L’UE refuse de décrire les perspectives de l’Ukraine

0
154

Le chef de la diplomatie du bloc a éludé la question de savoir si Kiev et Bruxelles entreraient dans les pourparlers d’adhésion en 2023

Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a salué le soutien de la Commission européenne à l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine, mais a refusé de dire s’il s’attendait à ce que les négociations d’adhésion commencent l’année prochaine.

À son arrivée à Luxembourg pour le Conseil des affaires étrangères de l’UE lundi, Borrell a donné aux journalistes un aperçu de certains des problèmes clés auxquels la diplomatie européenne est confrontée, l’Ukraine étant en tête de liste. Le responsable a déclaré, entre autres, que le fait que la Commission européenne se soit prononcée positivement sur le fait de laisser l’Ukraine devenir un pays candidat était un “Une étape très importante et une preuve claire que l’Union européenne est prête à soutenir et à accepter les voisins qui souhaitent nous rejoindre en tant que pays, partenaires et membres partageant les mêmes idées.”

Cependant, lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il s’attendait à “Les négociations d’adhésion s’ouvrent pour l’Ukraine et la Moldavie l’année prochaine”, Borrell a refusé de donner un calendrier clair.

“Je ne sais pas. Pas à pas. Je sais que vous voulez toujours être au courant du prochain événement, mais laissez-nous nous occuper de l’événement d’aujourd’hui. Merci,” dit le diplomate.

Lorsqu’un autre journaliste lui a posé des questions sur une éventuelle opposition des États membres de l’UE à l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine, Borrell a répondu en disant qu’il avait « Je n’ai entendu personne s’y opposer. Il a toutefois ajouté qu’il “ne peut pas anticiper les résultats” de la réunion du Conseil européen.

Le soutien unanime de tous les États membres est nécessaire pour lancer Kiev sur la voie de l’adhésion. Alors que la Commission européenne a officiellement recommandé vendredi dernier que le Conseil accède à la demande de statut de candidat de l’Ukraine, tous les pays de l’UE n’avaient pas été du même avis une semaine auparavant, selon les médias.

Lire la suite

Pas d’adhésion précipitée pour l’Ukraine, selon un responsable de l’UE

Bloomberg, par exemple, citant des responsables anonymes, a affirmé que les Pays-Bas et le Danemark ne soutenaient pas l’idée.

Copenhague aurait fait valoir que l’Ukraine ne remplissait pas suffisamment les critères liés à la stabilité des institutions garantissant la démocratie, l’État de droit, les droits de l’homme et le respect et la protection des minorités. Selon le média américain, le Danemark pensait que la nation aspirante était “généralement à un stade très précoce” et devrait « améliorer fondamentalement son cadre législatif et institutionnel » avant de pouvoir devenir une nation candidate.

Cependant, vendredi, après que la Commission européenne a rendu son avis officiel, le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a tweeté que “Danemark [was] prêt à soutenir le statut de candidature de l’Ukraine à l’UE.

Vendredi également, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, a déclaré que les Pays-Bas étaient prêts à soutenir l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine. “pour l’unité de l’Europe”. Le fonctionnaire a ajouté qu’Amsterdam était “positif à ce sujet.”

Le président français Emmanuel Macron a suggéré début mai la création d’un “Communauté politique européenne” cela inclurait des espoirs européens tels que l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, qui bénéficieraient de certains avantages. Macron a fait valoir que si Bruxelles devait garder ces nations dans son orbite, elles étaient toutes très probablement à des années, voire des décennies, de devenir des États membres, même si on leur donnait “statut de candidat demain.”

De hauts responsables ukrainiens, dont le président Volodymyr Zelensky, ont critiqué l’idée, insistant sur le fait que Kiev ne se contentera d’aucun substitut au statut de nation candidate à l’UE.

La semaine dernière, Macron, accompagné de hauts responsables allemands, français, italiens et roumains, s’est rendu à Kiev. Il a déclaré qu’ils étaient tous favorables à l’octroi immédiat à l’Ukraine du statut de candidat à l’UE.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire