Neuf morts alors que la violence ethnique continue de s’emparer du Manipur indien | Nouvelles

0
249

Depuis le 3 mai, au moins 100 personnes sont mortes et 40 000 ont été déplacées dans l’État du nord-est gouverné par le BJP.

Au moins neuf personnes ont été tuées lors des derniers affrontements entre membres de groupes ethniques rivaux dans l’État de Manipur, dans le nord-est de l’Inde, a annoncé la police, alors que les forces de sécurité poursuivaient leur chasse aux armes illégales.

La violence entre les membres de l’ethnie Kuki, qui vit principalement dans les collines, et les Meiteis, la communauté dominante des basses terres, a éclaté le 3 mai, suscitée par le ressentiment suscité par les avantages économiques et les quotas dans les emplois gouvernementaux et l’éducation réservés aux montagnards.

Les forces de sécurité se sont précipitées vers le village de Khamenlok, dans le district de Kangpokpi, dans l’État de Manipur, après que des affrontements ont éclaté mardi soir entre les communautés Kuki et Meitei, a déclaré L Sushindro, ministre du gouvernement de l’État.

La police a retrouvé neuf corps tôt mercredi, a déclaré un officier de police sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux journalistes. Trois personnes sont portées disparues, a indiqué l’officier.

Des membres de la tribu Kuki protestent contre la violence à New Delhi [File: Manish Swarup/AP Photo]

K Shivakanta Singh, un haut responsable de la police dans la capitale de l’État d’Imphal, a déclaré aux journalistes qu’une fusillade entre factions rivales avait éclaté mardi et avait duré des heures.

“Nous avons des rapports d’au moins neuf morts et 10 blessés jusqu’à présent”, a déclaré Singh. “La situation reste volatile.”

Des renforts des forces de sécurité fédérales ont été envoyés dans l’État et ils ont recherché des armes illégales.

Selon les médias indiens, au moins 100 personnes ont été tuées et plus de 40 000 déplacées depuis le 3 mai dans cet État isolé à la frontière du Myanmar, gouverné par le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi.

Des milliers de maisons ont été incendiées et des magasins et des entreprises vandalisés.

IndeManipur
Des membres de l’armée indienne et d’Assam Rifles participent à une opération de recherche d’armes illégales [File: AFP]

Le journal Indian Express a rapporté qu’une relaxation d’une journée dans un couvre-feu dans la région avait été réduite à quatre heures à la suite des dernières violences.

Les organisations de la société civile des communautés Meitei et Kuki ont refusé de rejoindre un comité de paix mis en place par le gouvernement fédéral pour négocier la paix. Les Meiteis sont hindous tandis que les groupes rivaux, y compris les Kuki et d’autres tribus, sont pour la plupart chrétiens et vivent principalement dans les collines environnantes.

Les deux tiers des 2,5 millions d’habitants de l’État vivent dans une vallée qui représente environ 10 % de la superficie totale de l’État. Les musulmans de souche constituent environ 8% de la population de l’État.

Le 3 mai, des membres des tribus montagnardes minoritaires, dont les Kuki, ont lancé une manifestation contre l’éventuelle extension de leurs avantages aux Meiteis dominants.

Les Meiteis représentent la moitié de la population de Manipur et leur étendre des quotas limités d’action positive signifierait qu’ils obtiendraient une part dans l’éducation et les emplois gouvernementaux réservés aux Kukis et à d’autres.

Les avantages, qui relèvent d’un régime pour les tribus répertoriées reconnu par la constitution, comprennent le droit de cultiver des terres forestières et des prêts bancaires bon marché.

Les dirigeants de la communauté minoritaire des collines disent que la communauté Meitei est relativement aisée et que leur accorder plus de privilèges serait injuste. Mais les Meiteis disent que les quotas d’emploi et autres avantages pour les tribus seraient protégés.

Manipur partage également une frontière de près de 400 km (250 miles) avec le Myanmar et un coup d’État en 2021 a poussé des milliers de réfugiés dans l’État indien.

Les Kukis partagent une lignée ethnique avec la communauté Chin du Myanmar et les Meiteis craignaient d’être dépassés en nombre par l’arrivée des réfugiés.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/6/14/nine-killed-in-new-ethnic-violence-in-indias-manipur

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire