L’OTAN doit aider à résoudre la crise frontalière en Biélorussie, exige le Premier ministre polonais — RT World News

0
61

Les mots ne suffisent pas pour résoudre la crise des réfugiés à la frontière de la Pologne avec la Biélorussie, a déclaré le Premier ministre Mateusz Morawiecki, exigeant que l’OTAN prenne des « mesures concrètes » pour régler le problème.

« Il ne fait aucun doute que les choses sont allées trop loin » Morawiecki a déclaré dimanche à l’agence de presse polonaise PAP, ajoutant que « les mots seuls ne suffisent pas pour arrêter » Minsk, que Varsovie a accusé d’avoir orchestré la crise frontalière.

Le Premier ministre a également révélé que lui et les dirigeants de la Lettonie et de la Lituanie envisageaient d’invoquer l’article 4 du traité de l’OTAN pour encourager l’alliance à prendre des mesures concernant la situation à la frontière orientale de la Pologne avec la Biélorussie.

Lire la suite




L’article 4 dit que les parties au traité doivent tenir des consultations « chaque fois que, de l’avis de l’une d’entre elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties est menacée ».

Il ne suffit pas de simplement « exprimer publiquement notre inquiétude », Morawiecki a déclaré, ajoutant que “engagement” et « étapes concrètes » étaient nécessaires de la part de tous les membres de l’OTAN. Il a déclaré qu’il était en contact permanent avec d’autres dirigeants européens et s’est récemment entretenu avec le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Il a déclaré que le président américain Joe Biden était au courant de ce que Morawiecki a décrit comme le « actes de provocation ».

Le chef du gouvernement polonais a également déclaré que de nouvelles sanctions contre la Biélorussie étaient sur la table et seraient examinées lors du prochain sommet d’urgence du Conseil européen demandé par la Pologne. “Nous discuterons certainement de nouvelles sanctions, y compris la fermeture complète de la frontière”, il a dit.

Morawiecki a accusé Minsk – et Moscou – d’avoir mené une “désinformation” campagne contre la Pologne pour la blâmer pour la crise. Il a également exhorté les médias occidentaux à ne pas tomber amoureux du président biélorusse Alexandre Loukachenko “manipulations” en échange d’un accès aux camps de réfugiés, ajoutant que certains articles récents aux États-Unis lui ont donné des frissons. Il a également encouragé les médias à s’appuyer sur « informations fiables confirmées » fourni par la Pologne via un portail d’État spécialement créé.

Des milliers de demandeurs d’asile, originaires pour la plupart du Moyen-Orient, campent à la frontière biélorusse. L’UE accuse la Biélorussie d’avoir orchestré la crise. Minsk a nié à plusieurs reprises, expliquant qu’elle ne pouvait tout simplement pas se permettre une sécurité accrue aux frontières en raison des sanctions paralysantes de Bruxelles. La Biélorussie a également accusé l’UE de mener sa propre “guerre hybride” sur Minsk en soutenant l’opposition biélorusse.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici