Révision | La politique anti-genre à l’heure populiste

0
113

Colin Wilson passe en revue le livre d’Agnieszka Graff et Elżbieta Korolczuk sur la relation entre la politique anti-genre et les partis de droite populiste.

Les « Trans Exclusionary Radical Feminists » (TERF) ne sont pas les bienvenues ! Photo : Steve Eason

Agnieszka Graff et Elżbieta Korolczuk, La politique anti-genre à l’heure populiste, (Londres : Routledge, 2021) 212 pp, libre accès.

Le 26 septembree 2021, un référendum suisse a produit une décision écrasante en faveur du mariage homosexuel, tandis que les électeurs allemands ont élu deux femmes trans au parlement du pays – les premières personnes ouvertement trans à y siéger. Mais il y a une nette différence entre ces avancées pour les personnes LGBT et les développements dans certains pays d’Europe de l’Est. En Pologne, les collectivités locales couvrant environ un tiers du pays se sont déclarées « zones sans LGBT ». Le gouvernement hongrois de droite dure du Fidesz a aboli la reconnaissance légale des personnes trans, interdit aux couples de même sexe d’adopter des enfants et interdit la représentation de relations homosexuelles dans des documents destinés ou accessibles aux enfants, confondant homosexualité et pédophilie. La politique anti-genre à l’heure populiste nous aide à comprendre ces développements dans les anciens pays du Pacte de Varsovie, leurs liens avec l’extrême droite au niveau international, et donne un exemple inspirant de personnes qui ripostent.

La triste vérité, cependant, est que des millions de personnes ont été mobilisées à travers l’Europe – d’ouest en est – par un mouvement qui s’oppose au « genre », cherche à défendre « la famille » et prétend que les enfants sont en danger et doivent être protégés. Partout en Europe, ce mouvement fait partie de la droite populiste – en France, la « Manif pour tous » de 2013 a fait descendre des centaines de milliers de personnes dans la rue contre l’égalité du mariage et a été soutenue par l’extrême droite française, tandis qu’un « Congrès mondial des familles » de 2019 a eu lieu à Vérone et a mis en vedette le vice-Premier ministre d’extrême droite Matteo Salvini comme conférencier vedette. Ainsi, comme le précisent Graff et Korolczuk, l’homophobie et la transphobie croissantes en Europe de l’Est n’ont pas leur origine dans le « retard » d’une région prétendument encore ravagée par des décennies de « communisme » et donc incapable d’avancer vers une « modernité éclairée ». Ces idées proviennent et sont promues par des réseaux de personnes puissantes en Occident. L’église catholique s’est toujours opposée à l’égalité pour les femmes et les personnes LGBT, et le pape François – malgré sa réputation imméritée de libéral – continue de le faire. En Pologne, le mouvement « anti-genre » a pour fonction supplémentaire pour l’Église catholique de détourner le débat public des abus sexuels commis sur des enfants par des prêtres, largement répandus dans ce pays comme ailleurs. Les revendications homophobes et transphobes sont soutenues par la droite dure au niveau international – comme dans les cas de Trump et de Bolsonaro – qui diffuse ses idées à travers un réseau bien financé et coordonné de groupes de campagne et de groupes de réflexion. Ce sont d’ailleurs ces personnes avec lesquelles certaines soi-disant gauchistes et féministes britanniques s’alignent.

Quelles sont exactement ces bonnes idées et pourquoi de nombreuses personnes les trouvent-elles crédibles ? Comme Graff et Korolczuk le précisent, un facteur clé en Europe de l’Est est l’expérience du néolibéralisme depuis la chute du mur de Berlin en 1989. Comme ils l’ont dit, « ce que la plupart des Polonais et des Hongrois espéraient en 1989 était [a] système semblable à l’État-providence suédois des années 70… Ce qu’ils ont obtenu, cependant, était plus proche du modèle américain des années 80 » et du slogan « chacun pour soi ». Plutôt que des Polonais connaissant le niveau de vie des travailleurs à Hambourg, Paris ou Londres, plus de 2 millions de Polonais ont émigré à la recherche de travail. Les multinationales ont installé des usines en Pologne, dotées d’ouvriers aussi instruits que les Européens de l’Ouest mais payés moins. L’adhésion à l’UE s’inscrit dans ce même tableau. Des pays tels que la Pologne et la Hongrie ont reçu l’ensemble accumulé des lois de l’UE et ont été invités à les promulguer dans leurs propres États, y compris des lois sur l’égalité des LGBT. La Commission européenne n’a pas consulté les personnes LGBT dans ces pays sur ce qu’elles voulaient et ce dont elles avaient besoin – ces réformes se sont produites au-dessus de leurs têtes.

C’est dans ce contexte, que la droite populiste qualifie de « colonisation », que les idéologues de la droite dure prétendent en Europe de l’Est que le « genre » est promu par une élite capitaliste internationale corrompue, qui imposent leurs idées à des personnes innocentes et authentiques. les gens « ordinaires », y compris les pauvres et les démunis. Il existe un cynisme remarquable dans la manière dont de tels dirigeants, membres de réseaux internationaux bien financés, peuvent prétendre représenter les défavorisés. Il est beaucoup plus facile de comprendre pourquoi les travailleurs polonais ou hongrois pourraient trouver ces revendications attrayantes. Ils ont vu les communautés s’éroder et la vie quotidienne devenir plus instable. Les forces sociales qu’ils identifient à la stabilité – la nation et la « famille traditionnelle » où les parents contrôlent et protègent à la fois leurs enfants – semblent attaquées. Comme l’a dit Nicolas Bay, député européen du Front National d’extrême droite, les néolibéraux « soutiennent l’individualiste fragmenté ‘l’homme nomade’ [as] seul [an] acteur économique qui produit et consomme. Nous soutenons une vision différente de l’homme, non pas consommateur mais ancré dans la famille… C’est la famille qui protège les plus faibles et les personnes âgées.

Comme l’expliquent Graff et Korolczuk, « l’attaque actuelle contre le ‘genre’ ne serait pas un tel succès si le populisme de droite ne répondait pas aux besoins et aux griefs réels de nombreuses familles en Europe ». L’autre point frappant ici est qu’il s’agit d’une politique populiste, ou prétend l’être – anticapitaliste, pour le plus grand nombre et contre quelques-uns. C’est un populisme de droite – il ne favorise que les « gens ordinaires » qui viennent de « notre » pays et vivent dans des familles « traditionnelles ». Mais pour ces personnes, cela donne un sentiment de légitimation. De plus, en Pologne, le Parti Droit et Justice d’extrême droite offre aux familles non seulement une légitimation, mais aussi de l’argent sonnant et trébuchant. Depuis 2015, les familles sont payées 500 złoty (environ 93 £) chaque mois pour chaque enfant, les dépenses publiques pour la garde d’enfants ont triplé entre 2015 et 2018, et les dépenses publiques pour les politiques en faveur de la famille ont augmenté en pourcentage du PIB de plus des deux tiers entre 2015 et 2017. En Hongrie, chaque couple marié bénéficie d’un prêt sans intérêt de 30 000 € si la femme est âgée de 18 à 40 ans et enceinte, ainsi que des prêts bonifiés pour acheter ou construire une maison, et des subventions pour acheter une voiture familiale plus grande.

Cela peut sembler une perspective alarmante. Nous sommes habitués aux droitiers comme le gouvernement Johnson, qui épousent une rhétorique pro-famille et transphobe, mais attaquent ensuite les familles de la classe ouvrière, par exemple en supprimant l’augmentation du crédit universel de 20 £. La réponse évidente de la gauche est de souligner que ce sont des hypocrites qui ne tiennent pas leurs promesses – et c’est un cas plus difficile à faire si un gouvernement d’extrême droite donne aux familles de l’argent mensuellement ou un prêt sans intérêt. Mais Graff et Korolczuk soulignent que même dans ces situations, la résistance est possible. En octobre 2016, par exemple, en réponse à une proposition d’interdiction de l’avortement, plus de 150 000 personnes ont participé à des manifestations dans 200 villes et villages de Pologne. Les manifestants ont ostensiblement quitté les services religieux, défiant non seulement le gouvernement mais aussi l’église catholique – auparavant identifiée à la démocratie et à l’identité nationale polonaise, mais aux yeux de nombreux manifestants maintenant avec la maltraitance des femmes et des enfants. Ce mouvement impliquait de nombreuses femmes de la classe ouvrière et d’autres personnes «ordinaires» qui n’avaient jamais été militantes auparavant, augmentant leur confiance pour s’exprimer et faire campagne. De telles manifestations ont mobilisé une juste colère contre des élites politiques éloignées – mais il s’agissait d’un authentique populisme de gauche, par opposition à la fausse variété de droite avec ses liens et son financement internationaux cachés.

Des manifestations pour la défense du droit à l’avortement ont eu lieu à une échelle similaire voire plus importante à l’automne 2020, après une attaque majeure, jusqu’à présent réussie, sous la forme d’une décision de justice selon laquelle la constitution polonaise protégeait la vie d’un fœtus. Comme le commentent Graff et Korolczuk, les manifestations de 2016 faisaient partie de la vague de luttes des femmes qui a inspiré le livre Le féminisme pour les 99 % par Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser – et elles illustrent l’une de ses idées clés, que plutôt que de défendre la « diversité » adoptée par les entreprises néolibérales, nous avons besoin d’un féminisme intégré aux luttes pour la justice économique et contre le racisme, l’homophobie et la transphobie. De même, plus les militants pour la liberté des LGBT en Europe de l’Est cherchent de l’aide auprès de leur « ami puissant » dans l’UE, plus ils soutiennent par inadvertance des revendications de droite, qu’une approche populiste de gauche pourrait saper.

Le livre de Graff et Korolczuk, dans l’ensemble, est une contribution précieuse pour nous aider à comprendre notre ennemi alors que nous luttons pour construire le mouvement dont nous avons besoin. Il peut être téléchargé gratuitement ici.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici