L’Iran dit que les ventes de pétrole sont fortes malgré l’effet de la guerre en Ukraine | Nouvelles

0
37

Téhéran, Iran L’Iran affirme que ses ventes de pétrole sont restées à des niveaux relativement élevés malgré les changements apportés par les effets de la guerre en Ukraine et la persistance des sanctions américaines.

L’Iran exporte désormais plus d’un million de barils de pétrole brut et de condensats de gaz par jour, selon les données du ministère du Pétrole citées par l’agence de presse publique IRNA et “Iran”, le quotidien du gouvernement.

Dans l’ensemble, les points de vente ont déclaré que l’Iran avait vendu 40% de plus de brut, de dérivés du pétrole, de gaz naturel et de condensat de gaz au cours des deux premiers mois de l’année civile iranienne en cours qui s’est terminée le 21 mai par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

De hauts responsables de l’administration du président Ebrahim Raisi ont déclaré à plusieurs reprises que les ventes de pétrole au cours des premiers mois de sa présidence avaient bondi de 40 %, tout en s’abstenant de publier des chiffres détaillés, le pays restant soumis à des sanctions américaines strictes.

Mais recevoir réellement les rendements de la vente de brut et d’autres produits a été un autre problème considérable pour l’Iran depuis que l’ancien président américain Donald Trump s’est lancé dans sa campagne de sanctions de «pression maximale» en 2018 après s’être retiré de l’accord nucléaire iranien de 2015.

Officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), l’accord historique conclu entre l’Iran et les puissances mondiales, dont les États-Unis, visait à mettre un frein au programme nucléaire de Téhéran en échange d’un allégement des sanctions.

Mais le successeur de Trump, Joe Biden, qui avait promis de relancer l’accord sur le nucléaire, a maintenu les sanctions.

Selon les médias iraniens, le pays s’en est également mieux sorti à cet égard, puisqu’il a encaissé 7,5 milliards de dollars de ventes de produits pétroliers et pétrochimiques au cours des deux premiers mois de l’année civile iranienne, soit 60 % de plus que l’année précédente.

Bien qu’ils aient attribué l’augmentation significative des prix mondiaux du pétrole principalement due à la guerre en Ukraine comme étant en partie la raison de cette hausse, ils ont déclaré que la principale raison était une augmentation considérable des ventes réelles de pétrole par le gouvernement et plus de succès dans la réception de l’argent.

Cela survient alors que les exportations de brut de l’Iran ont été durement touchées, les sanctions occidentales contre la Russie l’ayant incitée à pomper son pétrole vers l’est avec une remise, une opportunité qui a été saisie par la Chine, le plus grand acheteur de barils iraniens.

Les sanctions américaines et européennes imposées suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie fin février et la forte remise subséquente du brut russe ont laissé près de 40 millions de barils de pétrole iranien stockés sur des pétroliers en mer en Asie sans acheteurs, a déclaré la société de données et d’analyse Kpler à la fin du mois dernier. .

La société a également estimé que les exportations de brut iranien étaient inférieures à un million de bpj avant avril et n’ont connu une baisse qu’en avril en raison des effets de la guerre en Ukraine.

Mais la déclaration du ministère iranien du Pétrole citée par l’IRNA a répliqué que si les exportations de pétrole du pays peuvent être affectées par les changements du marché, elles ne seront pas confrontées à des baisses drastiques et “seule la géographie du marché peut changer”.

Se référant apparemment aux remises de l’Iran, le ministère a confirmé qu’il alloue des “facilités” pour rendre son pétrole plus attractif pour les acheteurs, mais a souligné que “les ventes de pétrole ne se feront jamais sans s’assurer d’abord des intérêts du pays”.

De plus, il a affirmé que les ventes de pétrole avaient été suffisamment importantes pour couvrir le déficit budgétaire iranien de l’année précédente et permettre à l’administration Raisi de diriger le pays sans emprunter à la banque centrale, une pratique qui a été l’un des principaux moteurs de l’inflation galopante tout au long de l’année. décennies.

‘Manquant’

Étant donné que la Russie produit plus de pétrole, elle a plus d’options pour offrir des remises tandis que son absence du marché entraîne davantage de hausses de prix, selon le journaliste et analyste énergétique Hamidreza Shokouhi.

“Lorsque les chiffres montrent que la Chine et l’Inde ont augmenté leurs achats auprès de la Russie, naturellement un pays comme la Chine n’annulera pas ses contrats manifestes avec d’autres pays, il réduira sa consommation de pays comme l’Iran”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

“C’est d’autant plus vrai que la Russie offre de meilleures remises, ce qui est plus attractif pour la Chine car elle achète de grandes quantités, peu importe qui le vend.”

D’un autre côté, Shokouhi a déclaré que l’Iran ne pouvait pas offrir de rabais considérablement plus élevés car sa capacité de production – fluctuant récemment entre 2,5 et 2,8 millions de bpj – est limitée.

C’est alors qu’environ 15 mois après le début des pourparlers de Vienne visant à rétablir l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, ils n’ont pas encore fait de percée. Si l’accord est rétabli, les sanctions contre les secteurs pétrolier et bancaire iraniens seront levées.

Mais les États-Unis ont signalé qu’ils exerceraient davantage de pression sur l’Iran, notamment en imposant plus rigoureusement leurs sanctions pétrolières, si les pourparlers échouaient.

Les responsables américains et européens ont récemment averti que les chances de relancer l’accord diminuent, ce qui aura des ramifications pour le pétrole iranien, quelle que soit la qualité de la mise en œuvre des sanctions.

D’une part, le pays produisait jusqu’à quatre millions de bpj avant les sanctions, dont environ la moitié était exportée. Mais il manque maintenant l’opportunité de vendre beaucoup plus de pétrole qu’il ne l’est alors que les prix mondiaux sont plus de trois fois supérieurs à leurs niveaux d’avant les sanctions, a déclaré Shokouhi.

“Mais le deuxième aspect, qui je pense est encore plus important, est que nous ne pouvons pas attirer les investissements et la technologie pour développer nos champs de pétrole et de gaz”, a-t-il déclaré, ajoutant que le lancement de plusieurs champs énergétiques est au point mort depuis des années.

“Chaque jour que nous retardons, notre capacité de production pourrait être affectée et nous devons en tenir compte.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/11/iran-says-oil-sales-strong-despite-ukraine-war-changes

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire