L’utilisation d’une bombe à fragmentation est-elle un crime de guerre ?

0
74

En Ukraine, les enquêteurs des droits de l’homme comme Amnesty International et Bellingcat ont suivi les attaques russes pour aider à une éventuelle enquête sur des crimes de guerre. Une chose à laquelle ils accordent une attention particulière, ce sont les bombes à fragmentation. Les bombes à fragmentation ont été utilisées pour la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale et dispersent de nombreuses bombes plus petites sur une vaste zone, tuant souvent des civils. C’est cette nature aveugle qui fait souvent de leur utilisation un crime de guerre.

Notre conception moderne des crimes de guerre a été établie par une série de traités dont la création a duré des décennies. En 1977, l’un de ces traités a interdit ce que l’on appelle les “attaques aveugles”. Cela signifie qu’il est légalement interdit aux militaires d’attaquer une zone de manière imprécise, d’une manière qui puisse nuire aux civils.

La Russie n’est pas la seule à utiliser ces armes : dans les conflits depuis le traité de 1977, de nombreux militaires continuent de les utiliser dans des zones civiles, en toute impunité, y compris les États-Unis. Cette vidéo explique comment ils sont utilisés par la Russie et pourquoi des endroits comme les États-Unis et la Russie ne les abandonnent tout simplement pas.

Cette vidéo fait partie de notre couverture continue et plus large de l’invasion russe de l’Ukraine. Pour plus de vidéos qui fournissent un contexte historique aux gros titres de l’actualité aujourd’hui, regardez notre playlist ici.

Vous pouvez trouver cette vidéo, notre playlist et toute la bibliothèque de Les vidéos de Vox sur notre chaîne YouTube.



La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire