Mettre fin à la dépendance à l’énergie russe sera “douloureux” – Johnson – RT World News

0
237

Le Royaume-Uni dépense des «milliards de livres» pour alléger le coût de la vie mais ne peut pas le faire longtemps, a averti le Premier ministre Boris Johnson

Le Premier ministre britannique a appelé à une fin rapide de “dépendance” sur le pétrole et le gaz russes, en le comparant à “dépendance,” dans son article invité pour le Daily Telegraph publié lundi, avertissant que le processus sera “difficile” et “douloureux” pour les ménages britanniques.

L’abandon des approvisionnements en pétrole et en gaz de la Russie est devenu un impératif maintenant, a expliqué Johnson dans son long article invité, comme il l’a appelé un “Terrible erreur” que le Royaume-Uni et d’autres pays occidentaux n’avaient pas résisté à Moscou “harcèlement” plus tôt.

Il a également laissé entendre que l’action militaire de la Russie en Ukraine était à blâmer pour la hausse des prix de l’énergie, affirmant que la Russie “Les bombes tombent, le coût du pétrole et du gaz augmente encore, ce qui signifie moins d’argent dans vos poches.” Et “c’est pourquoi cette dépendance [on Russian oil and gas] doit – et prendra – maintenant fin », a-t-il dit, arguant que sinon la Russie “exploiter cette dépendance.”




Les contribuables britanniques ne devraient pas se tromper en pensant que ce processus serait facile, cependant, a averti le Premier ministre, ajoutant : « Je ne doute pas qu’il y aura des temps difficiles à venir. Le processus de sevrage du monde du pétrole et du gaz russes, et des hydrocarbures en général, sera difficile… Nous devons accepter qu’une telle décision sera douloureuse.

Johnson a fait valoir que son gouvernement a été «dépenser des milliards de livres pour alléger le coût de la vie et réduire des centaines les factures de votre ménage. Mais aucun de nous ne peut se permettre de continuer ainsi longtemps. Il n’a pas expliqué en détail à quoi exactement les ménages britanniques devront faire face dans un avenir proche.

Une solution suggérée par le Premier ministre britannique comprend une plus grande dépendance aux énergies renouvelables, y compris les parcs éoliens offshore et les centrales solaires, qu’il a appelées “la voie la plus rapide et la moins chère vers une plus grande indépendance énergétique.”


Interdire le pétrole russe immobiliserait l'Allemagne – Berlin

“Un kilowatt d’une éolienne en mer du Nord coûte moins cher qu’un kilowatt produit par une centrale électrique fonctionnant au gaz expédié au Royaume-Uni depuis l’étranger”, dit Johnson. Le second volet de la stratégie consiste à se tourner vers le nucléaire en construisant “les petits réacteurs modulaires ainsi que les plus grosses centrales” à travers le Royaume-Uni. Encourager les investissements dans l’extraction de pétrole et de gaz à partir des réserves britanniques de la mer du Nord a également été mentionné.

Cette stratégie aidera éventuellement le Royaume-Uni “réduire les factures écrasantes infligées aux foyers et aux entreprises à travers le pays”, il a promis. Les paroles de Johnson interviennent alors que les gouvernements occidentaux poussent de plus en plus à renoncer aux importations russes de pétrole et de gaz dans le cadre de l’action militaire en cours en Ukraine. Les États-Unis ont introduit une interdiction sur les achats de pétrole russe la semaine dernière, et l’Australie a rejoint l’interdiction en quelques jours.

D’autres pays occidentaux, cependant, n’étaient pas aussi enthousiastes à l’idée. La semaine dernière, le chancelier allemand Olaf Scholz a admis que son pays ne pouvait pas cesser immédiatement d’acheter du gaz russe, puisque l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne “ne peut être sécurisé d’aucune autre manière.” La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a également admis que l’interdiction de l’énergie russe provoquerait le chaos et immobiliserait littéralement la nation.


Le troisième plus grand consommateur de pétrole au monde snobe les appels à éviter le brut russe – médias

Le géant britannique de l’énergie, Shell, a acheté du brut russe après le lancement de l’opération militaire en Ukraine. La société s’est par la suite excusée et s’est engagée à reverser les bénéfices de l’accord à un fonds qui aide les réfugiés ukrainiens.

Ailleurs dans le monde, les nations ont été tout aussi réticentes à se joindre à l’initiative américaine. Indian Oil Corporation (IOC), le plus grand raffineur du pays, a acheté lundi trois millions de barils de pétrole russe pour livraison en mai, selon Reuters.

Les nations occidentales ont imposé une série de sanctions sans précédent à Moscou suite à son invasion de l’Ukraine, mais le commerce du pétrole et du gaz du pays n’a pas été sanctionné directement. Au lieu de cela, les sanctions visaient les finances russes, le secteur bancaire ainsi que son industrie spatiale et aéronautique.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire