection et Long-Covid. Les personnes qui insistent pour continuer à éviter les lieux publics intérieurs et les réunions à l’extérieur sont rapidement présumées excessivement anxieuses. Pourtant, de tels environnements intérieurs ne sont pas sans risque, même avec des tests et des masques gratuits. Leur suppression garantit qu’aucun réglage ne pourra garantir un risque faible. L’augmentation inévitable de l’infection mettra à rude épreuve la main-d’œuvre, y compris la capacité du NHS à suivre les nombreux traitements reportés en raison de la pandémie.

Le risque pour Covid a été normalisé malgré une partie importante faisant face à des dommages disproportionnés. La réduction des paiements de soutien Covid, le manque d’indemnités de maladie et la suppression des tests gratuits nous empêcheront de protéger les autres. Cela sape le message selon lequel le retour au travail et aux études est sans danger. Sans choix éclairé ni soutien financier, la suppression des protections contredit directement notre capacité à exercer notre responsabilité personnelle.

La crise du coût de la vie signifie que ceux qui ne peuvent se permettre aucune perte de salaire sont susceptibles d’infecter d’autres personnes au sein de leur classe professionnelle et économique. Les infections sur le lieu de travail et à l’école deviendront inévitables en supprimant les mesures d’atténuation et les options en ligne. Sans flexibilité et sans soutien, beaucoup n’auront d’autre choix que d’être exposés au Covid. L’inflexibilité et la disparité créent déjà des écarts de réussite pour les personnes handicapées et les minorités ; la suppression des protections approfondira les inégalités de classe et les intensifiera.

Pourtant, nous avons les outils pour éviter cela. L’atténuation des risques fait depuis longtemps partie de notre culture. Nous acceptons que les écoles, les lieux de travail et même les foyers doivent être évalués, audités et soumis à des interventions de santé au travail afin de minimiser les risques et la responsabilité. Comment alors sommes-nous devenus une société qui accepte volontairement l’exposition à un virus nocif ?

Une nouvelle normalité inclusive doit être conçue à partir du modèle social. Vivre avec Covid peut être sûr grâce à des mesures d’atténuation telles que la ventilation, des masques bien ajustés et les protections de base dont nous savons qu’elles fonctionnent. Une nouvelle normalité doit atténuer les inégalités croisées pour les minorités et les personnes à faible revenu grâce à un soutien financier et employeur. Il doit accueillir des personnes qui ne peuvent pas être vaccinées ou dont le risque clinique fait du Covid un risque énorme. Elle doit réduire les inégalités de santé et protéger les multiples comorbidités. Une planification qui tient compte de la diversité favorisera l’inclusion et réduira les risques pour tout le monde.

La discussion sur les protections Covid n’est pas un choix binaire entre liberté et confinement. Cela montre que le récit est polarisé, dangereux et nécessite des nuances. L’intersectionnalité et la profondeur des inégalités rendent le Covid de plus en plus incontournable pour les personnes marginalisées. La liberté d’un groupe sera l’oppression d’un autre et personne ne devrait être le libre choix d’exclure ou de nuire à ceux qui ont le moins de capacité à se protéger. Une nouvelle normalité inclusive est possible.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire