Noam Chomsky et Jeremy Scahill sur la guerre russo-ukrainienne

0
45

L’invasion russe de l’Ukraine a maintenant dépassé les 50 jours de mort et de destruction massives continues. Malgré plusieurs cycles de négociations au cours des sept dernières semaines, la guerre continue de s’intensifier. Le président russe Vladimir Poutine reste provocant et a indiqué que la campagne militaire brutale se poursuivra sans relâche. Mardi, Poutine a déclaré que les négociations étaient dans une “impasse” et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a averti que la Russie n’interromprait pas ses opérations militaires lors des futurs pourparlers de paix. Le président américain Joe Biden a annoncé cette semaine une nouvelle allocation de 800 millions de dollars en « armes plus sophistiquées et plus lourdes » que les transferts précédents vers la partie ukrainienne. Pendant ce temps, l’OTAN semble prête à s’étendre davantage, la Finlande et la Suède indiquant qu’elles envisagent activement de rejoindre l’alliance. L’Allemagne et d’autres pays européens s’engagent publiquement à acheter et à vendre plus d’armes et à dépenser davantage pour la défense. L’OTAN évoque la perspective d’étendre sa présence militaire permanente en Europe, et Washington réaffirme sa domination politique sur l’Europe en matière de sécurité.

Dimanche, dans une interview sur NBC, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a présenté la guerre non seulement comme une défense de l’Ukraine, mais aussi comme une opportunité de porter des coups importants à la stabilité de l’État russe. “En fin de compte, ce que nous voulons voir, c’est une Ukraine libre et indépendante, une Russie affaiblie et isolée, et un Occident plus fort, plus unifié et plus déterminé”, a-t-il déclaré. “Nous pensons que ces trois objectifs sont en vue et peuvent être atteints.”

Alors que l’Ukraine et ses alliés occidentaux accusent les forces russes de crimes de guerre odieux et de crimes contre l’humanité, y compris des massacres d’un grand nombre de civils, le gouvernement et l’appareil médiatique de Poutine mènent une campagne tous azimuts pour dénoncer les allégations comme des mensonges et des fausses nouvelles.

Biden a officiellement accusé Poutine de crimes de guerre et a suggéré qu’il devrait faire face à un “procès pour crime de guerre”. La Russie, comme les États-Unis, a fermement refusé de ratifier le traité instituant la Cour pénale internationale, de sorte qu’il est difficile de savoir comment ni où l’administration pense qu’un tel procès aurait lieu.

Cette semaine, le célèbre dissident et linguiste Noam Chomsky s’est joint à moi pour une discussion approfondie sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la responsabilisation des puissants, le rôle des médias et de la propagande dans la guerre, et ce que Chomsky estime nécessaire pour mettre fin à l’effusion de sang en Ukraine.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire