L’oligopole canadien des télécommunications est une bête affamée qui ne sera jamais rassasiée

0
42

L’industrie canadienne des télécommunications se décrit le mieux comme trois entreprises en trench-coat. C’est pourquoi le pays paie certains des prix les plus élevés au monde pour les services à large bande et sans fil. L’hymne national du pays affirme que le Canada est « le vrai nord, fort et libre », et pourtant l’une des industries essentielles de ce pays de plus de 38 millions d’habitants est un oligopole. Le tour le plus impressionnant que cet oligopole ait joué aux Canadiens est de naturaliser des coûts de télécommunications vraiment scandaleux. Malgré des années de promesses du gouvernement de Justin Trudeau, il n’est pas prévu de changer le statu quo pour le mieux, mais deux sociétés tentent de le changer pour le pire.

En 2021, Shaw et Rogers, deux des trois géants des télécommunications du pays, ont annoncé leur intention de fusionner dans le cadre d’un accord d’une valeur de 26 milliards de dollars canadiens. Pourquoi? Les entreprises ont cité les technologies 5G émergentes et la nécessité d’importants investissements en capital pour que le déploiement fonctionne. La capacité, la productivité et l’efficacité suivraient, bien sûr. Les emplois seraient protégés, naturellement. Les prix resteraient compétitifs. Rien à voir ici. N’essayez pas d’ouvrir le trench-coat pour jeter un coup d’œil aux bandits à l’intérieur, compter votre argent et rire.

Début mai, le Bureau de la concurrence du Canada en a surpris certains en déposant des demandes auprès des tribunaux pour bloquer la fusion, invoquant une préoccupation concernant « des prix plus élevés, une qualité de service inférieure et moins de choix ». Le Bureau de la concurrence n’a pas vraiment fait ses preuves en matière de promotion de la concurrence. Mais les télécommunications du pays présentent un cas si flagrant de rendements supérieurs au marché que le bureau a été obligé de s’asseoir et de s’en apercevoir.

La fusion proposée aggravera encore les choses pour les consommateurs. Même les gens de l’industrie sont d’accord. Comme l’a dit un analyste, « l’acquisition de Shaw par Rogers pourrait signifier des pertes d’emplois, une détérioration du service à la clientèle et une concurrence moindre ».

Rogers et Shaw ripostent, cependant, avec la ferme intention de poursuivre l’accord. Ils ont de bonnes chances de gagner. Les grandes entreprises de télécommunications du Canada sont expertes dans la prise en otage du pays. Non seulement elles contrôlent les services du marché, mais elles possèdent également l’infrastructure qui rend ces services possibles. Ce sont les entreprises qui tracent la voie de l’expansion des infrastructures. Et ils sont heureux d’utiliser la question de l’expansion et de l’amélioration comme un pion dans les négociations avec les régulateurs. Si vous pariez sur la concurrence des télécommunications dans le pays, vous ne ferez jamais faillite en pariant contre les intérêts des consommateurs.

Bien qu’il y ait un certain espoir que l’État bloquera la fusion, un autre oligarque milliardaire tourne autour de l’accord comme une buse. Freedom Mobile, un service sans fil appartenant à Shaw, est en vente dans le cadre du forfait. Tant mieux pour apporter plus de concurrence sur le marché, n’est-ce pas ? Détrompez-vous. Le chef de l’entreprise de médias Quebecor Inc. Pierre Karl Péladeau appuie la tentative du Bureau de la concurrence de bloquer l’entente, mais pas par bonté de cœur. Comme le Poste financier rapports,

l’entreprise montréalaise a des options pour atteindre son objectif d’étendre les services sans fil à l’extérieur de son empreinte au Québec, parmi lesquelles l’acquisition potentielle de la division sans fil Freedom Mobile de Shaw, qui exerce ses activités en Alberta, en Colombie-Britannique et dans le sud de l’Ontario et semble maintenant être à gagner .

Ajouter un autre milliardaire avec un conglomérat au mélange ne résoudra pas les problèmes de télécommunications du pays. Le Bureau de la concurrence est d’accord — il soutient que la vente de Freedom est insuffisante pour protéger les consommateurs.

Malheureusement, chaque fois que l’État canadien admet qu’il y a un problème avec l’industrie des télécommunications du pays, il ne propose jamais de solutions sérieuses. Les politiciens pourraient discuter d’une solution évidente : l’intervention de l’État sur le marché au moyen de la propriété nationale de l’infrastructure des télécommunications, des sociétés d’État fédérales ou provinciales fournissant des services directs aux consommateurs, ou les deux. Au lieu de cela, ils essaient timidement de culpabiliser les trois grandes entreprises de télécommunications dans des plans moins chers et inférieurs à la moyenne. En essayant d’empêcher une plus grande consolidation du marché et le resserrement de l’étau ploutocratique milliardaire sur l’industrie, c’est comme combattre l’océan avec ses poings.

Ce n’est pas comme si l’idée d’une intervention directe de l’État était sans précédent. En Saskatchewan, SaskTel est une entreprise d’État qui existe sous une forme ou une autre depuis plus de cent ans. Il dessert plus d’un million de consommateurs et a généré un bénéfice de plus de 130,8 millions de dollars canadiens en 2020-2021. L’ancien premier ministre Brad Wall a tenté de vendre une participation dans la société il y a plusieurs années, mais a abrogé la loi habilitante après la réaction du public et des syndicats. La population et les travailleurs de la province comprennent le rôle critique de la prestation par l’État d’un service essentiel. Imaginez si ce même service était étendu à l’échelle nationale. Ce serait une solution structurelle à un problème structurel.

L’industrie d’État est un long shot, cependant. Le Canada ne peut même pas gérer des gaffes modérées fondées sur le marché libre pour fixer des prix exorbitants dans l’industrie des télécommunications. En 2019, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a abaissé le prix de gros du service à large bande – le tarif auquel les grands titulaires vendent aux fournisseurs Internet indépendants. En 2021, il a admis son “erreur” et a renversé la décision dans une victoire majeure pour l’oligopole des télécommunications. Les prix de l’internet à la consommation ont augmenté. Un fournisseur indépendant lutte contre ce renversement, demandant au gouvernement d’inverser le renversement et de baisser à nouveau les tarifs de gros du haut débit, mais ce combat ne se terminera pas de si tôt.

La fusion Rogers-Shaw est le dernier test de la détermination du pays en matière de protection des consommateurs de télécommunications. Le bilan du gouvernement libéral dans ce dossier donne peu d’espoir. Mais un jour peut-être, les Canadiens en auront assez de ces bêtises et pousseront en masse pour une solution permanente à un problème à long terme qui les appauvrit et leur assure moins de services pour plus d’argent. La bonne nouvelle est que la solution est là, attendant simplement la volonté politique de faire ce qu’il faut.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire