Netanyahu s’en prend à nouveau à la diplomatie américaine

0
152

Source photo : Avi Ohayon / Bureau de presse du gouvernement – CC BY-SA 3.0

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le principal protagoniste anti-américain d’Israël, est de retour. Les Israéliens, vraisemblablement sous la direction de Netanyahu, divulguent des informations sensibles concernant des pourparlers secrets entre les États-Unis et l’Iran. Les pourparlers sont conçus pour réduire le programme nucléaire de Téhéran, libérer trois prisonniers américains ; et mettre fin aux attaques par procuration contre les forces américaines en Syrie. Netanyahu a rendu visite à l’industrie aérospatiale israélienne la semaine dernière et a déclaré que tout accord entre les États-Unis et l’Iran serait “inacceptable pour nous”.

Netanyahu est particulièrement furieux que, en échange de la réponse positive de l’Iran, les États-Unis donnent à l’Iran un meilleur accès aux milliards de dollars qui ont été gelés. Les pourparlers indirects ne relanceraient pas l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et diverses puissances mondiales, mais ils contribueraient à stabiliser les relations américano-iraniennes et à apaiser les tensions régionales au Moyen-Orient et dans le golfe Persique. Israël, bien sûr, n’est pas intéressé par tout cela.

L’antiaméricanisme en Israël n’est pas une nouveauté, bien que Netanyahu ait été plus têtu que ses prédécesseurs pour défier les administrations américaines. En 2015, Netanyahu a accepté une invitation scandaleuse des législateurs républicains à s’adresser à une session conjointe du Congrès, une ingérence inacceptable dans la politique intérieure américaine qui aurait dû avoir des conséquences pour Israël. À l’époque, les États-Unis connaissaient un succès diplomatique et politique important dans l’orchestration du Plan d’action global conjoint, l’accord nucléaire avec l’Iran, avec la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. Le plus grand succès du secrétaire d’État John Kerry a été l’accord sur le nucléaire iranien, mais Donald Trump et son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, l’ont abrogé en 2018.

Israël s’en est tiré avec de nombreux actes d’opposition aux dirigeants américains et à leurs politiques au fil des ans. Il y a quelques semaines à Contre-coup, J’ai décrit l’attaque israélienne délibérée contre l’USS Liberté pendant la guerre des Six jours en 1967; L’objectif d’Israël était d’arrêter l’interception américaine des communications israéliennes. Trente-quatre marins américains ont été tués par les bombardements israéliens. Les Israéliens ont même interféré avec les opérations de sauvetage.

Dans les années 1950, des agents israéliens ont bombardé une bibliothèque de l’Agence d’information des États-Unis en Égypte et ont tenté de faire croire qu’il s’agissait d’un acte de violence égyptien. Israël essayait d’arrêter le soutien américain au projet de barrage d’Assouan et d’empêcher le secrétaire d’État John Foster Dulles de s’engager dans des pourparlers de fond avec les Égyptiens. Dulles essayait de bloquer les incursions soviétiques au Caire.

À la fin de la guerre d’octobre 1973, les Israéliens ont ignoré un cessez-le-feu que le secrétaire d’État Henry Kissinger avait soigneusement orchestré avec les dirigeants soviétiques pour arrêter les combats. Les violations israéliennes du cessez-le-feu ont même conduit Kissinger à menacer d’intervenir dans le conflit si Israël n’arrêtait pas ses opérations militaires. La menace de Kissinger a pris le secrétaire à la Défense James Schlesinger au dépourvu, et le Pentagone n’était pas content de la menace d’intervention. Le ministre de la Défense Moshe Dayan, qui a peut-être ordonné l’attaque contre l’USS Liberté pendant la guerre des Six jours, a reçu le message et a arrêté les attaques. (La guerre d’Octobre a marqué un échec majeur du renseignement israélien, qui a mis fin aux espoirs de Dayan de devenir Premier ministre.)

Le président Joe Biden a signalé son opposition à la politique de Netanyahu sur un large front, en particulier ses plans anti-démocratiques de « réforme judiciaire » et sa politique en Cisjordanie. La prolifération des colonies juives en Cisjordanie est particulièrement malvenue à Washington (ainsi que dans la plupart de la communauté internationale). Washington n’est pas non plus satisfait de la planification et de l’approbation rapides de ces colonies, qui pourraient conduire à 4 000 unités de colonisation à court terme.

L’opposition de Biden à Netanyahu, y compris sa réticence à l’inviter à la Maison Blanche, résonne vraisemblablement dans certains cercles israéliens, mais pas parmi les membres messianiques de la coalition au pouvoir et la population générale de plus en plus à droite. Cela n’a pas été mentionné dans les médias grand public, mais Biden a également reporté une réunion prévue au Maroc du Forum du Néguev, qui aurait inclus les ministres des Affaires étrangères et les secrétaires d’État d’Israël, des États-Unis et de plusieurs pays arabes.

Le président israélien Isaac Herzog, cependant, comprend l’opposition de Washington à la politique de Netanyahu et tente de galvaniser un large consensus politique contre la soi-disant « réforme judiciaire ». Le frère de Herzog, Michael Herzog, ambassadeur d’Israël aux États-Unis et négociateur de paix chevronné, a déclaré à la majorité démocrate pour Israël que « la diplomatie n’est pas nécessairement une mauvaise chose ».

En conséquence, Netanyahu fait face à une perte de soutien politique pour ses partenaires privilégiés de la coalition, en plus d’une monnaie israélienne affaiblie et d’une inflation accrue. Jusqu’à présent, cependant, rien n’a empêché Netanyahu d’embarrasser pratiquement tous les responsables américains, y compris les présidents Obama et Biden et les secrétaires d’État Hillary Clinton et John Kerry. Netanyahu a généralement annoncé l’expansion des colonies en Cisjordanie lors des visites de responsables américains.

Malheureusement, les responsables américains ont été réticents à utiliser l’outil le plus important dont ils disposent pour influencer Netanyahu, à savoir l’assistance militaire qu’Israël reçoit à des conditions plus favorables que tout autre pays, y compris les États membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Puisqu’il y a des responsables israéliens qui pensent que Netanyahu est allé trop loin en défiant les États-Unis, c’est peut-être le moment de brandir l’arme de l’assistance militaire. Ce serait une étape difficile pour un président du Parti démocrate, mais Biden pourrait être surpris de constater qu’il existe un soutien accru au sein du Parti et de la population américaine en général pour résister à l’intransigeance de Benjamin Netanyahu.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/06/23/netanyahu-takes-aim-at-u-s-diplomacy-again/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire