Non, augmenter le salaire minimum ne stimulera pas l’inflation

0
48

Le Conseil australien des syndicats (ACTU) a récemment annoncé qu’il ferait pression pour une augmentation de salaire de 5,5 % pour les travailleurs rémunérés au salaire minimum dans le cadre de la révision annuelle des salaires. Le raisonnement de l’ACTU est simple : le coût de la vie augmente, dépassant la croissance des salaires. L’inflation globale a augmenté de plus de 5 % au cours de l’année dernière, tandis que les salaires nominaux n’ont augmenté que d’un maigre 2,3 %. Les salaires réels ont en fait baissé de 0,8 %.

Les projections futures ne semblent pas bonnes non plus, car la Reserve Bank of Australia (RBA) prévoit que les salaires nominaux n’augmenteront que d’environ 3%, bien en deçà du taux d’inflation prévu de 6%. Lorsque vous considérez le fait que la RBA a la réputation de faire des prévisions de croissance des salaires trop optimistes, il n’est pas déraisonnable de penser que notre problème de stagnation des salaires est encore pire qu’il n’y paraît.

Pendant ce temps, la part du revenu national revenant aux détenteurs du capital par le biais des bénéfices et des plus-values ​​réalisées a augmenté proportionnellement à la part du revenu revenant aux travailleurs. Le problème est clair : les travailleurs subissent de plein fouet l’inflation et ont désespérément besoin d’une augmentation de salaire pour faire face à la hausse du coût de la vie.

Cela semble être une idée tout à fait raisonnable. Ainsi, lorsque le dirigeant travailliste Anthony Albanese a déclaré son soutien à une augmentation légèrement inférieure du salaire minimum de 5,1 %, vous seriez pardonné de supposer qu’il s’agissait d’un « petit objectif » incontestable. Mais l’idée que les travailleurs devraient avoir droit à ce qui équivaut à une augmentation de salaire d’un dollar de l’heure a plongé les patrons, les banquiers et la classe des experts australiens dans une frénésie.

Le PDG de la Chambre de commerce et d’industrie australienne, Andrew McKellar, a déclaré à la Revue financière australienne que “la croissance agressive des salaires ne fera que stimuler la croissance de l’inflation”. Le correspondant politique en chef de cette même publication, Phillip Coorey, est allé jusqu’à affirmer que le maintien des salaires au rythme de l’inflation serait “un aller simple vers une République de Weimar”.

Ils affirment que l’augmentation des salaires pour les rapprocher du taux d’inflation exacerberait considérablement l’inflation par le biais d’une “spirale salaires-prix”. Les conservateurs pensent que l’inflation est causée par le fait que les travailleurs sont capables et désireux de faire pression pour obtenir des salaires plus élevés. Cela crée une demande excessive des consommateurs, affirment-ils, obligeant les propriétaires d’entreprise à augmenter les prix pour continuer à faire des bénéfices. À son tour, cela est censé encourager les travailleurs à faire pression pour de nouvelles hausses de salaire pour s’adapter à des prix plus élevés.

Cet alarmisme n’est pas convaincant. Les salaires des travailleurs stagnent depuis des décennies, il est donc clair que la croissance des salaires n’a pas causé cette vague d’inflation actuelle. En outre, il est tout simplement faux que des demandes modestes d’augmentation de salaire de 5,1 % ou 5,5 % aient cet effet — elles seraient toujours inférieures au taux d’inflation prévu.

L’inflation est un phénomène complexe, mais une chose est claire, c’est que la pandémie a causé des problèmes de chaîne d’approvisionnement mondiale. Il est beaucoup plus raisonnable de penser que ces problèmes sont à l’origine de l’inflation que de s’endormir devant des demandes de petites augmentations de salaire.

En effet, il est encore plus raisonnable de blâmer l’inflation sur les patrons désespérés d’augmenter leurs marges bénéficiaires à tout prix. Alison Pennington, économiste principale au Center for Future Work, l’appelle un “spirale profit-prix.” La faible croissance des salaires permet des profits record et augmente la part du capital dans le revenu au détriment de la part du travail.

Une étude récente de la Banque des règlements internationaux suggère que les entreprises ont un niveau historiquement sans précédent de pouvoir de fixation des prix et des salaires, ce qui leur permet d’attaquer les salaires et d’augmenter les prix simultanément. L’étude soutient:

Dans un contexte d’inflation élevée, des majorations plus élevées pourraient alimenter l’inflation, car les entreprises accordent plus d’attention à la croissance globale des prix et l’intègrent dans leurs décisions en matière de tarification.

Les experts conservateurs adorent semer la peur au sujet des effets inflationnistes des revendications salariales « déraisonnables ». Ils semblent cependant moins intéressés à demander au gouvernement de restreindre les grandes entreprises et les demandes de profits toujours plus élevés.

Ce n’est pas comme si le gouvernement était irréprochable, cependant. Les réductions d’impôts de « phase 3 » pour les personnes gagnant plus de 200 000 $ exacerberont l’inflation bien plus qu’une augmentation d’un dollar par heure du salaire minimum. Ces réductions d’impôts, soutenues par les deux principaux partis, constituent en fait une augmentation massive des salaires des riches qui coûtera au gouvernement 22 milliards de dollars de revenus perdus dans l’année suivant leur mise en œuvre.

Une augmentation de 5,1 % du salaire minimum laissera environ 2 000 $ de mieux aux salariés à temps plein au salaire minimum par an. En même temps, grâce aux réductions d’impôts de l’étape 3, un politicien gagnant 211 250 $ par an gagnera 9 075 $ par an. Les personnes qui gagnent plus que cela économiseront encore plus d’argent.

Si quelqu’un doit sacrifier quoi que ce soit pour freiner l’inflation, ce devrait être les patrons qui ont profité de décennies de stagnation des salaires et de profits records. C’est pourquoi l’ACTU et le Labour devraient réclamer une hausse des salaires beaucoup plus élevée. Les salaires des travailleurs devraient dépasser le cycle actuel d’inflation et ont besoin d’une forte augmentation depuis des décennies.

En effet, loin de causer des dommages économiques, une augmentation substantielle des salaires – ce que des partis de gauche comme les Verts et les socialistes victoriens exigent – ​​fournirait une solution indispensable à des problèmes économiques de plus en plus pressants. Plus les salaires sont supprimés, plus les gens seront poussés dans la pauvreté, incapables de payer les nécessités.

C’est particulièrement le cas étant donné que l’inflation n’est pas la seule chose qui fait grimper le coût de la vie. La hausse des prix des maisons et des loyers a rendu le logement de plus en plus inabordable. Les falaises agressives de remboursement de la dette étudiante ont nui aux travailleurs à revenu faible et moyen qui entrent sur le marché du travail à temps plein. Lutter pour des salaires plus élevés n’est ni imprudent ni irresponsable, c’est en fait la meilleure chose que nous puissions faire pour améliorer les conditions de vie des travailleurs.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire