Moscou draine ses réserves en baisse pour éviter un défaut

0
33

Avec la plupart de ses réserves de devises étrangères détenues à l’étranger gelées par les sanctions occidentales et inaccessibles, Moscou a été contraint d’exploiter ses précieuses réserves de devises étrangères détenues au niveau national pour éviter un défaut officiel le 3 mai. mais disposait d’un délai de grâce d’un mois pour finaliser ces paiements spécifiques avant d’être officiellement déclaré en défaut, ce qu’il a pu faire cette semaine en utilisant de nouveaux fonds probablement générés par la poursuite des exportations d’énergie vers les pays de l’UE (les exportations de pétrole vers l’UE génèrent actuellement un peu plus de 300 millions de dollars par jour pour la Russie, selon les prix).

Plus tôt, le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, avait menacé que la Russie ne rembourserait sa dette en devises « que si ses comptes en devises étaient débloqués ». La Russie avait également tenté sans succès de rembourser les obligations dues d’abord en fonds gelés par le Trésor américain, puis en roubles.

De nombreuses agences de notation ont décidé de classer la Russie dans la catégorie « défaut sélectif » à compter du 4 avril. Dans le langage financier, un défaut sélectif se produit si un emprunteur manque à ses obligations en devises spécifiques, mais pas à la totalité de sa dette.

Le rouble russe, qui s’était initialement effondré, s’échange désormais au-dessus de son niveau d’avant-guerre. Par rapport à la mi-février, il est en hausse de 5% face au dollar, et de 15% face à l’euro (forte baisse face à la plupart des devises mondiales ces dernières semaines). Autre signe qu’un pandémonisme financier complet a été évité, la Banque centrale de Russie a abaissé son taux directeur le 29 avril de 17 % à 14 % ; il était allé jusqu’à 20% pour soutenir le rouble dans les premiers jours de la guerre.

Les experts occidentaux en matière de sanctions, y compris ceux de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor des États-Unis, ont compris depuis longtemps que le mieux que l’on puisse faire par le biais de sanctions financières/bancaires (par exemple, le gel des avoirs) est de forcer la Russie à puiser dans ses recettes d’exportation pour couvrir paiements de la dette extérieure dans les délais prévus, détournant ainsi une partie de ces ressources des dépenses militaires et d’autres secteurs critiques de l’économie, là où l’impact à long terme des sanctions se fera sentir.

Le nouveau paquet de sanctions de l’UE suscite une controverse majeure

De plus en plus conscients que leurs paiements énergétiques réguliers financent la campagne militaire qui a causé des milliers de morts parmi les civils et des destructions massives, les États membres de l’UE et la Commission se disputent actuellement un nouvel ensemble de sanctions. Ce paquet de sanctions de l’UE, le sixième, s’avère être la négociation la plus difficile à ce jour.

La proposition de la Commission européenne, qui a été annoncée le 4 mai par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devra être soutenue à l’unanimité par les 27 pays de l’UE pour entrer en vigueur, et comprend l’arrêt progressif de l’approvisionnement en pétrole brut russe en six mois et en produits raffinés d’ici la fin. de 2022. Il propose également d’interdire après un mois tous les services d’expédition, de courtage, d’assurance et de financement proposés par les entreprises de l’UE pour le transport du pétrole russe. Ces propositions causeront des difficultés importantes dans les pays d’Europe centrale dépendant du pétrole russe, mais frapperont également durement des pays comme la Grèce et Chypre, qui fournissent une quantité substantielle de soutien au transport/raffinage du pétrole ainsi que des services administratifs/comptables aux entreprises russes. Les compagnies maritimes grecques, en particulier, qui gèrent la moitié de la flotte immatriculée dans l’UE, ont largement (et discrètement) profité des premiers mois de la guerre grâce à leur volonté de transporter des cargaisons pétrolières russes partout dans le monde, que les compagnies basées à d’autres pays de l’UE ont choisi de rejeter.

Chypre aurait contesté l’interdiction suggérée par la Commission de fournir des services aux entreprises, y compris la comptabilité, aux entreprises russes.

Alors que l’Allemagne semble désormais disposée à subir les conséquences des nouvelles décisions de sanctions liées à l’énergie, les Hongrois affirment que de telles restrictions rendraient “impossible l’approvisionnement en pétrole brut dont l’économie hongroise a besoin pour fonctionner”. La Slovaquie et la République tchèque ont également des préoccupations majeures car elles dépendent largement du réseau de pipelines construit par les Soviétiques pour importer du pétrole brut de la région de l’Oural, que les raffineries de la région ont été conçues pour traiter.

Corriger les points faibles

Corriger les points faibles de tout régime de sanctions est considéré comme une routine lorsqu’un conflit s’éternise. En conséquence, dans le cadre du nouveau paquet de sanctions de l’UE, Sberbank, la plus grande banque de Russie, serait déconnectée du système de paiement bancaire international Swift. Deux autres banques, la Banque de crédit de Moscou et la Banque agricole russe seraient également coupées de Swift, selon la dernière proposition de l’UE qui n’a pas encore été approuvée. Curieusement, Gazprombank ne sera pas ciblée dans cette phase, élevant ainsi son rôle.

L’UE prévoit également d’étendre son interdiction aux radiodiffuseurs russes qu’elle accuse de désinformation. Les projets de propositions de l’UE ont nommé Rossiya RTR/RTR-Planeta, Rossiya 24/Russia 24 et TV Center International.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire