L’invention des juifs antisémites

0
75

Jonathan Greenblatt est l’actuel PDG de l’Anti-Defamation League (ADL). Il s’agit d’une organisation juive américaine établie de longue date (fondée en 1913) qui cherche à identifier et à discréditer l’antisémitisme (généralement défini comme ne pas aimer, voire détester, les Juifs simplement parce qu’ils sont juifs). En 1948, l’État d’Israël a été fondé. Le sionisme, qui appelle à un État-nation pour les Juifs en terre de Palestine, était et est l’idéologie officielle d’Israël. Peu après 1948, l’ADL, ainsi que la plupart des autres institutions juives américaines “traditionnelles”, se consacrèrent à la défense des intérêts de l’Israël sioniste. Aujourd’hui, Jonathan Greenblatt peut être considéré comme un lobbyiste sous la direction du gouvernement israélien.

Début octobre 2022, agissant dans ce rôle, Greenblatt a appelé les organisations juives américaines à lutter contre les antisionistes (c’est-à-dire ceux qui s’opposent à la nature et aux politiques discriminatoires du gouvernement israélien). Parce que les sionistes considèrent Israël comme un État représentant la communauté juive mondiale, s’opposer à Israël, pour quelque raison que ce soit, leur semble antisémite. Greenblatt s’est consciencieusement conformé à cette position. Il a déclaré que l’antisionisme est “évidemment” de l’antisémitisme. Puis il est allé plus loin et a déclaré : « Nous devons tenir compte du fait qu’il y a des antisionistes au sein de la communauté juive. La réalité est que le simple fait d’être juif ne vous dispense pas de trafiquer l’antisionisme.

Maintenant, M. Greenblatt a peut-être toujours été un homme à la tête épaisse, mais, en tant que dirigeant d’une organisation sioniste, il est maintenant amené à penser comme tel. Il a commis l’erreur classique de confondre deux choses différentes : l’antisémitisme et la position contre l’idéologie sioniste. Il s’agit peut-être d’une tentative délibérée de mettre en place un argument de “fuite trompeuse” – un argument qui détourne l’attention d’une préoccupation centrale, par exemple, les pratiques sectaires de l’Israël sioniste, avec l’affirmation erronée qu’être contre le sionisme signifie que vous êtes contre les Juifs. , même lorsqu’ils sont affirmés par des Juifs – une position étrange à prendre.

Découvrons l’argument de M. Greenblatt selon lequel les Juifs qui sont antisionistes sont aussi antisémites, et voyons où cela nous mène.

(1) De nombreux juifs ont pris position contre le sionisme parce que, en tant qu’idéologie d’État institutionnalisée, il a conduit à des politiques nationales racistes envers les non-juifs à tous les niveaux de la société israélienne. Les non-juifs, les Palestiniens qui constituent plus de 20% de la population totale, ont été ségrégués et discriminés suffisamment sévèrement pour que de telles politiques israéliennes soient jugées d’apartheid, qui est un crime contre l’humanité en vertu du droit international.

(2) Ce jugement des juifs antisionistes n’est pas une question d’opinion. Il est étayé par des preuves tangibles rendues publiques à plusieurs reprises par plusieurs organisations de défense des droits humains de haut niveau.

(3) Cela étant, qualifier les juifs antisionistes d’antisémites se traduit par un argument de reductio ad absurdum : le sionisme s’est avéré raciste dans la pratique. Les juifs antisionistes sont contre ce racisme. Pourtant, des sionistes comme Greenblatt insistent sur le fait qu’une prise de position contre le sionisme équivaut à de l’antisémitisme. Si nous prenons cette affirmation au sérieux, il s’ensuit logiquement qu’être contre l’apartheid tel qu’il est pratiqué en Israël, c’est être antisémite. Il y a quelque chose de dangereusement absurde dans la ligne de pensée de Greenblatt.

Bien sûr, Greenblatt n’accepterait rien de tout cela. Il a une image remarquablement naïve de l’idéologie officielle d’Israël. Il nous dit : « Le sionisme n’est pas seulement une lumière pour le peuple juif, c’est un mouvement de libération pour tous. Nous devons y puiser de la force, nous devons nous en inspirer et nous devons le partager avec le monde. D’une manière ou d’une autre, il s’est même mis dans la tête que “les Palestiniens devraient embrasser le sionisme” – une autre position de reductio ad absurdum. Ce serait comme soutenir ceux qui prennent votre terre, démolissent vos maisons et vous discriminent dans la plupart des sphères de la vie.

Un mot de la morale consciente

De nombreux juifs progressistes, en particulier ceux qui sont cohérents dans leurs principes, sont consternés par le comportement et les revendications des Israéliens/sionistes. D’une part, il y a le racisme flagrant et la brutalité exercée contre la population palestinienne, en particulier en Cisjordanie et à Gaza. D’autre part, il y a l’affirmation présomptueuse et implicitement blasphématoire selon laquelle le sionisme, une idéologie laïque et étatique, est une véritable, peut-être la meilleure, expression du judaïsme. L’affirmation selon laquelle s’opposer au sionisme est l’équivalent de l’antisémitisme devrait être la dernière goutte pour les Juifs progressistes, ce qui rend d’autant plus probable qu’ils ne s’identifieront jamais à un Israël sioniste.

On peut juxtaposer les affirmations aberrantes du sionisme avancées par Jonathan Greenblatt avec celles des positions moralement conscientes prises par Donna Nevel, psychologue communautaire et éducatrice, ainsi qu’une écrivaine prolifique. Nevel a souligné que la critique progressiste du sionisme “naît d’un profond engagement envers les droits de l’homme”. Elle poursuit : “Quand j’étais une jeune militante sioniste à l’université – avant d’apprendre les conséquences du sionisme sur les Palestiniens qui y vivent – j’ai suivi une formation de hasbara (propagande) au consulat israélien. Je me souviens d’avoir été choqué qu’une des choses qu’on nous ait dites était que lorsque quelqu’un argumentait contre Israël, il ne fallait pas aborder l’argument, mais plutôt accuser la personne d’antisémitisme. Cette tactique est devenue beaucoup plus répandue aujourd’hui et c’est pourquoi les définitions dangereuses de l’antisémitisme, comme celle proposée par l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), qui confond la critique d’Israël avec l’antisémitisme et qui a attiré beaucoup d’attention, doivent être combattues avec véhémence. ”

Se diriger dans une direction fasciste

L’instruction que Nevel a reçue lors de cette réunion au consulat est assez révélatrice. Depuis une trentaine d’années, la plupart des groupes sionistes refusent tout simplement de débattre avec leurs détracteurs. Ils ne le feront pas parce qu’ils perdent trop souvent. Les faits sont contre eux. Ils ont remplacé le débat par deux réponses :

(1) ils répètent simplement des slogans trompeurs, comme Israël et les États-Unis partagent les mêmes valeurs ; Israël est la seule démocratie au Moyen-Orient ; les Palestiniens sont des terroristes.

(2) Ils se replient sur des attaques ad hominem telles que l’accusation selon laquelle les critiques sont antisémites.

Par essence, le sionisme n’est pas une idéologie humaine ou démocratique. De telles revendications ont toujours été des faillites, entraînées par les racines colonialistes et racistes non réformées de l’idéologie. Ses adhérents n’ont jamais appris ou représenté une leçon importante de l’histoire juive – le lien entre la survie et la tolérance. Au lieu de cela, ils ont remplacé cette leçon par les impulsions tribales suprémacistes de l’État-nation à orientation ethnique.

Ainsi, la logique du sionisme a balayé au moins une partie du peuple juif dans la direction actuellement populaire du fascisme renaissant. La preuve de ce fait peut être vue dans les cycles électoraux interminables d’Israël, démontrant l’incapacité de ce pays à créer un gouvernement stable « de gauche/centre ». Le racisme à la base de la culture israélienne pousse l’électorat juif vers la droite jusqu’à ce qu’une sorte de stabilité soit trouvée dans des coalitions néofascistes autocratiques et intolérantes. C’est le cas après les récentes élections israéliennes d’octobre 2022. C’est ironique mais cette évolution politique a bien mis en évidence une certaine valeur partagée entre Israël et les États-Unis. Comme le disait récemment le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union pour le judaïsme réformé : « Je redoute le jour où la valeur commune des États-Unis et d’Israël deviendra du racisme. Franchement, ça a toujours été le cas.

Conclusion

Il est remarquable de constater à quel point de nombreux juifs israéliens sont indifférents à cette débâcle. Voici la prédiction faite pour la réponse de la diaspora au virage le plus récent d’Israël vers la droite dure. Il a été fait par l’éditorialiste Anshel Pfeffer, dans un article d’opinion du 27 octobre 2022 dans le journal israélien Haaretz. « Bien sûr, les voix habituelles diront que c’est une preuve supplémentaire de la dépravation du sionisme. Mais ils disaient ça quand même. De nombreux juifs de droite et religieux du spectre seront d’accord avec cela [next] gouvernement. Et la majorité qui ne le sera pas se tordra les mains et continuera à aimer Israël. Ça va rester dans la gorge, mais que peuvent-ils faire d’autre ? »

En fait, il y a beaucoup de choses qu’ils peuvent faire. Les dirigeants sionistes tels que Greenblatt ont tellement peur de ce qui pourrait, avec le temps, être fait qu’ils qualifient maintenant les Juifs désenchantés d’antisémites. La vérité est que le nombre de Juifs de la diaspora qui « continuent d’aimer » l’Israël sioniste diminue régulièrement. Cela peut bien inclure non seulement ceux qui sont moralement cohérents, mais aussi certains de ceux qui ont été PEP, ou « progressistes sauf pour la Palestine ». Vont-ils s’en tenir à cette position corrompue et accepter un Israël néofasciste ? Pour ce faire, il faudra peut-être bien plus que « se tordre les mains ». Au fur et à mesure que les choses avancent, il est probable que dans une autre génération les dissidents de la diaspora seront majoritaires, et les sionistes seront de plus en plus isolés de ceux qu’ils prétendent représenter.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/21/the-invention-of-anti-semitic-jews/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire