Non, les travailleurs ne font pas grève à cause des mandats de vaccination

0
62

Il y a un mème qui circule dans les médias conservateurs selon lequel les mandats de vaccination sont la cause de la vague de grèves en cours. Bien que vous puissiez certainement trouver des reportages ici et là sur quelqu’un qui démissionne en raison d’un mandat de vaccination ou d’une manifestation syndicale à petite échelle (telle qu’un ralentissement ou une maladie) en raison du mandat de vaccination, il n’est clairement pas vrai que l’opposition au vaccin mandat est le moteur des développements beaucoup plus importants du marché du travail.

Le véritable moteur est le resserrement du marché du travail.

Les taux et les niveaux de démission ont tendance à évoluer en même temps que le niveau de tension du marché du travail. Lorsque le marché du travail est lâche, ce qui signifie qu’il y a beaucoup de demandeurs d’emploi par poste vacant, comme après une récession, les démissions diminuent. Lorsque le marché du travail est tendu, c’est-à-dire qu’il n’y a pas beaucoup de demandeurs d’emploi par poste vacant, les démissions augmentent.

Nous pouvons voir clairement cette relation dans les deux graphiques suivants.

Le dernier mois reflété dans ces graphiques est le mois d’août de cette année, qui a été avant Joe Biden a annoncé le mandat du vaccin en septembre. Il y a eu plus de 4 millions d’abandons en août. Au cours de ce mois, le taux de démissions et le niveau de démissions étaient les plus élevés jamais enregistrés.

En août, les offres d’emploi étaient au deuxième niveau le plus élevé jamais enregistré, le niveau le plus élevé ayant été atteint un mois auparavant.

L’une des raisons pour lesquelles les gens peuvent être confus à ce sujet est qu’ils pensent qu’un départ n’est enregistré que lorsqu’une personne quitte son emploi sans avoir déjà un autre emploi en place. Mais les départs sont également enregistrés lorsqu’une personne quitte son emploi pour aller à un autre emploi. Lorsque le marché du travail est tendu, vous vous attendez à ce que les démissions augmentent, car les employeurs sont plus susceptibles de débaucher les travailleurs les uns des autres en incitant les travailleurs à quitter les emplois moins bien rémunérés et à occuper des emplois mieux rémunérés.

Les données de grève de ce type sont plus difficiles à obtenir. Le Bureau of Labor Statistics (BLS) signale des arrêts de travail impliquant un millier de travailleurs ou plus, mais ce n’est pas à jour et le seuil de mille travailleurs va exclure la grande majorité des grèves. Sur la base des données dont il dispose actuellement, nous avons assisté à dix de ces grèves cette année, dont neuf avant l’annonce du mandat du vaccin Biden. La grève qui a eu lieu après l’annonce était la grève du Northwestern Carpenters Union, qui était centrée sur la rémunération et le remboursement des frais de stationnement. La grève s’est terminée plus tôt ce mois-ci, le syndicat remportant une augmentation de salaire de 2,26 $/heure et une augmentation des allocations de stationnement de 0,50 $/heure.

La liste du BLS n’a pas encore la grève de John Deere ou la grève de l’Alliance internationale des employés de la scène théâtrale (IATSE), qui sont les deux grandes actuellement en cours. Aucune de ces grèves n’a rien à voir avec les mandats de vaccination.

Une liste plus complète des grèves et des protestations syndicales, basée sur les reportages des médias, est tenue par l’Industrial and Labour Relations School de l’Université Cornell. Cette base de données montre 844 grèves et manifestations syndicales cette année. Parmi ceux-ci, 683 (81 pour cent) se sont produits avant l’annonce du mandat du vaccin Biden. Sur les 163 qui se sont produits après l’annonce de Biden, seulement dix-neuf (12%) étaient liés aux protocoles COVID-19, la demande dans certains cas étant trop augmenter la rigueur des protocoles COVID-19, pas les réduire.

Lorsqu’on pense aux grèves en particulier, il est important de comprendre comment les grèves se produisent généralement. Les travailleurs syndiqués ont généralement des conventions collectives (CBA) qui durent environ trois ans. Pendant la durée d’une convention collective, les syndicats ne font pas grève car il leur est généralement interdit de faire grève par une clause contractuelle de non-grève. Ainsi, les grèves ne se produisent réellement qu’à l’expiration des contrats.

Les grèves formelles auxquelles nous assistons en ce moment se produisent parce que les lieux de travail en question ont une convention collective qui expire maintenant et les syndicats pensent que la grève peut les aider à obtenir un meilleur contrat. L’une des raisons pour lesquelles ils pourraient penser que c’est parce que le resserrement du marché du travail susmentionné rend les grèves plus efficaces car il est plus difficile pour les employeurs de trouver des travailleurs de remplacement.

Il n’est même pas encore clair que nous ayons eu une quantité exceptionnelle de grèves cette année, mais il n’y a aucune raison de penser qu’une grande partie de l’activité frappante que nous avons vue est liée aux vaccins.

Dans son « Aspects politiques du plein emploi », Michal Kalecki a expliqué ce qui se passe lorsque le marché du travail devient tendu :

Le maintien du plein emploi entraînerait des changements sociaux et politiques qui donneraient un nouvel élan à l’opposition des chefs d’entreprise. En effet, sous un régime de plein emploi permanent, le « licenciement » cesserait de jouer son rôle de mesure disciplinaire. La position sociale du patron serait minée, et l’assurance et la conscience de classe de la classe ouvrière augmenteraient. Des grèves pour des augmentations de salaires et des améliorations des conditions de travail créeraient des tensions politiques.

Dans ce passage, il utilise l’expression « plein emploi », qui a créé une certaine confusion au fil des ans, mais ce dont il parle, c’est d’une situation dans laquelle il n’y a pas beaucoup de demandeurs d’emploi par poste vacant et dans laquelle les employeurs éprouvent des difficultés du temps pour combler les postes vacants. Dans ce scénario, selon Kalecki, les travailleurs s’enhardissent et vous vous attendez à ce que les grèves et les départs augmentent. C’est ce qui s’est passé.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici