Quelle est la meilleure garantie de sécurité de l’Ukraine ?

0
275

La guerre non provoquée et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine a duré près de sept semaines. Défaite dans sa tentative de prendre Kiev, l’armée russe s’est retirée du nord de l’Ukraine et s’oriente vers une nouvelle offensive dans le Donbass, à l’est du pays.

Jusqu’à présent, Moscou n’a pas engagé de négociations sérieuses et les révélations sur les massacres de civils par les forces russes ont probablement durci les attitudes à Kiev. Pourtant, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a clairement indiqué qu’il était prêt à rechercher un règlement pour mettre fin aux combats. Il a proposé d’accepter la neutralité, à condition qu’une Ukraine neutre reçoive des garanties de sécurité. Si les choses en arrivent à ce point, Kiev voudra chercher les bonnes garanties de sécurité.

L’Occident devrait laisser les détails de toute colonie à Zelensky et à son gouvernement. Ils doivent équilibrer leur désir de mettre fin au massacre des Ukrainiens, l’importance des positions de principe et des concessions qui pourraient être controversées avec leur public pour décider quelles conditions constitueraient un accord acceptable. Personne d’autre ne peut prendre cette décision.

Les partenaires de l’Ukraine ne devraient pas presser Kiev d’accepter un mauvais accord. Ils ne devraient pas non plus exhorter Kiev à rejeter un accord qui, selon eux, répond aux intérêts de l’Ukraine. Les responsables occidentaux devraient cependant discuter avec leurs homologues ukrainiens des éléments d’un éventuel règlement qui impliquent des engagements occidentaux. L’une de ces questions concerne les garanties de sécurité.

L’Ukraine a besoin de plus qu’une garantie de sécurité de Moscou. Le gouvernement russe s’est engagé dans le mémorandum de Budapest de 1994 sur les garanties de sécurité « à respecter l’indépendance, la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine » et à « s’abstenir de recourir à la menace ou à l’usage de la force » contre l’Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a déchiqueté ces engagements.

Les Ukrainiens souhaitent des garanties de la part des pays occidentaux, bien qu’ils aient défini différents types de garanties. On engagerait les garants à employer leurs forces militaires pour défendre une Ukraine neutre si elle était envahie à l’avenir – similaire à la garantie de l’article 5 de l’OTAN (une attaque contre l’un est considérée comme une attaque contre tous).

Une version alternative des garanties exigerait que les États garants s’engagent, en cas d’attaque contre une future Ukraine neutre, à fournir immédiatement des armes à l’armée ukrainienne et à imposer des sanctions sévères à l’attaquant (vraisemblablement la Russie).

Les dirigeants américains et de l’OTAN ont clairement déclaré leur refus d’envoyer des troupes pour défendre l’Ukraine contre la Russie. Il est donc difficile d’imaginer que les pays occidentaux accordent à l’Ukraine une garantie de type article 5 dans le cadre d’un accord de règlement. Pour que la garantie ait du mordant, il faudrait un garant doté d’une puissance militaire crédible, comme les États-Unis. (En effet, tout membre de l’OTAN prêt à envisager d’offrir une telle garantie ne le ferait probablement pas sans Washington.)

Si l’administration Biden acceptait une telle garantie, cela nécessiterait presque certainement un traité. Cela nécessiterait un vote des deux tiers au Sénat pour le consentement à la ratification. Supposons que les deux se soient produits. Même dans ce cas, quelle confiance Kiev pourrait-elle avoir dans cette garantie si, disons, Donald Trump revenait à la Maison Blanche ?

Plutôt que de chercher des garanties auprès d’autres pour le défendre en cas d’une future invasion russe, garanties de valeur incertaine, il serait peut-être plus judicieux pour Kiev de chercher à garantir sa propre sécurité. Cela signifierait éviter les dispositions de règlement limitant strictement la taille et les armes de l’armée ukrainienne. (Si nécessaire à la table des négociations, Kiev pourrait envisager de renoncer aux systèmes de frappe offensive à longue portée, mais elle devrait protéger sa capacité à maintenir une force de défense solide.)

Si Zelensky se retrouve dans une négociation sérieuse, au lieu de demander aux États-Unis et à d’autres pays européens des garanties de type article 5, il devrait demander à ces États de s’engager à prendre des mesures immédiates pour aider à reconstruire et à moderniser l’armée ukrainienne. Cela devrait aller bien au-delà de la fourniture d’armes héritées de l’époque soviétique. Il n’y aurait aucune raison pour que le personnel militaire ukrainien ne puisse pas apprendre à utiliser et à entretenir certains des systèmes d’armes les plus modernes qui figurent actuellement dans les inventaires des forces armées membres de l’OTAN.

Kiev trouverait probablement ses partenaires occidentaux plus disposés à prendre et à respecter de tels engagements, au lieu de s’engager dans une éventuelle guerre future avec la Russie. Si on lui demande, Washington devrait indiquer qu’il est prêt à aider l’Ukraine à construire l’armée nécessaire.

Les responsables ukrainiens pourraient certainement demander aux pays occidentaux de s’engager à imposer des sanctions à la Russie si elle attaquait à nouveau. Mais une armée ukrainienne robuste, équipée d’armes défensives modernes, offrirait à Kiev la meilleure garantie qu’elle pourrait se défendre contre une future attaque armée russe et, idéalement, dissuaderait le Kremlin d’envisager à nouveau une telle invasion.

Steven Pifer est William J. Perry Fellow au Centre pour la sécurité et la coopération internationales de Stanford et ancien ambassadeur des États-Unis en Ukraine.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire