Monstruosités prévisibles : Priti Patel approuve l’extradition d’Assange

0
148

Source de la photographie : Newtown grafitti – CC BY 2.0

Le seul choc concernant la décision du ministre britannique de l’Intérieur concernant Julian Assange a été qu’elle n’est pas intervenue plus tôt. En avril, le juge de district principal du magistrat en chef, Paul Goldspring, a estimé qu’il était “devoir” d’envoyer l’affaire à Priti Patel pour qu’il décide d’extrader ou non le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis pour faire face à 18 chefs d’accusation, 17 greffés à partir du Loi américaine sur l’espionnage de 1917.

Patel, pour sa part, ne s’est jamais préoccupée des détails les plus sordides de l’affaire. Son approche des questions de justice est celle d’un jugement prématuré : les coupables sont partout et ne font que se multiplier. En ce qui concerne WikiLeaks, des points de droit et de fait aussi délicats qu’un acte d’accusation bancal basé sur des preuves fabriquées, des méditations sur l’assassinat et un risque réel et diagnostiqué d’automutilation étaient des distractions déconcertantes. Le ministère américain de la Justice ne serait pas démenti.

“En vertu de la loi de 2003 sur l’extradition”, a déclaré un porte-parole anonyme du ministère de l’Intérieur, “le secrétaire d’État doit signer une ordonnance d’extradition s’il n’y a aucun motif d’interdire l’ordonnance. Les demandes d’extradition ne sont envoyées au ministre de l’Intérieur qu’une fois qu’un juge décide qu’il peut procéder après avoir examiné divers aspects de l’affaire.

De toute évidence, la politisation manifeste, la mauvaise foi et les assurances fragiles du ministère américain de la Justice sur la manière dont Assange sera détenu ne constituent pas des motifs suffisants. Mais l’indice est venu des tribunaux eux-mêmes, qui ont fait un travail fabuleux pour couvrir le système judiciaire américain de guirlandes en croyant réellement aux assurances qu’Assange ne ferait pas face à des mesures spéciales de détention administrative (SAM) ou à une captivité permanente dans le supermax ADX Florence au Colorado. . “Dans ce cas, les tribunaux britanniques n’ont pas conclu qu’il serait oppressif, injuste ou un abus de procédure d’extrader M. Assange.”

Dans un tel univers étourdi et amoral qui marque la prise de décision au ministère de l’Intérieur, aucune mention n’a été faite de l’opération de surveillance contre l’éditeur à l’ambassade équatorienne, orchestrée à la demande de la Central Intelligence Agency. Aucun, non plus, d’enlèvement ou d’assassinat envisagé, ou la santé mentale fragile d’Assange se retrouve.

Pas plus tard que le 10 juin, une lettre du groupe Doctors for Assange, composé de 300 médecins, psychiatres et psychologues, notait que le « déni par le ministre de l’Intérieur des traitements cruels et inhumains infligés par Assange était alors, et l’est encore plus maintenant, inconciliable avec la réalité de la situation ».

En avril, un groupement de coordination de dix-neuf organisations vouées à la liberté de la presse et à la liberté d’expression a exhorté Patel, lors de l’examen de l’affaire, à comprendre qu’Assange serait “très probablement” confronté à l’isolement ou à l’isolement dans les conditions américaines “malgré les assurances du gouvernement américain, qui exacerbent le risque suicidaire ».

Les coprésidents du comité de défense d’Assange de la Courage Foundation, Noam Chomsky, Daniel Ellsberg et Alice Walker, ont évoqué la dépravation de l’ordre dans un communiqué. “C’est un triste jour pour la démocratie occidentale. La décision du Royaume-Uni d’extrader Julian Assange vers la nation qui a comploté pour l’assassiner – la nation qui veut l’emprisonner pendant 175 ans pour avoir publié des informations véridiques dans l’intérêt public – est une abomination. Quant au Royaume-Uni, il avait “montré sa complicité dans cette farce, en acceptant d’extrader un étranger sur la base d’accusations à motivation politique qui s’effondrent au moindre examen”.

Des opinions similaires ont été exprimées par Amnesty International (« un message glaçant aux journalistes du monde entier ») et Reporters sans frontières (“un autre échec du Royaume-Uni à protéger le journalisme et la liberté de la presse”). Il y avait même des inquiétudes du député conservateur David Davis, qui exprimé sa conviction qu’Assange n’obtiendrait pas “un procès équitable”. La loi sur l’extradition était, dans l’état actuel des choses, déséquilibrée en faveur des citoyens américains.

Tout cela est cohérent avec Patel, qui semble apprécier la perspective d’envoyer des individus dans un endroit où les droits de l’homme sont des notes marginales sur un document politique. Le partenariat entre le Royaume-Uni et le Rwanda pour la migration et l’économie, comme on l’appelle par euphémisme, est sa fierté et sa joie, bien qu’il soit actuellement confronté à une opposition juridique acharnée.

Dans le cadre de cet accord, les personnes traversant la Manche recevront des billets aller simple pour le Rwanda afin que leurs demandes soient traitées sans perspective de s’installer au Royaume-Uni. Le gouvernement rwandais, hostile aux contrariants, à l’État de droit et aux réfugiés, sera subventionné pour sa douleur et son travail.

À cette séquence sadique peut s’ajouter son admiration pour la loi sur l’espionnage utilisée pour poursuivre Assange. Ce fait aurait dû la disqualifier dans tout pays opérant sous l’état de droit. Alors même que le Premier ministre Boris Johnson faisait face à un vote de censure des conservateurs ce mois-ci, le projet de loi sur la sécurité nationale de Patel a passé sa deuxième lecture au Parlement. Le projet de loi énonce une infraction consistant à « obtenir ou divulguer des informations protégées » qui comprend « toute information… qui est, ou dont on pourrait raisonnablement s’attendre à ce qu’elle soit, soumise à tout type de restrictions d’accès pour protéger la sécurité et les intérêts du Royaume-Uni ».

Dans un clin d’œil poli à la loi américaine, le projet de loi stipule qu’une infraction est commise lorsqu’une personne “obtient, copie, enregistre ou conserve des informations protégées, ou divulgue ou donne accès à des informations protégées” dans un but “qu’elle sait, ou devrait raisonnablement savoir, est préjudiciable à la sécurité ou aux intérêts du Royaume-Uni » et si « la condition de puissance étrangère est remplie ». L’exigence est que l’acte soit « accompli pour ou au nom d’une puissance étrangère », y compris dans les cas où « une relation indirecte » existe.

Assange a 14 jours pour faire appel de cette approbation insidieuse de la brutalité sanctionnée par la justice. Son équipe juridique espère utiliser la Haute Cour comme voie pour mettre en évidence la dimension politique de l’affaire et attirer l’attention sur la manière dont la loi sur l’extradition a été lue.

Si la défense échoue, Assange sera envoyé outre-Atlantique, confié à des responsables, dont certains envisagent de l’assassiner, pour en faire un exemple. Ce sera l’appel clair aux régimes à travers le monde que punir un éditeur est quelque chose que les démocraties libérales supposées peuvent faire aussi bien, et aussi sournoisement, que n’importe qui d’autre.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/20/predictable-monstrosities-priti-patel-approves-assanges-extradition/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire