L’Ouzbékistan étend son secteur de l’énergie et des énergies renouvelables

0
107

La principale priorité du gouvernement d’Ouzbékistan reste l’expansion de l’énergie et, en particulier, dans les secteurs des énergies renouvelables, Chris Weaver, co-fondateur de Macro-Advisory à Moscou, a déclaré, ajoutant qu’au moins 15 milliards de dollars seront dépensés dans ce secteur cette décennie.

Le gouvernement s’attend à ce que la demande d’électricité augmente de 70 % au cours de la prochaine décennie. Une étude du ministère des Finances a calculé le coût total pour renforcer cette capacité à « plus de 15 milliards de dollars ». Le montant spécifique de la nouvelle capacité de production est de 30 GW, et la stratégie du gouvernement est de cibler les nouvelles installations dans ces catégories : Centrale thermique (y compris les centrales à vapeur et à gaz) – 19 GW (60 %) ; Centrale nucléaire – 2,4 GW (8 %) ; Centrales solaires – 5 GW (15%) ; Centrales éoliennes – 1,7 GW (5 %) ; Centrales hydroélectriques – 4 GW (12%).

En juin 2019, Shavkat Mirziyoyev, qui a été réélu président de l’Ouzbékistan le 24 octobre 2021, a signé une loi ratifiant la charte de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) – un décret du même mois fixait l’objectif d’allouer 5,3 milliards de dollars à 810 projets d’investissement pour développer énergies renouvelables jusqu’en 2022. À la fin de l’année dernière, le président a déclaré : « Nous avons besoin de beaucoup d’investissements dans ce secteur. Selon des estimations approximatives, 15 à 20 milliards de dollars seraient nécessaires au cours des 10 prochaines années.

Secteur Gaz

Selon Weafer, l’Ouzbékistan prévoit de mettre en œuvre 52 projets d’une valeur de 9 milliards de dollars alors qu’il se lance dans le traitement en profondeur du gaz naturel et la production de produits à valeur ajoutée, a annoncé le service de presse du bureau présidentiel le 25 novembre 2020.

Quinze projets sont à mettre en œuvre dans le domaine de la chimie inorganique, 23 en chimie organique et 12 dans la production de polymères. Les projets permettraient la production de biens d’une valeur de 4,1 milliards de dollars, le remplacement de produits importés d’une valeur de 1,1 milliard de dollars, l’exportation de biens à valeur ajoutée d’une valeur de 1,45 milliard de dollars et la création de 6 500 nouveaux emplois, selon des responsables.

Un projet vise à établir un centre d’innovation qui sera engagé dans la recherche et le développement de nouveaux types de polymères fabriqués à partir de matières premières gazeuses et la formation de spécialistes.

En octobre, la compagnie pétrolière et gazière canadienne Condor Petroleum a annoncé son intention d’investir plus d’un milliard de dollars dans l’exploitation de gisements de gaz dans la province de Boukhara en Ouzbékistan en 2021-24.

Usine de produits chimiques

L’entreprise publique ouzbèke Uzkimyosanoat a annoncé la mise en service de son complexe de production d’ammoniac et d’urée de 982 millions de dollars à Navoiyazot. L’usine de Navoiyazot est l’une des plus grandes usines chimiques d’Ouzbékistan, produisant des engrais minéraux en traitant le gaz naturel comme matière première. Le complexe a la capacité de produire 660 000 tonnes d’ammoniac et 577 500 tonnes d’urée. Le produit doit être exporté vers les pays voisins de la région, ainsi qu’en Turquie, en Ukraine et en Géorgie. Le projet a été financé par des prêts de banques japonaises d’une valeur de 577 millions de dollars et comprenait un prêt du Fonds pour la reconstruction et le développement de l’Ouzbékistan de 320 millions de dollars.

Utilitaires

Weafer a déclaré qu’il était prévu de déréglementer les marchés du gaz et de l’électricité. « Le gouvernement a publié un projet de document qui propose d’abolir le monopole de l’approvisionnement en gaz et en électricité de l’Ouzbékistan et de l’ouvrir aux investisseurs. Il vise à permettre aux entreprises locales d’acheter de l’électricité et du gaz de pétrole liquéfié sur le marché libre, plutôt qu’à des monopoles d’État. Selon un projet de décret présidentiel publié le 18 janvier, le monopole d’État sur la fourniture d’électricité et de gaz liquéfié aux entreprises locales sera aboli dès cette année », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la privatisation, il a dit que c’était en partie en réponse aux pénuries d’énergie domestique persistantes et en partie dans le cadre de l’engagement de privatisation. Le projet propose également la suppression des droits de douane et des autorisations d’importation de gaz liquéfié. Le ministère de l’Energie sera chargé de superviser la mise en œuvre de la feuille de route pour le changement et permettra aux entreprises d’importer de l’électricité et du gaz à partir du 1er août, selon le projet de document.

L’investissement étranger direct

L’Ouzbékistan a l’intention de lever 7,6 milliards de dollars d’investissements directs étrangers (IDE) d’ici la fin de l’année, selon Badriddin Abidov, vice-ministre de l’investissement et du commerce extérieur. « L’année dernière, l’Ouzbékistan a enregistré 7 milliards de dollars d’IDE. Ces investissements ont été orientés vers des industries prometteuses telles que l’électrotechnique, l’informatique, etc. Nous prévoyons d’attirer 7,6 milliards de dollars d’IDE en 2021. Une coopération est prévue avec plusieurs pays européens et asiatiques », a déclaré Abidov.

L’Ouzbékistan, le Kazakhstan et les États-Unis vont coopérer au lancement de l’initiative de partenariat d’investissement en Asie centrale, selon une déclaration conjointe signée le 7 janvier. Les gouvernements des trois pays prévoient d’attirer quelque 1 milliard de dollars sur cinq ans. Les fonds devraient être consacrés à des projets qui font progresser la croissance tirée par le secteur privé et augmentent la connectivité économique en Asie centrale et dans la région au sens large. Les représentants des trois pays ont également déclaré qu’ils souhaitaient que d’autres pays se joignent à l’initiative pour promouvoir le partenariat économique régional et la prospérité.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a fourni 521 millions de dollars en 2020. La BERD a publié un rapport sur ses activités en Ouzbékistan en 2020. La banque a accordé des prêts d’une valeur de 521 millions de dollars à divers projets dans le pays en 2020. Les fonds ont été promis à 18 projets pour soutenir le secteur bancaire du pays, l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) au financement, la modernisation des infrastructures clés et la promotion du développement des énergies renouvelables.

Pour soutenir la transition verte de l’Ouzbékistan, la banque a financé son premier projet d’énergie renouvelable privé et soumis à un appel d’offres dans le pays en accordant un prêt relais pour la construction d’une centrale solaire photovoltaïque de 100 MW dans la région de Navoi en Ouzbékistan, a déclaré Weafer. En soutenant ce projet, la BERD a contribué à l’objectif de l’Ouzbékistan de générer 8 MW d’énergie solaire et éolienne d’ici 2030.

Des prêts d’une valeur de 150 millions de dollars ont été accordés pour soutenir les mises à niveau vitales des infrastructures d’approvisionnement en électricité et en eau dans la région de Surkhandarya.

Plus de 55 millions de dollars ont été investis dans divers projets du secteur privé. Cela comprenait une prise de participation de 40 millions de dollars dans la principale chaîne alimentaire du pays, Korzinka, marquant la première prise de participation de la banque de développement dans le pays depuis une décennie, un prêt de 12,5 millions de dollars au producteur d’engrais Indorama Kokand et un prêt de 2,8 millions de dollars en équivalent monnaie locale. à un important producteur et commerçant national de produits médicaux jetables, Healthline.

L’Ouzbékistan et la BERD ont signé des accords de prêt d’une valeur de 150 millions de dollars pour financer des projets d’infrastructure, a annoncé le ministère de l’Investissement et du Commerce le 10 décembre. Les fonds doivent être alloués à la mise en œuvre de projets qui soutiennent le secteur de l’électricité et à la construction d’un réseau de canalisations pour améliorer l’approvisionnement en eau dans le district de Muzrabod de la région de Surkhandarya, a indiqué le ministère. Au cours des entretiens par vidéoconférence, la BERD a exprimé sa volonté de fournir un soutien global pour accélérer les réformes dans les secteurs financier et bancaire de l’Ouzbékistan.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici