L’indécision d’Erdoğan dans la guerre russo-ukrainienne

0
276

Au cours du week-end, l’Ukraine a réussi à freiner l’assaut de la Russie, les publics du monde entier se sont ralliés à l’Ukraine et les alliés transatlantiques ont porté leur réponse à l’agression russe à un tout autre niveau. Ces développements ont forcé le président turc Recep Tayyip Erdoğan – qui, avant la réunion de vendredi de l’OTAN pour discuter de l’invasion russe, avait critiqué ses alliés comme étant tout en paroles et sans action – à mettre fin à sa propre inaction face à la demande de jeudi de l’Ukraine à Ankara de fermer le Bosphore. et Dardanelles, et avec eux l’accès à la mer Noire, aux navires de guerre russes conformément à la Convention de Montreux de 1936. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a annoncé dimanche que ce qui se déroulait en Ukraine était bien une « guerre », fermant effectivement le détroit aux navires de guerre des belligérants. Erdoğan a donné lundi sa bénédiction implicite à la décision en déclarant comment la Turquie entend continuer à mettre en œuvre la convention de manière à prévenir l’escalade de la crise, soulignant que la Turquie souhaite la paix dans la région. Il a exprimé sa déception que les offres de médiation/arbitrage de la Turquie n’aient pas porté leurs fruits et que la Turquie ne souhaite pas renoncer à de bonnes relations avec les deux pays.

La décision a été en partie motivée par la décision du président ukrainien Volodymyr Zelensky tweeter samedi remerciant la Turquie d’avoir fermé le détroit et en partie par la nécessité de ne pas se laisser distancer. Zelenskyy a délibérément mis Erdoğan sous les projecteurs pour briser l’indécision du président turc. Néanmoins, le dilemme d’Erdoğan de choisir entre l’Ukraine et la Russie dans le conflit n’a pas été résolu. En outre, il est confronté à un dilemme plus grand et plus fondamental de savoir s’il persistera dans son anti-occidentalisme, y compris en se rapprochant de la Russie, ou fera un pas stratégique audacieux et ramènera la Turquie à sa vocation occidentale traditionnelle.

Ce que Zelenskyy cherchait à Erdoğan

La Convention de Montreux réglemente le trafic maritime marchand et militaire à destination et en provenance de la mer Noire depuis 85 ans. Il établit un ensemble de dispositions pour réglementer le passage des navires de guerre dans les détroits. Ces dispositions régissent le mode d’entrée, la durée du séjour et le tonnage, ainsi que la nature des armes (calibres des canons principaux, pour être précis) qu’ils peuvent transporter à bord. Leur application varie selon qu’un passage s’effectue en temps de paix, en temps de guerre ou en cas de menace de guerre. Bien que l’accord favorise généralement les États riverains de la mer Noire (Russie, Ukraine, Roumanie, Bulgarie et Géorgie) par rapport aux autres en termes de transit de navires de guerre à travers le détroit, certaines restrictions s’appliquent universellement sans égard à une distinction littoral-non littoral.

L’appel de Zelensky concerné L’article 19 de la convention qui oblige la Turquie en temps de guerre à fermer les détroits au passage des navires de guerre des états belligérants. La Turquie a également la possibilité d’invoquer l’article 21 si la Turquie se considère menacée d’un “danger imminent de guerre”. Ensuite, “le passage des navires de guerre sera entièrement laissé à la discrétion du gouvernement turc”. Cependant, dans les deux cas, il existe des exceptions qui permettraient aux navires de guerre appartenant à des “puissances belligérantes” de retourner à leurs bases d’origine depuis l’extérieur de la mer Noire.

La Turquie aurait pu prétendre que ce qui se déroule en Ukraine n’est pas une guerre, d’autant plus que Moscou n’a pas officiellement déclaré la guerre à l’Ukraine. Cependant, étant donné la nature flagrante de l’agression de la Russie, révélée de manière si transparente à travers les médias sociaux, une telle position aurait été embarrassante manque de crédibilité. Cela aurait également ouvert une boîte de Pandore concernant l’avenir de la Convention de Montreux. La mise en œuvre de la convention n’a jamais été parfaite, mais le fait que, jusqu’à présent, aucune tentative de révision n’ait été faite et que la communauté internationale ait continué à respecter ses termes en dit long. Le mérite en revient principalement à la tradition de longue date de la Turquie de surveiller scrupuleusement la mise en œuvre de ses conditions. Cela aurait pu changer et déclencher demandes de révisions, un cauchemar de longue date de la Turquie. De plus, la décision de fermer le détroit aux navires de guerre des belligérants ne devrait pas modifier la situation militaire en mer Noire. La flotte russe de la mer Noire, basée en Crimée, est formidable ; Moscou avait déjà achevé sa construction navale et la marine ukrainienne est très limitée. L’impact réel de la décision turque se fera sentir si le conflit se transforme en une guerre d’usure pour la Russie.

Les raisons de prudence d’Erdoğan et les nouveaux dilemmes

L’économie turque est dans son pire état depuis longtemps, marquée par une inflation galopante et un déficit croissant des comptes courants. La Russie et l’Ukraine sont économiquement chères à la Turquie. 78 % des importations de céréales de la Turquie proviennent des deux pays (64,6 % de Russie et 13,4 % d’Ukraine). A l’heure où les touristes occidentaux restent à l’écart, les touristes russes et ukrainiens ont constitué une importante source de revenus pour un secteur qui représente environ 4% du PIB turc. Les deux pays sont des marchés importants pour les exportations turques ainsi que pour les services de construction. Enfin, la Turquie a d’importants projets de défense avec les deux. En effet, les drones turcs Bayraktar TB2 ont été un atout précieux pour l’Ukraine dans les premiers jours de la guerre.

Cependant, en termes de dépendance, la balance a favorisé la Russie. Premièrement, sur le plan énergétique, la Turquie dépend fortement de la Russie. C’est le deuxième plus grand importateur de gaz naturel russe après que l’Allemagne et la Russie ont construit une centrale nucléaire qui fournirait 30 % des besoins énergétiques de la Turquie d’ici 2030. Deuxièmement, la Turquie s’est appuyée sur l’acquiescement russe dans le nord de la Syrie pour dissuader les régimes d’Assad de lancer une offensive qui risque de déplacer un grand nombre de Syriens déplacés vers la Turquie à un moment où le mécontentement public contre les réfugiés syriens atteint son paroxysme (voir diapo 95 ici). En outre, il y a aussi l’héritage de la douleur que le président russe Vladimir Poutine a infligée à la Turquie après qu’un avion de chasse russe a été abattu par la Turquie en novembre 2015 et la façon dont Poutine a extorqué des excuses à Erdoğan lui-même.

Sans aucun doute, ces considérations auraient pesé lourdement dans l’inaction initiale d’Erdoğan et dans son choix de gagner du temps pour ne pas contrarier Poutine. Il est peut-être encore trop tôt pour prédire le cours des événements dans un avenir immédiat, mais il semble de plus en plus que la stratégie de Poutine a échoué, et les Ukrainiens dans leur ensemble ont tenu bon assez longtemps pour que la majeure partie du monde se rallie à eux. Plus important encore, Poutine a, par inadvertance, aidé des alliés transatlantiques à s’unir et à le confronter finalement à des sanctions vraiment sévères ainsi qu’à fournir d’importantes armes mortelles à l’Ukraine. De plus, le week-end dernier a également révélé la faiblesse du système de gouvernance de Poutine face à un pays dirigé par un président démocratiquement élu qui lutte pour rejoindre le monde occidental.

Au-delà de la pression que la crise exerce sur les prix de l’énergie, les sanctions occidentales – en particulier la décision de restreindre l’accès des banques russes à SWIFT – auront un impact négatif sur l’économie turque. La fragile monnaie turque a perdu 5 % de sa valeur rien qu’à l’annonce de l’invasion russe. La nouvelle d’un barrage d’annulations de tourisme détruisant les attentes d’un boom post-COVID-19 va exacerber cette fragilité.

Ces développements laissent Erdoğan face à un nouveau dilemme : persister dans sa politique actuelle ou ramener la Turquie à son orientation stratégique occidentale traditionnelle. La décision de mettre en œuvre l’article 19 de la Convention de Montreux était un pas important dans la bonne direction, mais d’autres devraient suivre. Trois suggestions : cesser la rhétorique anti-occidentale incessante, abandonner la justification de la construction du projet massif du canal d’Istanbul comme permettant à la Turquie de contourner la convention de Montreux, et abandonner les systèmes de missiles russes S-400 qui ont si gravement nui à la position de la Turquie dans le alliance transatlantique et augmentation de la dépendance de la Turquie vis-à-vis de la Russie.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire