Netanyahu est de retour alors que la guerre d’Israël contre la Palestine s’intensifie

0
77

Dans la soirée du 11 décembre, Jana Majdi Zakarneh, une Palestinienne de 15 ans, est montée sur le toit de sa maison dans la ville cisjordanienne de Jénine pour retrouver son chat. Peu de temps après, le bruit des coups de feu a retenti dans les rues de Jénine, alors que les forces d’occupation israéliennes effectuaient un autre raid nocturne. Après la fin des coups de feu, le père et le jeune frère de Jana sont partis à la recherche de Jana. Lorsqu’ils atteignirent le toit, ils furent confrontés à un spectacle terrible. Le corps sans vie de Jana gisait dans une mare de sang, criblé de balles de tirs de tireurs d’élite.

Jana est le 166e Palestinien et le 39e enfant à être tué en Cisjordanie cette année, selon l’agence de presse palestinienne Il est mort. Rien qu’à Jénine, 59 personnes ont été tuées par les forces d’occupation israéliennes, dont 15 enfants. Selon le ET, 2022 a été l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens de Cisjordanie depuis 2006. Plus de 9 000 ont été blessés.

La maison de Jana, le camp de réfugiés de Jénine dans le nord de la Cisjordanie, a été créée en 1953 par des réfugiés palestiniens qui avaient fui la milice sioniste pendant la Nakba. Aujourd’hui, le camp abrite 12 000 Palestiniens vivant dans une zone de seulement 42 kilomètres carrés. Les résidents du camp, au fil des générations, ont enduré de terribles crimes aux mains de leurs occupants.

En 2002, lors de la deuxième Intifada, Jénine a été envahie par l’infanterie israélienne, des commandos d’élite et des hélicoptères d’assaut. Des bulldozers blindés ont détruit 400 maisons, laissant un quart de la population du camp sans abri. Au moins un résident, un homme handicapé, a été enterré vivant sous les décombres de sa maison. Dix jours plus tard, l’armée se retire. Avant de le faire, ils ont enterré à la hâte des corps palestiniens dans l’enceinte de l’hôpital pour cacher leurs crimes, selon témoignages.

Lors de l’invasion de 2002, les brigades Al Aqsa – la branche armée de la faction Fatah – ont opposé une résistance acharnée. Aujourd’hui, les brigades ont depuis longtemps été absorbées par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne basée à Ramallah. Jénine est théoriquement sous le contrôle de l’AP. Pourtant, ses forces de sécurité ne sont nulle part visibles alors que les troupes israéliennes mènent des offensives effrontées à l’intérieur du « territoire » de l’AP. Leur cible : une nouvelle génération de jeunes palestiniens déterminés à défendre leurs communautés contre la violence militaire et coloniale par tous les moyens nécessaires.

Les nouveaux militants palestiniens sont issus d’une génération pour la plupart trop jeune pour se souvenir de la deuxième intifada. Organisés en groupes tels que le Lion’s Den à Naplouse et le Hornet’s Nest à Jénine, ils considèrent l’AP comme une extension de l’appareil d’occupation israélien.

Selon l’analyste américano-palestinien Yousef Munayyer, cette nouvelle génération ne s’inspire pas seulement des traditions des générations précédentes de combattants de la résistance, mais cherche à combler le factionnalisme qui a si souvent divisé la résistance palestinienne.

« Pendant des années, la politique palestinienne a été caractérisée par ce clivage vraiment dommageable entre les plus grandes factions – le Hamas et le Fatah – qui ont démobilisé la politique palestinienne en Cisjordanie et à Gaza », a déclaré Munayyer au journal. Intercepter. “Ce qui est différent ici, ce n’est pas le fait qu’il y a un engagement dans la résistance armée, bien sûr qui a toujours été présent, mais que cela se fait sous cette bannière non-factionnelle.”

Ces groupes maintiennent une politique d’évitement de la confrontation avec les forces de l’AP, tout en n’ayant aucune illusion sur le fait que l’AP représente les intérêts des Palestiniens ordinaires. Dans le cadre d’une politique de “coordination de la sécurité”, a déclaré “sacré» par le président palestinien Mahmoud Abbas, âgé de 87 ans, les forces de sécurité de l’AP kidnappent régulièrement des militants palestiniens et les remettent aux forces israéliennes pour interrogatoire.

“L’AP ne fait rien sur le terrain pour nous, son rôle principal est de protéger les colons et d’appliquer les ordres israéliens”, a déclaré Mohammed, un combattant basé à Jénine. Le nouvel arabe. « En raison de l’échec de l’AP, Israël intensifie ses crimes contre notre peuple et notre résistance. Ils – Israël et l’AP – veulent mettre fin à la résistance sous toutes ses formes.

Mohammed et ses camarades ont de bonnes raisons de craindre la répression de l’AP. En 2018, Human Rights Watch ont documenté « des arrestations arbitraires et des tortures systématiques » par les agences de sécurité de l’AP, accusant à la fois le Fatah et le Hamas de développer des « États policiers parallèles » à l’occupation israélienne. Comme l’Israël de l’apartheid, l’AP a, ces dernières années, détenu des centaines de Palestiniens en détention administrative, sans inculpation ni procès.

L’AP a également été accusée d’être coupable de la mort en détention de plusieurs de ses détracteurs. En 2017, une militante de 31 ans Basile al-Araj a été abattu par des soldats israéliens à Ramallah alors qu’il se cachait après avoir été détenu par l’AP pendant près de six mois. En juin de l’année dernière, Nizar Banat, critique virulent de l’Autorité palestinienne, est décédé des suites de blessures subies lors d’une violente arrestation par les forces de l’Autorité palestinienne à son domicile près d’Hébron. Banat avait déjà été arrêté sept fois par l’AP et avait fait l’objet de menaces de mort pour son franc-parler.

L’escalade dramatique de la violence militaire et coloniale israélienne coïncide avec une extrême droite insurgée dans la politique israélienne. Les élections nationales israéliennes du 1er novembre – les cinquièmes en trois ans – ont abouti à une victoire retentissante pour les partis ultra-nationalistes et suprémacistes juifs, qui devraient prendre le pouvoir dans une coalition dirigée par l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu. Plus de 5 millions de Palestiniens vivant dans les territoires occupés se voient refuser le droit de vote. Pour les 1,7 million qui vivent en Israël, voter est un exercice symbolique. Une poignée de députés arabes (membres de la Knesset) sont régulièrement moqués par des députés racistes et menacés d’emprisonnement pour sédition s’ils critiquent les crimes d’Israël.

Les partenaires de la coalition de Netanyahu comprennent le Judaïsme unifié de la Torah ultra-orthodoxe ashkénaze, le parti séfarade orthodoxe Shas et l’alliance du sionisme religieux. Entre eux, ils détiennent 33 sièges, ce qui leur donne un rôle de faiseur de rois dans la coalition avec le Likud de Netanyahu, qui a remporté 32 sièges. Netanyahu, qui fait lui-même face à des accusations de corruption, a reçu le feu vert du président israélien Isaac Herzog pour bricoler un cabinet composé d’une bande de scélérats.

Le choix de Netanyahu pour le poste de ministre de l’Intérieur est Aryeh Deri, récemment reconnu coupable de fraude fiscale et condamné à une peine de prison avec sursis. Itamar Ben-Gvir, un colon et dirigeant du parti Jewish Power, a accepté de rejoindre le cabinet de Netanyahu à condition qu’il soit nommé ministre de la Sécurité nationale. Ben-Gvir a des précédents condamnations pour incitation au racisme et soutien à un groupe terroriste. En campagne, Ben-Gvir Raconté journalistes que, s’il devenait ministre dans un futur gouvernement Netanyahu, il chercherait à légiférer la peine de mort pour les “terroristes” palestiniens et l’immunité pour tous les soldats israéliens accusés de crimes contre les Palestiniens.

Plus tôt ce mois-ci, Ben-Gvir loué pour un travail « bien fait » un soldat israélien qui a tué par balle Ammar Mefleh, un Palestinien de 22 ans, à bout portant, en disant au soldat : « Tu as vraiment rempli l’honneur de nous tous et tu as fait ce qui t’était assigné ». Le rôle ministériel de Ben-Gvir lui donnera des pouvoirs étendus sur la police intérieure et la police des frontières en Cisjordanie occupée.

Bezalel Smotrich, chef du parti Sionisme religieux, a été nommé ministre des Finances. Smotrich, un « homophobe fier » autoproclamé, a préconisé pour la ségrégation des femmes juives et palestiniennes dans les maternités des hôpitaux israéliens. En 2015, il revendiqué que le meurtre par un colon juif d’un enfant palestinien de 18 mois et de ses parents à la bombe incendiaire n’était pas un acte de terrorisme. En 2017, Smotrich appeler pour un « plan d’assujettissement » destiné à « effacer tout espoir national palestinien ». Lorsque le vice-président de la Knesset lui a demandé s’il avait l’intention d’anéantir des familles entières, y compris des femmes et des enfants, Smotrich a répondu : « À la guerre, comme à la guerre ».

Netanyahu a rejeté la demande initiale de Smotrich pour le portefeuille du ministère de la Défense après un lobbying détourné de la part de Washington. Au lieu de cela, Smotrich contrôlera un département au sein du ministère de la Défense, supervisant diverses fonctions administratives de l’occupation en Cisjordanie.

Ce que tous ces dirigeants d’extrême droite ont en commun est une détermination à faire avancer le projet du sionisme en rendant permanente l’occupation par Israël de toute la Palestine historique et en brisant la résistance palestinienne par tous les moyens nécessaires.

La victoire de l’extrême droite ne s’est pas faite du jour au lendemain. C’est le point culminant de trois décennies d’expansion coloniale depuis les accords d’Oslo de 1993, qui ont abouti à 500 colonies permanentes à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie, abritant plus d’un million de colons israéliens. Cette expansion des colonies, autrefois un projet d’extrémistes d’extrême droite apparemment marginaux, est maintenant ouvertement défendue par les principaux partis politiques israéliens.

Pendant ce temps, les politiciens de Washington, Londres, Bruxelles et Canberra continuent de dire des platitudes vides sur « deux États pour deux peuples » tout en détournant le regard. L’administration Biden pourrait renverser le gouvernement israélien et mettre fin à son expansion de colonies demain, si elle en avait le désir. Il finance l’appareil militaire d’Israël à hauteur de 3,8 milliards de dollars par an dans le cadre d’un engagement d’une décennie pris par l’administration Obama.

Plus tôt ce mois-ci, le Premier ministre britannique Rishi Sunak promis à « se battre très durement pour la sécurité de l’État juif » et a annoncé que son gouvernement s’opposerait à une résolution de l’ONU demandant à la Cour internationale de justice d’enquêter sur « l’occupation, la colonisation et l’annexion prolongées du territoire palestinien » par Israël.

UNE note publié par des responsables de l’Union européenne à l’approche d’une réunion d’octobre du Conseil d’association UE-Israël – la première en dix ans – “s’oppose fermement” au boycott d’Israël et promeut la normalisation des relations diplomatiques et commerciales entre Israël et les pays arabes sous les accords d’Abraham. Le mémo plaide pour des “actions pratiques” pour faire avancer la “contre-terrorisme”, y compris la collaboration sur des projets de drones. La guerre des drones a été l’outil préféré d’Israël pour les exécutions extrajudiciaires et l’espionnage dans la bande de Gaza assiégée.

Alors qu’Israël a critiqué la décision du gouvernement travailliste albanais d’annuler la reconnaissance par l’ancien gouvernement de coalition de Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël, le gouvernement australien poursuit la position de son prédécesseur de opposé une enquête de la Cour pénale internationale sur les crimes de guerre présumés d’Israël en Palestine.

Pourtant, au milieu de l’intensification de la guerre d’Israël contre les Palestiniens, un nouvel esprit de résistance émerge.

Le 25 octobre, des milliers de personnes se sont rendues aux funérailles de cinq Palestiniens tués lors d’un assaut israélien à Naplouse, décrit par le Premier ministre israélien sortant Yair Lapid comme destiné à “porter un coup dur et durable” à la résistance armée dans les villes cisjordaniennes de Naplouse et Jénine. Cependant, de telles actions militaires n’ont fait qu’inciter davantage la résistance palestinienne. Les funérailles de masse des combattants martyrs sont devenues des points de ralliement, tout comme les funérailles de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, qui a été abattue alors qu’elle effectuait un reportage depuis le camp de réfugiés de Jénine en mai.

Le 19 septembre, un mois avant son assassinat par les forces d’occupation israéliennes, le combattant de Lion’s Den Tamer al-Kilani posté sur Facebook que “le pire de l’humanité est une personne qui reste neutre dans une nation où la vérité lutte contre le mensonge”.

De tels messages renforcent la conviction qu’il n’y a pas d’autre alternative que de résister. Et les jeunes Palestiniens répondent à l’appel. Comme l’a observé l’écrivain et militant palestinien Ahmed Abu Artema dans un article sur le site d’information palestinien Intifada électronique“Peu importe combien de fois Israël peut penser qu’il a vaincu les Palestiniens, la résistance renaîtra toujours”.

La résistance palestinienne a besoin de notre solidarité. Nous pouvons contribuer à leur libération en révélant la complicité de notre propre gouvernement dans l’occupation génocidaire d’Israël.

Nick Everett est le président de Friends of Palestine Western Australia.

Source: https://redflag.org.au/article/netanyahu-back-israels-war-palestine-intensifies

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire