Une politique d’apaisement : comment la Géorgie a perdu ses amis et s’est rapprochée de son ennemi

0
90

Alors que les tensions à la frontière ukrainienne ont atteint leur paroxysme ces dernières semaines, l’écrasante majorité des L’OTAN et les membres de l’UE soutiennent ouvertement l’Ukraine par la diplomatie et l’aide militaire. Tbilissi officiel, cependant, garde le silence. L’absence totale de réponse du gouvernement géorgien à la crise ukrainienne est totalement inacceptable pour les Géorgiens pro-occidentaux qui représentent environ la moitié de la société et qui croient que la Géorgie et l’Ukraine sont unies dans leur lutte pour la liberté.

Exprimer sa solidarité avec l’Ukraine met en lumière l’amitié historique entre les deux pays et leurs aspirations pro-occidentales. Jusqu’à présent, quelques manifestations ont eu lieu à Tbilissi, où ceux qui se sont rassemblés ont exigé que le gouvernement adopte une position plus énergique envers Moscou.

Le ministre géorgien des Affaires étrangères, David Zalkaliani, n’a rompu le silence du gouvernement qu’après que son homologue ukrainien a appelé les alliés de l’Ukraine à se joindre à Kiev pour soutenir leur droit de choisir leur propre voie politique. En réponse, Zalkaliani a re-tweeté l’appel du gouvernement ukrainien et a déclaré la solidarité officielle de Tbilissi avec l’Ukraine et le peuple ukrainien. Cependant, pour ceux qui connaissent bien le pouvoir des mots, notamment en diplomatie, le ton du message semblait très prudent. « Menacer la souveraineté et l’intégrité territoriale d’un pays est totalement intolérable. (Géorgie) est solidaire avec l’Ukraine et (le) peuple ukrainien ».

Zalkaliani n’a jamais mentionné la Russie, malgré le fait que Moscou sera l’agresseur probable dans tout nouveau conflit avec l’Ukraine. Plus tard, en raison du rôle de la Russie dans la crise, le gouvernement géorgien n’a pas accepté de soutenir le texte d’une résolution proposée par l’opposition politique, qui aurait officiellement déclaré la solidarité du gouvernement avec l’Ukraine. Au lieu de cela, il a adopté une contre-résolution dans laquelle la Fédération de Russie n’a jamais été mentionnée, que l’opposition a refusé de signer.

“Nous avons essayé de faire en sorte que le texte soit fondé sur des principes, mais sans aucune acuité provocatrice supplémentaire”, a expliqué le parti au pouvoir Georgian Dream lors de la discussion du contenu de leur résolution.

La crise entre l’Ukraine et la Russie montre une fois de plus comment le gouvernement géorgien actuel a radicalement changé l’orientation politique du pays par rapport à la position activement pro-occidentale qu’il avait adoptée il y a seulement quelques années. Après son arrivée au pouvoir en 2012, le Rêve géorgien a changé l’attitude de Tbilissi envers le Kremlin. L’amélioration des relations de la Géorgie avec la Russie est devenue l’un des principaux Rêve géorgien promesses pré-électorales il y a dix ans. Ce réalignement politique a été qualifié de « normalisation », mais les gouvernements successifs du Rêve géorgien ont manifestement changé à la fois la rhétorique et le ton de leur politique envers Moscou.

Le Rêve géorgien et ses partisans considèrent la soi-disant politique de normalisation comme l’approche la plus rationnelle pour traiter avec le Kremlin, ainsi que comme la meilleure garantie contre un futur conflit militaire avec la Russie. Cependant, une très grande partie de la société géorgienne pense que le rêve géorgien sert simplement les intérêts de la Russie dans le pays.

Alors que le Rêve géorgien fait de son mieux « pour ne pas irriter la Russie » – ils ont même évité de se rendre officiellement à Kiev pendant la crise – il devient de plus en plus évident que l’approche du Rêve géorgien envers Moscou n’est rien de moins qu’un apaisement pur et simple. une politique qui condamnera probablement la Géorgie et la laissera sans amis et alliés puissants sur la scène internationale. Ceci, en fin de compte, laissera la Géorgie et son peuple perpétuellement coincés dans l’orbite de la Russie.

L’amitié entre l’Ukraine et la Géorgie n’est pas seulement basée sur des émotions et une prise de conscience commune que leurs intérêts convergent en ce qui concerne les relations avec la Russie de Poutine, elle s’est également manifestée dans un partenariat stratégique documenté connu sous le nom de Accord-cadre Ukraine-Géorgie sur l’amitié, la coopération et l’assistance mutuelle, qui a été signé lors d’une visite officielle à Kiev de l’ancien président Edouard Chevardnadze le 13 avril 1993.

Le 18 juillet 2017, les relations entre la Géorgie et l’Ukraine sont passées au niveau supérieur lorsque le président Petro Porochenko s’est rendu en Géorgie pour signer la déclaration sur le partenariat stratégique. Au cours de cette période historique de 25 ans, l’Ukraine a démontré à plusieurs reprises qu’elle était une amie loyale de la Géorgie, que le terme “assistance mutuelle” énoncé dans le titre du traité de 1993 a été à la base d’actions réelles entre les deux nations.

Les Géorgiens se souviennent très bien de deux cas où les deux pays se tenaient très viscéralement. Dans les derniers stades de la guerre d’Abkhazie, en septembre 1993, des dizaines de milliers de citoyens géorgiens qui vivaient en Abkhazie ont été contraints de quitter leur foyer alors qu’ils tentaient d’échapper au génocide et aux actes de nettoyage ethnique. Les hélicoptères de sauvetage ukrainiens ont sauvé la vie de plusieurs milliers de Géorgiens lors de ces événements tragiques. En août 2008, au cours de la dernière guerre entre la Russie et la Géorgie, le président ukrainien de l’époque, Viktor Iouchtchenko, est arrivé à Tbilissi, au péril de sa vie, pour soutenir le peuple géorgien. Avec feu le président polonais Lech Kaczynski, il a organisé l’arrivée en Géorgie des trois présidents des États baltes.

Mais a eLa partie géorgienne a-t-elle rempli ses obligations envers le partenariat stratégique avec l’Ukraine ? En 2014, lorsque la Russie a envahi la Crimée, le responsable de Tbilissi a adopté une ligne neutre et limité ses activités diplomatiques et politiques aux seuls appels téléphoniques vers Kiev. Le gouvernement du Rêve géorgien s’est présenté comme un ami de l’Ukraine, mais la seule véritable coopération entre les deux pays a été un programme où, à partir de 2015, des militaires ukrainiens blessés ou blessés pendant la guerre dans l’est de l’Ukraine ont suivi des cours de rééducation en Géorgie, Ce programme a impliqué la soutien des Américains, mais n’ont rien fait pour aider l’Ukraine politiquement ou diplomatiquement pendant le bras de fer avec Moscou.

La Géorgie ne représente pas une superpuissance avec le genre de capacités militaires importantes qui pourraient affecter les tensions actuelles. La Géorgie pourrait cependant être un meilleur ami et allié pour l’Ukraine. Jamais auparavant l’Ukraine n’a été confrontée à une guerre à grande échelle avec la Russie comme elle le fait aujourd’hui. Iouchtchenko a déclaré dans ses souvenirs de la guerre de 2008 : « Rien ne fonctionnerait mieux qu’un soutien moral ».

Le moment est venu pour la Géorgie de montrer son soutien moral à l’Ukraine. Malheureusement, au niveau gouvernemental, il est peu probable que cela se produise.

Certains dans la société soutiennent que la Géorgie sert ses propres intérêts en adoptant une position neutre pendant le conflit entre Moscou et Kiev, mais une politique d’apaisement n’est pas rationnelle pour les propres intérêts nationaux de la Géorgie. Le résultat de cette approche est que l’Occident est devenu ces dernières années de moins en moins intéressé à développer ses liens avec la Géorgie, tant sur le plan économique que politique. La Géorgie bénéficie cependant toujours d’un fort soutien de la part de ses amis d’Europe de l’Est. Ils discutent régulièrement des problèmes de sécurité de la Géorgie dans les forums internationaux. le La réticence de Georgian Dream à montrer un soutien même minime à l’Ukraine, pendant une période très tendue, est un signe très inquiétant pour les pays qui se considèrent comme les amis les plus proches de la Géorgie.

Le Premier ministre ukrainien Denis Shmyhal tient une vidéoconférence avec Garibashvili.

Le rêve géorgien doit tenir compte du fait qu’il n’y a pas d’amitié unilatérale et qu’il doit y avoir une réciprocité mutuelle car les relations au niveau international ne sont pas illimitées. Les positions destructrices du Rêve géorgien envers les alliés de la Géorgie en Occident ont laissé à ces derniers un intérêt de plus en plus réduit à maintenir des relations bilatérales amicales avec Tbilissi.

Pourquoi le silence de la Géorgie est plus qu’une honte

La cible de Poutine est bien plus que le territoire ukrainien. Il vise à renverser l’ordre mondial qui a émergé après la fin de la guerre froide. Poutine veut restaurer la primauté de Moscou sur la politique intérieure et étrangère dans tous les pays post-soviétiques, quel que soit leur statut de nations indépendantes et souveraines.

Plus récemment, en décembre et janvier, la Russie a exigé que l’Occident garantisse que la Géorgie et l’Ukraine ne deviendraient jamais membres de l’OTAN. Dans le même temps, fin janvier, la Russie a rappelé au gouvernement géorgien qu’il devait tirer les leçons du passé en adoptant ce que le Kremlin appelle « une approche équilibrée » vis-à-vis de Moscou et abandonner sa trajectoire alignée sur l’Occident.

La crise ukrainienne entraîne sans aucun doute le monde vers une nouvelle guerre froide. Il est temps pour la Géorgie de choisir un camp et de se tenir aux côtés du groupe de nations qui respectent les principes démocratiques et le droit international. L’écrasante majorité des Géorgiens soutient l’intégration de la Géorgie dans l’OTAN et son aspiration à rejoindre un jour l’UE. Définir qui sont les véritables alliés de la Géorgie est d’un intérêt pragmatique et vital si la Géorgie veut faire partie du monde libre. La Géorgie doit être très proactive au niveau exécutif si elle ne veut pas être piégée derrière le nouveau rideau de fer que Poutine tente de construire.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire