“Mon objectif pour 2022 est de voir le retour de la démocratie au Myanmar”

0
270
Interviewé par
Michael Haack et Nadi Hlaing

Il y a un an aujourd’hui, jacobin finalisait un entretien avec Ma Moe Sandar Myint, président de la Fédération des travailleurs généraux du Myanmar (FGWM), lorsque la nouvelle d’un coup d’État militaire a éclaté. Presque immédiatement, nous avons entendu dire que les ouvriers du vêtement prévoyaient d’utiliser leurs talents d’organisateur pour organiser des grèves nationales contre la prise de pouvoir par l’armée.

Au cours des semaines suivantes, les travailleurs du vêtement ont joué un rôle central dans les actions syndicales qui ont paralysé de vastes pans de l’économie du pays. Les médecins et les enseignants, dont la majorité sont des employés du gouvernement, se sont mis en grève avec les ouvriers du vêtement. Les cheminots et autres fonctionnaires ont rapidement suivi, rejoints par les employés des banques du secteur privé.

La résistance anti-coup d’État a d’abord cherché à rétablir le gouvernement de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), dirigé par Aung San Suu Kyi, qui a conclu en 2010 un accord de partage du pouvoir avec les généraux militaires qui dirigeaient depuis longtemps le pays. Au fil du temps, les revendications des manifestants sont devenues plus radicales, notamment l’abandon de la constitution de 2008, qui donnait à l’armée le contrôle des principaux ministères et leur garantissait 25 % des sièges au parlement.

Pendant une décennie, la NLD a associé les réformes économiques libérales aux droits politiques et du travail, permettant à l’industrie du vêtement de gonfler et au mouvement syndical de se constituer une base de base. Bien qu’internationalement déshonorée pour ses excuses impitoyables pour le génocide des Rohingyas, Aung San Suu Kyi – de nouveau en détention – est restée populaire dans le pays pour son rôle dans l’ouverture partielle.

Mais ce qui a commencé comme des manifestations de rue de type carnaval contre le coup d’État a cédé la place à la violence et à l’effusion de sang alors que l’armée est intervenue pour assassiner des manifestants – et les manifestants, à leur tour, ont construit des barricades et ont riposté avec des frondes et des carabines à air comprimé artisanales. À ce jour, environ 1 500 manifestants ont été tués, des centaines de milliers ont été contraints de fuir et plus de 11 500 ont été arrêtés. Bien que les gens continuent de résister par le biais de “manifestations éclairs” et de “manifestations silencieuses”, les rues ont été largement débarrassées des manifestants depuis le milieu de l’été.

Rêves brisés par le coup d’État, déçus par la non-violence, de nombreux jeunes ont quitté leur foyer pour rejoindre les Forces de défense du peuple, une branche armée du gouvernement d’unité nationale (NUG) de l’opposition. Le groupe est devenu une force mortelle avec laquelle l’armée doit compter. En utilisant des bombes de fortune et d’autres tactiques de guérilla, il a réalisé des gains impressionnants et a eu un impact considérable sur le moral de l’armée, entraînant des taux de défection plus élevés.

Pendant ce temps, le secteur de l’habillement a lentement repris vie alors même que des militants syndicaux, dont Ma Moe Sandra Myint, ont appelé les marques internationales à boycotter le Myanmar.

La vie des travailleurs de l’habillement – difficile avant le coup d’État – est devenue à peine tenable. L’année dernière, les zones industrielles qui abritent la majorité des usines de confection se sont transformées en zones de guerre lorsque les travailleurs se sont affrontés aux forces militaires. Les meurtres aveugles et les incarcérations se sont multipliés. Des centaines d’autres ont disparu aux mains des militaires. Les zones industrielles sont désormais sous la loi martiale et les soldats extorquent régulièrement de l’argent aux travailleurs aux points de contrôle et les agressent verbalement et sexuellement. Pour joindre les deux bouts depuis le coup d’État, de nombreux travailleurs de l’habillement ont accumulé de lourdes dettes avec des perspectives limitées de les rembourser, et les files d’attente pour les demandes de visa pour travailler à l’étranger ont considérablement augmenté.

À la veille du premier anniversaire du coup d’État, nous avons de nouveau parlé à Ma Moe Sandar Myint, qui se cache actuellement, ainsi qu’à trois ouvriers du vêtement à Yangon : Ma Yin Yin Htway, Ma Wut Yi et Ma San Yee (tous pseudonymes pour les protéger des représailles).



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire