L’UE dit non aux séparatistes du Sahara Occidental ; la politique de non-reconnaissance reste inchangée

0
99

Alors que de hauts responsables et des chefs d’État se réunissaient à Bruxelles pour l’ouverture du sommet UE-Union africaine de jeudi, l’Union européenne a publié une déclaration clé dans laquelle elle a officiellement déclaré que sa position restait inchangée concernant le statut de longue date du Sahara occidental – un vaste région du sud du Maroc qui abrite un mouvement séparatiste militant depuis le milieu des années 1970.

La déclaration de Bruxelles est intervenue après que l’Union africaine, qui co-organise l’événement avec l’UE, a officiellement invité les séparatistes au sommet. L’Union africaine, contrairement à l’UE, reconnaît pleinement la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, ou RASD, du mouvement sécessionniste.

Le porte-parole de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Peter Stano.

Répondant à une question sur la perspective que l’Union africaine adresse une invitation aux dirigeants séparatistes non reconnus, le porte-parole de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Peter Stano, a déclaré : « Le point fondamental à clarifier est que pour ce sommet, l’Union européenne est le co-organisateur avec l’Union africaine », avant d’ajouter que le geste « ne change pas la position de l’Union européenne ». Stano a en outre réitéré qu’aucun des 27 membres de l’UE ne reconnaît la RASD ou l’objectif de ses dirigeants pour un État séparatiste au Sahara occidental.

Selon Stano, chaque organisation est responsable d’inviter ses membres. L’Union africaine se chargeait d’inviter ses membres et l’UE ne pouvait s’immiscer dans les décisions de l’UA à l’égard de ses propres membres.

« La position de l’UE sur le Sahara Occidental est bien connue et reste inchangée. Nous réaffirmons notre soutien au processus politique, dans le cadre des Nations Unies, pour parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara (occidental) ; une solution politique basée sur le compromis, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU », a ajouté Stano.

La position de l’Europe avait déjà été énoncée à Abidjan, la plus grande ville de Côte d’Ivoire, en 2017. À l’époque, Bruxelles avait déclaré qu’elle ne reconnaissait pas la légitimité des revendications de la RASD sur les régions marocaines du Sahara occidental.

La RASD a été déclarée pour la première fois en 1976 par le Front Polisario – un ancien groupe rebelle marxiste qui a été fortement soutenu – à la fois militairement et politiquement – par le voisin oriental du Maroc, l’Algérie, ainsi que par la Libye de Mouammar Kadhafi, la Corée du Nord et le gouvernement communiste de Cuba.

Une carte du Royaume du Maroc, avec la capitale du Sahara occidental, Laayoune, légèrement à gauche du centre.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire