Lockheed Martin et ses amis ne veulent pas que vous sachiez ce qu’ils font

0
49

Aujourd’hui, Lockheed Martin, le plus grand fabricant d’armes du monde, accueillera son assemblée annuelle des actionnaires. La semaine prochaine, Raytheon Technologies tiendra son propre, avec Boeing, General Dynamics et Northrop Grumman suite sur leurs talons.

Comme la plupart des assemblées annuelles des actionnaires, les personnes présentes sont invités à voter sur une série de propositions. Les conseils des sociétés respectives indiquent comment ils doivent voter et faire un cas pourquoi. Les conseils ont l’obligation d’aider les actionnaires gagnent plus d’argent de leurs investissements; entendre leur avis sur les propositions fait partie de cette affaire.

Mais que signifie profiter d’un investissement dans un fabricant d’armes ? Le PDG de Raytheon, Greg Hayes, a réagi à l’escalade des tensions en Ukraine il y a quelques mois en déclarant : « Je m’attends à ce que nous en tirions des bénéfices. L’administration Joe Biden a annoncé le 13 avril que les États-Unis enverraient 800 millions de dollars supplémentaires d’aide militaire à l’Ukraine – le paquet comprend cinq cents missiles antichars Javelin fabriqués conjointement par Raytheon et Lockheed Martin. En ce qui concerne l’industrie de la défense, nous ne pouvons pas séparer les profits de la guerre.

General Dynamics, la société responsable d’une composante de la bombe qui a été abandonnée sur un autobus scolaire au Yémen tuant des dizaines d’enfants, demande aux actionnaires de voter contre une proposition de la société à fournir un rapport sur les droits humains. La proposition, si elle est mise en vigueur, il faudrait General Dynamics de publier un rapport sur les « droits de l’homme en raison des processus de diligence de l’entreprise pour identifier, évaluer, prévenir, limiter et corriger les droits de l’homme réels et potentiels impacts associés aux produits et services à haut risque, y compris dans les zones liées au conflit « . La proposition des actionnaires cite un rapport d’Amnesty International de 2019 qui a conclu que la société n’a pas respecté ses droits de l’homme en raison des responsabilités de diligence. La proposition suggère également que le défaut sur le front des droits de l’homme peut avoir des « risques juridiques, financiers et de réputation » pour les actionnaires.

Le conseil d’administration de General Dynamics suggère aux actionnaires de voter contre cette proposition car ils ne pensent pas qu’il y ait “une valeur ajoutée à un rapport amorphe sur les droits de l’homme” et cela “détruirait une valeur actionnariale significative”.

Il fait également valoir que la proposition attaque la politique étrangère des États-Unis, et non pas la société elle-même. Le conseil relie la mission de sa société à la sécurité nationale des États-Unis tout au long de son argument. Considérant que la moitié du budget du Pentagone va directement à des entreprises privées comme General Dynamics, qui ne fait conflation une quantité pervers de sens. Mais il est aussi une déviation. Par exemple, le conseil d’administration ne prend directement sur les préoccupations de la proposition sur les crimes de guerre au Yémen et en Palestine. Mais il le fait en reportant la responsabilité au gouvernement des États-Unis – ce qui arrive de vendre des produits General Dynamics en Arabie Saoudite et Israël.

Les actionnaires de Lockheed Martin auront la possibilité de voter sur une proposition identique. La justification du conseil d’administration pour les actionnaires qui ont voté contre est que la société a publié un rapport sur les droits de l’homme en 2021 et “un tel rapport imposerait des exigences irréalisables à nos opérations et interférerait avec notre capacité à servir nos principaux clients, le gouvernement américain et ses alliés. ” Le conseil n’explique pas pourquoi un rapport sur les droits de l’homme porterait atteinte à servir le gouvernement des États-Unis. En 2018, 70 % des revenus de Lockheed Martin provenaient du seul gouvernement américain.

Pour renforcer son argumentation, le conseil d’administration de Lockheed Martin note que bon nombre des produits qu’il vend sont déjà soumis à la surveillance des pouvoirs exécutif et législatif, qui sont chargés d’empêcher l’utilisation non autorisée d’armes. Lockheed Martin n’a aucun contrôle direct sur l’échec de la surveillance de l’utilisation finale des armes, mais en réalité, les armes vendues aux États-Unis finissent par être difficiles à suivre une fois qu’elles sont expédiées. Le formulaire utilisé dans les premières étapes de la surveillance de l’utilisation finale par le gouvernement des États-Unis, DSP-83, ne précise pas quelle branche d’une armée donnée utilisera les armes. Par exemple, le demandeur, ou “l’utilisateur final”, peut être répertorié comme les “Forces armées d’Arabie saoudite”, au sein desquelles se trouvent plusieurs unités différentes. surveillance mauvaise utilisation finale mène aux droits de l’homme manque de données concernant les armes fabriquées par les entreprises américaines.

Les arguments avancés par les conseils d’administration de Lockheed Martin et de General Dynamics suggèrent qu’accorder plus d’attention aux violations des droits de l’homme commises avec leurs produits (1) ferait chuter les cours des actions de leur entreprise et (2) discréditerait la réputation des États-Unis en matière de droits de l’homme. . Mais ce qu’ils demandent en réalité, c’est que les actionnaires leur donnent la permission de continuer à ignorer les conséquences réelles des produits qu’ils fabriquent et vendent.

De même, les actionnaires de Boeing ont été invités à voter contre une proposition de Boeing pour fournir une plus grande transparence sur ses activités de lobbying. Le conseil d’administration a présenté des arguments similaires à Lockheed Martin contre les rapports sur les droits de l’homme – que les rapports de lobbying supplémentaires ne sont pas nécessaires et nuiraient actionnaires.

Lindsay Koshgarian des priorités nationales du projet a indiqué que le contribuable moyen « a contribué à environ 2 000 $ à l’armée l’année dernière. » Environ 45 pour cent de qui est allé à des sociétés comme Lockheed Martin, General Dynamics, Raytheon, Northrop Grumman, Boeing, et d’autres. Lockheed Martin a reçu un seul paiement des contribuables américains l’an dernier un total d’environ 75 milliards $.

Une grande partie du budget américain va directement aux fabricants d’armes, faisant de chaque Américain qui paie ses impôts un actionnaire involontaire de ces entreprises. Peut-être que si les rapports sur les droits de l’homme et le lobbying nuisaient à certaines des plus grandes entreprises du monde, il est temps d’exiger que l’argent de nos impôts soit investi ailleurs.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire