L’Iran et l’UE conviennent de relancer les pourparlers sur le nucléaire lors de la visite de Borrell | Actualités de l’énergie nucléaire

0
81

Les pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis devraient reprendre après la visite du chef de la politique étrangère de l’UE à Téhéran pour résoudre l’impasse.

Téhéran, Iran – L’Iran et l’Union européenne se sont mis d’accord lors d’une visite du chef de la politique étrangère du bloc pour reprendre les pourparlers nucléaires avec les États-Unis qui sont au point mort depuis mars.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian et Josep Borrell de l’UE ont annoncé lors d’une conférence de presse à l’issue d’un entretien “long mais positif” samedi qu’ils étaient convenus que les pourparlers indirects entre Téhéran et Washington pour rétablir leur accord nucléaire de 2015 reprendraient dans quelques jours.

Amirabdollahian a déclaré aux journalistes que, pour l’Iran, ce qui compte le plus, c’est qu’il puisse profiter de tous les avantages économiques qui lui ont été promis dans le cadre de l’accord initial.

« Quel que soit le problème qui peut [negatively] Les avantages économiques de l’Iran ne seront pas agréables » pour l’Iran et le gouvernement du président Ebrahim Raisi, a-t-il déclaré.

“Nous espérons, en particulier, que la partie américaine s’engagera cette fois de manière réaliste et équitable dans des actes engagés et responsables pour atteindre le point final d’un accord.”

Borrell a également salué la reprise des pourparlers, affirmant qu’un accord nucléaire restauré profiterait à la région et au monde.

Il a également déclaré qu’il aimerait retourner en Iran à l’avenir, vraisemblablement lorsque les sanctions américaines seront levées, pour discuter plus avant du “fort potentiel” d’expansion des liens commerciaux et énergétiques entre l’Iran et l’UE.

Les pourparlers relancés viseront à “résoudre les derniers problèmes en suspens”, a-t-il déclaré dans une série de tweets après la conférence de presse, sans donner plus de détails.

Borrell et son adjoint Enrique Mora sont arrivés à Téhéran vendredi soir et ont rencontré samedi Amirabdollahian et le négociateur en chef sur le nucléaire Ali Bagheri Kani. Borrell devait également avoir une réunion avec le chef de la sécurité iranien Ali Shamkhani plus tard samedi.

L’Iran et les États-Unis – qui ont unilatéralement abandonné l’accord en 2018 sous le président de l’époque Donald Trump et imposé des sanctions sévères – étaient dans une impasse sur la manière de relancer le Plan d’action global conjoint (JCPOA) – comme l’accord nucléaire est officiellement connu – depuis mars.

Alors que la question de savoir si une désignation d’« organisation terroriste étrangère » sur le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien sera levée reste un point d’achoppement majeur, les deux parties ont publiquement continué à appeler l’autre à faire des concessions.

Amirabdollahian a annoncé la semaine dernière que l’Iran avait fait une nouvelle proposition aux États-Unis pour faire avancer les pourparlers. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, n’a pas donné de détails, mais a déclaré que la nouvelle offre avait été transmise par l’UE et deux ministres des Affaires étrangères qu’il n’a pas nommés.

La visite de Borrell et Mora intervient quelques jours après leur rencontre avec Robert Malley, l’envoyé spécial américain pour l’Iran, au cours de laquelle Malley “a réitéré l’engagement ferme des États-Unis à revenir sur l’accord”, selon un tweet de Mora.

La France, l’un des signataires du JCPOA, a exhorté vendredi l’Iran à profiter de la visite des dirigeants européens et à conclure les pourparlers maintenant « tant que cela reste encore possible ».

Les États-Unis et leurs alliés européens qui ont signé l’accord – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni – ont présenté plus tôt ce mois-ci une résolution au conseil d’administration de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour censurer l’Iran sur ses avancées nucléaires, qui a été adoptée.

Peu de temps après, l’Iran a retiré 27 caméras de surveillance de l’AIEA qui étaient soumises au JCPOA et a commencé à installer des centrifugeuses IR-6 avancées sur ses sites de Natanz et Fordow, affirmant qu’il ne céderait pas à la pression.

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a averti que cette décision constituait une menace pour la continuité des connaissances de l’agence et pourrait porter un “coup fatal” aux efforts visant à relancer le JCPOA s’il n’y était pas remédié.

La demande de Grossi de se rendre à Téhéran pour discuter de la question de la surveillance n’a pas été accordée jusqu’à présent.

L’Iran enrichit maintenant de l’uranium jusqu’à une pureté de 60 %, mais maintient qu’il ne cherchera jamais à se doter d’une arme nucléaire.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/25/iran-and-eu-agree-to-restart-nuclear-deal-talks-in-borrell-visit

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire