L’UE approuve de nouvelles lignes directrices sur le climat, la protection de l’environnement et l’énergie pour les aides d’État

0
236

Le Collège des commissaires de la Commission européenne a approuvé le 21 décembre les nouvelles lignes directrices sur les aides d’État pour le climat, la protection de l’environnement et l’énergie (CEEAG). Le CEEAG sera formellement adopté en janvier 2022 et sera applicable à partir de ce moment.

« L’Europe aura besoin d’une quantité considérable d’investissements durables pour soutenir sa transition verte », vice-président exécutif de la Commission européenne Margrethe Vestager, en charge de la politique de la concurrence, a déclaré. « Même si une part importante viendra du secteur privé, le soutien public jouera un rôle pour garantir que la transition verte se produise rapidement. Les nouvelles lignes directrices approuvées aujourd’hui augmenteront tout ce que nous faisons pour décarboniser notre société. Entre autres, ils faciliteront les investissements des États membres, y compris dans les énergies renouvelables, pour accélérer la réalisation de notre Green Deal, de manière rentable. Il s’agit d’une étape majeure pour garantir que nos règles en matière d’aides d’État jouent pleinement leur rôle dans le soutien du Green Deal européen », a-t-elle ajouté.

Selon la Commission, les nouvelles règles impliquent un alignement sur les objectifs et cibles importants de l’UE énoncés dans le pacte vert européen et sur d’autres changements réglementaires récents dans les domaines de l’énergie et de l’environnement et tiennent compte de l’importance accrue de la protection du climat. Les nouvelles règles créent un cadre propice flexible et adapté à l’objectif pour aider les États membres à fournir le soutien nécessaire pour atteindre les objectifs du pacte vert européen de manière ciblée et rentable.

Les règles sur les aides d’État approuvées le 21 décembre soutiennent des projets de protection de l’environnement, y compris la protection du climat et la production d’énergie verte. Ils comprennent des sections pour soutenir la décarbonisation de l’économie de manière large et flexible, ouvertes à toutes les technologies pouvant contribuer au Green Deal européen, y compris les énergies renouvelables, les mesures d’efficacité énergétique, les aides à la mobilité propre, les infrastructures, l’économie circulaire, la réduction de la pollution, la protection et la restauration de la biodiversité ainsi que des mesures pour assurer la sécurité de l’approvisionnement énergétique. Les règles visent à aider les États membres à atteindre leurs objectifs ambitieux en matière d’énergie et de climat de l’UE, au moindre coût possible pour les contribuables et sans distorsions de concurrence indues dans le marché unique. Les lignes directrices visent également à faciliter la participation des communautés et des PME des énergies renouvelables, en tant que moteurs importants de la transition verte.

Les orientations révisées comprennent des ajustements importants pour aligner les règles sur les priorités stratégiques de la Commission, en particulier celles énoncées dans le pacte vert européen, et avec d’autres modifications réglementaires récentes et propositions de la Commission dans les domaines de l’énergie et de l’environnement, y compris le paquet Fit for 55.

En particulier, les nouvelles lignes directrices élargissent les catégories d’investissements et de technologies que les États membres peuvent soutenir pour couvrir toutes les technologies qui peuvent mettre en œuvre le pacte vert européen. Une nouvelle section unique couvre la réduction ou l’évitement des émissions de gaz à effet de serre, facilitant l’évaluation des mesures soutenant la décarbonisation de différents secteurs de l’économie, notamment par des investissements dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique dans les processus de production et la décarbonisation industrielle, conformément à la directive européenne Loi sur le climat. Les règles révisées autorisent généralement des montants d’aide allant jusqu’à 100 % du déficit de financement, en particulier lorsque l’aide est accordée à la suite d’un processus d’appel d’offres, et introduisent de nouveaux instruments d’aide, tels que les contrats carbone pour la différence pour aider les États membres à répondre aux besoins d’écologisation des industrie.

Les nouvelles lignes directrices couvrent également les aides à de nombreux domaines pertinents pour le Green Deal. Cela comprend des sections nouvelles ou mises à jour sur les aides à la prévention ou à la réduction de la pollution autre que celle due aux gaz à effet de serre, y compris la pollution sonore, les aides à l’efficacité des ressources et à l’économie circulaire, les aides à la biodiversité et à la réparation des dommages environnementaux. Par ailleurs, les CEEAG comportent des volets dédiés aux aides incitant aux investissements dans des domaines phares tels que la performance énergétique des bâtiments et la mobilité propre, couvrant tous les modes de transport.

Les nouvelles lignes directrices concernant les aides d’État en faveur du climat, de la protection de l’environnement et de l’énergie introduisent des changements dans les règles actuelles relatives aux réductions de certaines taxes sur l’électricité pour les utilisateurs gros consommateurs d’énergie. Les règles visent à limiter le risque qu’en raison de ces prélèvements, les activités de certains secteurs se déplacent vers des endroits où les disciplines environnementales sont absentes ou moins ambitieuses que dans l’UE. Afin de répondre aux efforts accrus de décarbonation nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques de l’UE, le CEEAG couvre les réductions de tous les prélèvements finançant la décarbonation et les politiques sociales. En outre, afin de permettre aux États membres de maintenir des conditions de concurrence équitables, et sur la base d’indicateurs objectifs au niveau sectoriel, le CEEAG a rationalisé le nombre de secteurs éligibles. Les règles ont également été revues pour mieux accompagner la décarbonation progressive de ces entreprises en liant, entre autres, les réductions de prélèvements aux engagements des bénéficiaires à réduire leur empreinte carbone.

Le CEEAG introduit des garanties pour garantir que l’aide est effectivement dirigée là où elle est nécessaire pour améliorer la protection du climat et de l’environnement, est limitée à ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs environnementaux et ne fausse pas la concurrence ou l’intégrité du marché unique. À cet égard, le CEEAG renforcera par exemple la participation des parties prenantes à la conception de grandes mesures d’aide exigeant des États membres qu’ils consultent les parties prenantes sur leurs principales caractéristiques.

En outre, ils garantissent la cohérence avec la législation et les politiques de l’UE pertinentes dans les domaines de l’environnement et de l’énergie, notamment en mettant fin aux subventions pour les combustibles fossiles les plus polluants, pour lesquels une évaluation positive par la Commission au titre des règles en matière d’aides d’État est peu probable à la lumière des leurs importants effets négatifs sur l’environnement. Il est peu probable que des mesures impliquant de nouveaux investissements dans le gaz naturel soient approuvées à moins qu’il ne soit démontré que les investissements sont compatibles avec les objectifs climatiques de l’Union à l’horizon 2030 et 2050, facilitant la transition vers des carburants plus polluants sans verrouiller les technologies susceptibles d’entraver le développement plus large de carburants plus propres solutions. Le CEEAG comprend également un nouveau volet sur les aides à la fermeture des usines de charbon, de tourbe et de schiste bitumineux pour faciliter la décarbonation dans le secteur électrique.

En outre, les nouvelles lignes directrices augmentent la flexibilité et rationalisent les règles précédentes, également en éliminant l’exigence de notifications individuelles de grands projets verts dans le cadre des régimes d’aides précédemment approuvés par la Commission.

Les lignes directrices mentionnent spécifiquement les mécanismes de stabilisation des revenus sous la forme de contrats sur la différence (CfD) bilatéraux comme un bon modèle pour soutenir la poursuite de l’expansion des énergies renouvelables.

« Les gouvernements nationaux peuvent continuer avec des enchères spécifiques à la technologie : bien. Ils sont essentiels à la visibilité de l’industrie et à la préservation et à l’expansion de la chaîne d’approvisionnement éolienne européenne » WindEurope Chief Policy Officer Pierre Tardieu mentionné.

Le prix restera le premier critère d’attribution des aides publiques aux projets éoliens, mais pas le seul. La Commission européenne a décidé d’autoriser jusqu’à 30 % de critères non fondés sur les prix à être introduits dans les enchères nationales.

« La Commission européenne autorise des critères qualitatifs dans les enchères concurrentielles de l’énergie éolienne. C’est bon. Il continuera à garantir que la transition énergétique est réalisée au coût le plus bas pour la société », a déclaré Tardieu, ajoutant : « Dans le même temps, cela permet aux gouvernements nationaux de déterminer s’ils souhaitent prendre en compte la durabilité, l’intégration du système ou l’activation de la économie dans leurs enchères ».

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire