Londres en révolte – revisiter la guerre civile anglaise

0
38

Andrew Stone se penche sur une nouvelle histoire des origines des guerres civiles anglaises, trouvant un récit engageant du caractère de classe du processus qui a finalement vu Charles Ier exécuté.

Michael Sturza, The London Revolution 1640-1643: Class Struggles in 17th Century England (The Mad Duck Coalition, 2022) 256pp, 20,00 $.

Londres n’a peut-être pas la même réputation révolutionnaire que Paris ou Saint-Pétersbourg, mais dans ce nouveau récit du déclenchement des guerres civiles anglaises, La Révolution de Londres, Michael Sturza nous rappelle son héritage radical. Ceux qui nous inondent de mythes sur la déférence britannique non critique envers la monarchie en cette année de Jubilé devraient se rappeler qu’en 1649, ces batailles entre le roi et le Parlement se sont terminées par le procès et la décapitation du roi Charles Ier.

Récupérant la Révolution anglaise sous les détritus de l’historiographie révisionniste, Sturza propose une polémique marxiste convaincante soulignée par une prise en main sûre du détail. Son point de départ est de reconnaître une dette envers Christopher Hill, dont l’œuvre pionnière de 1940 La Révolution anglaise 1640 a initialement établi le cas du conflit comme un conflit entre classes sociales, par opposition à un conflit basé principalement sur la religion – bien qu’il ait souvent été articulé par ses protagonistes en ces termes. Il a soutenu qu’il s’agissait d’une révolution bourgeoise, menée par une section progressiste de la gentry (la classe des propriétaires terriens en dessous de la noblesse) contre l’héritage féodal réactionnaire qui dominait la cour et neutralisait le parlement (qui au début de la période moderne jouait un rôle largement secondaire et secondaire). rôle législatif parfois peu fréquent, et pouvant être démis de ses fonctions au gré du monarque, comme ce fut le cas par Charles entre 1629 et 1640).

Alors que Hill avait raison de donner la primauté aux causes sociales et économiques, soutient Sturza, il a eu du mal à défendre cette version de celui-ci. Les révisionnistes ont pu désigner une grande partie de la noblesse qui a soutenu Charles et ses prétentions à une version absolutiste de la monarchie. C’était bien au-delà des « vestiges féodaux » que Hill, inspiré par RH Tawney, considérait comme des exceptions à une tendance générale. En effet, si elles avaient été si insignifiantes, les guerres civiles auraient été de très courte durée.

À la suite de telles critiques, Hill a commencé à se retirer vers une vision beaucoup moins stridente, affirmant en 1980 que «l’expression [bourgeois revolution] dans l’usage marxiste ne ne pas signifient une révolution faite par ou consciemment voulue par la bourgeoisie… »[i] Il soutenait plutôt vaguement que les contradictions sociales conduisaient à un effondrement de l’ancienne société dont la bourgeoisie était finalement la bénéficiaire. Qu’il s’agissait d’une révolution bourgeoise dans ses résultats, sinon dans son action.

Sturza suit une génération un peu plus tardive de marxistes, dont Perry Anderson et Brian Manning, en cherchant à recentrer les idées initiales de Hill. Premièrement, Sturza soutient que pour trouver la bourgeoisie révolutionnaire, nous devons être moins obsédés par la noblesse terrienne qui, même dans ses aspects les plus radicaux, représentait une position sociale contradictoire. Au lieu de cela, nous devrions être plus conscients du rôle de premier plan des marchands bourgeois de l’Atlantique libre-échangistes, parmi lesquels les leaders parlementaires John Pym et John Hampden étaient deux notables. L’une de leurs principales plaintes était l’étouffement de leurs exploits par des monopoles sanctionnés par le roi. Par exemple, le duc de Buckingham, l’amant de Jacques Ier et le principal courtisan de son fils, fut l’un des bénéficiaires de ce système et fut assassiné avec un large succès populaire en 1628.

Deuxièmement, Sturza montre que cette direction capitaliste puritaine nécessitait une participation de masse d’en bas – que “les artisans petits-bourgeois, les commerçants, les premiers fabricants, les commerçants nationaux et les marins… ont fourni la puissance de la révolution”. ignorer les manœuvres du parlement (que Charles a été contraint de rappeler après avoir provoqué deux fois la guerre avec son royaume écossais tout en essayant d’affirmer l’uniformité religieuse) Sturza le considère comme un site de conflit profondément affecté par les batailles politiques et physiques menées dans les rues de Londres.

Un bref examen ne peut pas rendre justice au récit de ce mouvement de rue en développement, mais certaines caractéristiques clés méritent particulièrement d’être notées. D’une part, l’effondrement de la censure au printemps 1640 était à la fois le résultat et l’accélération du mouvement populaire contre l’absolutisme et l’épiscopat (gouvernement par les évêques). Les historiens ont la chance d’avoir de vastes archives de l’explosion de pamphlets produits en conséquence, qui fournissent de nombreuses preuves de l’audience pour une refonte radicale de la société.

Cette littérature radicale a alimenté le développement de la pétition, non pas comme une alternative apprivoisée aux protestations conflictuelles, comme elles peuvent parfois l’être aujourd’hui, mais comme un complément à celle-ci. La collecte de signatures impliquait des réunions de rue et des arguments politiques, souvent bien au-delà de la « nation politique » officielle des quelque 25 % d’hommes adultes habilités à voter. Leur présentation était généralement une affaire tapageuse et intimidante, avec de grandes foules d’apprentis au premier plan. Les femmes ont également commencé à jouer un rôle visible et actif. Une partie de l’indignation ressentie par les royalistes lors de la grande remontrance de John Pym, un manifeste de plaintes et de demandes adopté de justesse aux Communes en novembre 1641, était qu’il avait été publié pour que « la foule » le lise, dont l’insulte perçue a occasionné le dernier l’époque où l’épée était tirée au parlement.

Ce qui manque souvent dans les récits orthodoxes du déroulement des guerres civiles, c’est le niveau de mobilisation qui a suivi dans ce que Sturza appelle « les journées de décembre ». C’est alors que Charles nomma un réactionnaire violent, le colonel Thomas Lunsford, comme lieutenant de la tour de Londres et rassembla des hommes armés à Whitehall et à l’abbaye de Westminster. En réponse, les rues ont été remplies de citoyens armés, les dirigeants parlementaires ont été protégés contre la tentative du roi de les arrêter, les portes de la ville ont été fermées et un comité de salut public a été élu.

Sturza délimite soigneusement les tensions au cœur de l’alliance parlementaire et les méthodes utilisées par Pym et d’autres dirigeants pour garder les conciliateurs, tels que le comte d’Essex, et les forces populaires radicales à bord. Il reconnaît qu’il y avait un certain degré de leadership alternatif “d’en bas”, bien que les lecteurs bénéficieraient de conseils La révolution du niveleur par John Rees pour approfondir cette question. S’il est certainement vrai que ce mouvement démocratique ne s’est pleinement cristallisé que dans la nouvelle armée modèle créée par le Parlement en 1645 pour gagner la guerre civile, Rees ajoute de la profondeur à notre compréhension de la mesure dans laquelle les réseaux radicaux ont été construits au sein du mouvement civil dans le années précédentes.

Alors que La Révolution de Londres est un travail de synthèse plutôt qu’une recherche originale, c’est l’un des exemplaires les plus impressionnants et les plus lisibles du genre ces dernières années. Il fournit une introduction accessible au lecteur général intéressé, tandis que sa polémique historiographique pose des questions difficiles aux universitaires révisionnistes déterminés à nier les racines sociales et les processus de la révolution anglaise.

[i] Christopher Hill, « Une révolution bourgeoise ? » dans Trois révolutions britanniques : 1641, 1688, 1766, sous la direction de JGA Pocock (Princeton, Princeton University Press, 1980), 110.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire