Medicare for All aurait évité 340 000 décès dus au COVID aux États-Unis

0
111

Ce qui a longtemps été spéculé par la gauche est désormais un fait quantifiable : le système d’assurance maladie privatisé et disparate des États-Unis – qui laisse des millions de personnes non assurées ou sous-assurées – a directement entraîné des centaines de milliers de décès inutiles pendant la pandémie. Selon un nouveau rapport, 338 000 des 1 million de décès par COVID signalés aux États-Unis auraient pu être évités si nous avions un système Medicare for All.

L’étude, publiée ce mois-ci dans le Actes de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique (PNAS), énumère quelques raisons clés du taux de mortalité plus faible dans le cadre de Medicare for All, notamment une transmission réduite, des taux de vaccination plus élevés et une plus grande capacité hospitalière.

Pour commencer, les chercheurs ont découvert que Medicare for All aurait réduit le niveau de comorbidités COVID telles que l’hypertension, l’obésité et le diabète. Toutes ces conditions sous-jacentes sont moins présentes chez les assurés, dont l’accès aux soins les rend plus susceptibles d’être conscients de leurs conditions et plus susceptibles de les maîtriser.

Deuxièmement, la mise en place de Medicare for All aurait signifié moins de personnes sautant les soins en raison du coût. En 2019, avant la pandémie, un nombre stupéfiant de vingt-huit millions d’adultes n’étaient pas assurés et des millions d’autres sous-assurés (accablés par des co-paiements et des franchises qu’ils ne pouvaient tout simplement pas se permettre). Grâce au système d’assurance basé sur l’employeur des États-Unis, quatorze millions de personnes supplémentaires ont été exclues de leurs régimes d’assurance lorsque la pandémie a commencé et que les entreprises ont fermé. Et tandis que le gouvernement fédéral offrait une aide financière pendant la pandémie, l’éligibilité était étroitement limitée au traitement COVID pour les patients non assurés.

Lorsque les gens n’ont pas les moyens de se payer des soins de santé, ils ne les recherchent pas, ce qui les expose (et dans le cas de la COVID, à tous les autres) à un risque de décès plus élevé. Quatorze pour cent des résidents américains qui présentaient des symptômes de COVID au début de la pandémie ont déclaré avoir renoncé aux soins en raison du coût, ralentissant la capacité du système de santé à diagnostiquer, traiter et isoler les patients.

Troisièmement, l’accès aux soins dans les zones rurales était entravé par des hôpitaux sous-financés qui dépendent des faibles tarifs payés par Medicaid et doivent souvent soigner les patients sans aucune compensation. Selon l’étude PNAS, “les hôpitaux ruraux étaient plus sujets aux pénuries de ventilateurs, d’équipements de protection individuelle, de capacité de soins intensifs et de travailleurs de la santé”. Des taux de remboursement plus élevés de Medicare, en plus des dispositions du projet de loi Medicare for All 2021 qui s’attaquent aux inégalités géographiques, auraient considérablement inversé cette tendance.

L’étude PNAS soutient en outre que l’hésitation à la vaccination aurait été plus faible si plus de personnes avaient pu se rendre chez un fournisseur de soins primaires de confiance, et que moins de procédures non COVID auraient été retardées si les hôpitaux n’étaient pas aussi submergés par les hospitalisations.

Et si tout cela ne suffisait pas – les centaines de milliers de vies sauvées, la réduction des inégalités discordantes, les quantités incalculables de chagrin, de stress et de chagrin évités – l’étude PNAS poursuit en estimant que Medicare for All aurait économisé plus de 105 milliards de dollars de dépenses médicales liées au COVID (en plus des centaines de milliards qu’il permettrait d’économiser chaque année). Des économies auraient été réalisées grâce à des investissements plus efficaces dans les soins préventifs, à des frais administratifs moindres et à un pouvoir de négociation plus fort pour l’achat de médicaments et d’équipements.

En bref : des centaines de milliers de morts en moins, à un prix bien inférieur.

Cet important rapport devrait dissiper toute illusion sur les mérites de notre système actuel. L’auteur principal de l’étude, Alison Galvani – directrice du Center for Infectious Disease Modeling and Analysis de la Yale School of Public Health – le dit sans ambages : “Les Américains perdent inutilement des vies et de l’argent”.

Les États-Unis sont le seul pays du monde industrialisé à ne pas fournir de soins de santé universels, bien qu’ils soient le pays le plus riche du monde. Nous dépensons plus pour les soins de santé que tout autre pays, avec de moins bons résultats en matière de santé. Notre taux de mortalité par COVID a considérablement dépassé celui de tous les autres pays comparables.

Comme le montre le rapport PNAS, le bilan mortel insondable de la pandémie n’était pas une catastrophe purement naturelle – c’était en partie le produit de notre système de santé axé sur le profit. À moins que nous ne voulions continuer à être pris en charge par des compagnies d’assurance privées, transférant la richesse année après année alors que des vies sont inutilement perdues, il est temps de remplacer le système de santé à but lucratif par Medicare for All.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire