Nous avons de nouvelles preuves de l’implication saoudienne dans le 11 septembre, et personne ne s’en soucie

0
73

Il se passe beaucoup de choses dans le monde en ce moment, il n’est donc pas surprenant que certaines nouvelles passent entre les mailles du filet. Pourtant, il est étonnant que de nouvelles informations explosives sur la complicité d’un gouvernement allié dans l’une des pires attaques sur le sol américain de l’histoire soient simplement arrivées et reparties sans préavis.

La semaine dernière, le FBI a discrètement déclassifié un rapport de 510 pages qu’il a produit en 2017 sur l’attaque terroriste du 11 septembre il y a vingt ans. La divulgation est conforme au décret exécutif du président Joe Biden de septembre 2021 déclassifiant les dossiers gouvernementaux longtemps cachés sur l’attaque, dont beaucoup espéraient qu’il révélerait exactement ce que les enquêteurs américains savaient sur l’éventuelle implication du gouvernement saoudien.

Ils n’ont pas été déçus. Ces révélations les plus récentes tournent autour d’Omar al-Bayoumi, un ressortissant saoudien travaillant à San Diego pour une compagnie d’aviation appartenant au gouvernement saoudien, auquel il ne s’est jamais présenté. Al-Bayoumi a longtemps fait l’objet de soupçons, à la fois en raison de ses liens avec des religieux extrémistes et en raison des étranges coïncidences qui l’ont entouré, du travail qu’il n’a jamais exercé au fait qu’il vient de arrivé rencontrer par hasard deux des futurs pirates de l’air dans un restaurant – avant de leur trouver un appartement à San Diego, de cosigner leur bail, de se porter garant, de payer leur premier mois de loyer et de les connecter à la communauté saoudienne locale.

Malgré tout cela, et même si les agents du FBI avaient des raisons de croire qu’il était un espion saoudien – ce qui n’a été révélé qu’en 2016 lors de la déclassification de vingt-huit pages du rapport de la Commission sur le 11/9 que l’ancien président George W. Bush avait ordonné de garder secret. — Les autorités américaines l’ont disculpé. Le rapport a finalement conclu qu’il n’y avait “aucune preuve crédible” qu’al-Bayoumi “a sciemment aidé des groupes extrémistes”, tandis que le bureau a décidé en 2004 qu’il n’avait aucune “connaissance préalable de l’attaque terroriste” ni que les deux futurs pirates de l’air étaient membres d’Al-Qaïda.

Cette dernière version rend ces affirmations beaucoup moins tenables. Selon un communiqué du FBI daté de juin 2017, de la fin des années 1990 au 11 septembre 2001, al-Bayoumi « a reçu une allocation mensuelle en tant que coopté de la présidence saoudienne des renseignements généraux (GIP) », la principale agence d’espionnage du pays. Le document note que bien que son implication dans les services de renseignement saoudiens n’ait pas été confirmée au moment du rapport de la Commission sur le 11 septembre, le bureau l’a maintenant confirmé. Dans un document séparé de 2017, les responsables du bureau jugent qu ‘«il y a 50/50 de chances [al-Bayoumi] avait une connaissance avancée des attentats du 11 septembre.

Après avoir été informé de la révélation, le président de la Commission sur le 11 septembre, l’ancien gouverneur du New Jersey, Tom Kean, a déclaré que “si c’est vrai, j’en serais bouleversé” et que “le FBI a dit qu’il ne retenait rien et nous les a crus.

Plus que cela, le rapport implique directement un membre de la famille royale et du gouvernement saoudiens. L’allocation mensuelle d’Al-Bayoumi était versée “via l’ambassadeur de l’époque [to the United States] Prince Bandar bin Sultan Alsaud », déclare-t-il, et toute information recueillie par al-Bayoumi sur « des personnes d’intérêt dans la communauté saoudienne de Los Angeles et de San Diego et d’autres questions, qui répondaient à certaines exigences de renseignement du GIP, serait transmise à Bandar ». qui “informerait alors le GIP des éléments intéressant le GIP pour une enquête / vérification ou un suivi plus approfondi”.

Cette révélation est particulièrement explosive, car Bin Sultan n’était pas seulement un membre de la Maison des Saoud, mais était un ami proche de la famille du président Bush et généralement à l’aise avec l’establishment politique américain – au point qu’il a été surnommé « Bandar Bush ». Ami proche du père de Bush pendant plus de deux décennies (« Je me sens comme un membre de votre famille », lui écrivait-il en 1992), il a ensuite fait don d’un million de dollars à la bibliothèque présidentielle de l’aîné Bush.

Cette amitié s’est étendue au jeune Bush, dont le père lui a conseillé de consulter Bin Sultan alors qu’il s’apprêtait à lancer sa campagne présidentielle. Leur relation était si étroite que Bin Sultan a été l’une des premières personnes à qui Bush a parlé lorsqu’il a décidé d’envahir l’Irak. Dans un épisode nettement étrange, les deux se sont rencontrés à la Maison Blanche deux jours après l’attaque du 11 septembre et ont fumé des cigares sur le balcon Truman, quelques heures à peine avant que des avions affrétés, en violation de l’échouement national des avions, ramassent 160 royals, Ben Laden des membres de leur famille et d’autres personnalités saoudiennes et les ont chassés du pays.

Récapitulons donc ce que nous disent ces nouveaux documents. Ils nous disent que l’un des hommes qui ont aidé deux des pirates de l’air du 11 septembre à s’installer aux États-Unis alors qu’ils se préparaient à commettre leur attentat était en fait un espion du gouvernement saoudien – un gouvernement longtemps accusé de soutenir et de financer les extrémistes fondamentalistes et le pays d’où viennent la grande majorité des pirates de l’air. Cet espion était payé et relevait directement de l’ambassadeur saoudien de longue date aux États-Unis, un ami proche et de longue date de la famille du président américain.

Cela devrait, de manière réaliste, susciter de nombreuses questions, telles que : si al-Bayoumi avait connaissance à l’avance de l’attaque, Bandar bin Sultan le savait-il également ? Ce dernier a-t-il donné l’alerte à qui que ce soit aux États-Unis, comme son ami proche le président ? Bin Sultan était-il au courant de l’aide d’al-Bayoumi aux pirates de l’air ? La relation de Bush avec Bin Sultan a-t-elle obscurci son jugement et expliqué sa réponse indifférente aux avertissements du renseignement qui sont parvenus à son bureau ? De quoi les deux ont-ils parlé le 13 septembre, et pourquoi le gouvernement saoudien n’a-t-il été confronté à aucune responsabilité au fil des ans ?

Cela pourrait se produire dans un écosystème médiatique qui n’a pas la durée d’attention d’une mouche des fruits. Dans le monde dans lequel nous vivons, l’histoire a été couverte par NorthJersey.com, par Democracy Now !, et . . . c’est ça. L’attaque du 11 septembre a été un événement profondément traumatisant qui a irrévocablement façonné la politique étrangère et la politique intérieure des États-Unis pendant tout ce siècle, souvent de manière désastreuse pour le monde et les Américains moyens. Pourtant, lorsque de nouvelles informations impliquant un gouvernement allié dans son exécution sont révélées, presque personne ne semble s’en soucier.

Tout cela est particulièrement pertinent maintenant, compte tenu non seulement des décennies de politique américaine qui ont prodigué des faveurs au gouvernement saoudien, mais aussi du soutien continu de Washington à la guerre indiciblement brutale du royaume contre le Yémen.

Depuis sept ans maintenant, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite mène une campagne de bombardements aveugles sur le pays, attaquant des cibles militaires à peu près au même rythme qu’elle bombarde les infrastructures civiles et les zones résidentielles, tout en privant les Yéménites de nourriture et de carburant grâce à un blocus de plus en plus strict. Le résultat a été plus de 377 000 civils yéménites morts, dont 70 % d’enfants de moins de cinq ans, dont les deux tiers seraient morts de faim et de maladies évitables, des maladies qui ont explosé dans le pays grâce à la guerre. Des millions de personnes souffrent d’extrême pauvreté et de malnutrition, et le pays est proche d’une famine généralisée.

Les États-Unis et d’autres gouvernements occidentaux ont directement soutenu cette guerre tout au long, en vendant à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite des dizaines de milliards de dollars d’armes. Washington et le Royaume-Uni, pour leur part, fournissent également à la coalition un soutien logistique clé, sans lequel un ancien responsable de la CIA et du Pentagone a déclaré que la guerre ne pourrait pas continuer. Imaginez si au lieu d’aider l’Ukraine dans l’invasion actuelle de la Russie, le gouvernement américain vendait à la place Russie armes, a ravitaillé ses avions, partagé des renseignements avec elle et aidé son armée de l’air à cibler alors qu’elle transformait les villes ukrainiennes en décombres, et vous avez une idée de la nature du rôle des États-Unis dans ce domaine.

Pourquoi le gouvernement américain fait-il cela ? Après tout, il y a à peine trois ans, une coalition bipartite au sein d’un Sénat contrôlé par le GOP a voté pour mettre fin à la guerre, et Joe Biden s’est présenté et a remporté la présidence en mettant fin au soutien américain, avant – dans le style de Biden – il a continué soutenir la guerre de toute façon. Depuis lors, avec le soutien de Biden, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a intensifié ses bombardements au pire depuis 2018, et la crise humanitaire du pays est pire qu’elle ne l’était sous le prédécesseur de Biden.

La simple raison est que Washington considère le gouvernement saoudien comme trop important pour être aliéné. C’était, après tout, le même gouvernement qui a dirigé l’embargo pétrolier de 1973 qui a provoqué un chaos économique mondial et, inversement, a intensifié la production de pétrole lorsque l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1991 a menacé de faire de même. Avec les vastes réserves de pétrole du royaume saoudien, l’ingrédient fondamental de la civilisation moderne, les responsables américains préfèrent le garder de leur côté en soutenant cette horrible guerre plutôt que de l’aliéner et de le rapprocher de puissances hostiles comme la Russie ou la Chine. Nous pouvons présumer que c’est aussi en grande partie la raison pour laquelle le gouvernement saoudien n’a jamais été récompensé que par Washington malgré les preuves croissantes de sa complicité dans une attaque sur le sol américain il y a vingt ans.

L’ironie tragique est que, malgré le soutien indéfectible de Biden à sa guerre, le gouvernement saoudien lui a récemment fait un pied de nez. Alors que l’inflation tirée par le pétrole menace de faire dérailler la présidence de Biden, le prince héritier saoudien a toujours rejeté les appels des États-Unis à l’atténuer en augmentant la production de pétrole. L’Arabie saoudite et son partenaire belliqueux, les Émirats arabes unis, ont traîné des pieds pour adhérer à une résolution de l’ONU condamnant la guerre de la Russie. Tout récemment, le prince héritier saoudien s’est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine alors que ce dernier continuait de commettre des atrocités en Ukraine, puis a même refusé de prendre l’appel téléphonique de Biden alors que le président cherchait désespérément un approvisionnement alternatif en pétrole pour combler le vide créé par les sanctions contre la Russie. Biden lui a quand même envoyé plus d’armes.

Il est difficile d’imaginer un pays humiliant rituellement les États-Unis de cette manière, sans parler d’être récompensé pour cela. Là encore, il est également difficile d’imaginer qu’un gouvernement étranger soit aussi complice que la Maison des Saoud l’a été dans une atrocité comme le 11 septembre et s’en tire entièrement indemne, mais nous y sommes.

La raison pour laquelle il peut le faire est la même raison pour laquelle Poutine pensait qu’il avait le pouvoir de lancer sa guerre le mois dernier : le refus persistant du monde moderne de s’éloigner des combustibles fossiles, en veillant à ce que chaque despote disposant de suffisamment de pétrole et de gaz puisse violer le droit international. , se moquer de ses alliés et même commettre des atrocités à moindre coût. Qui sait ce que nous apprendrons d’autre alors que d’autres documents du 11 septembre seront déclassifiés ? Mais une chose est sûre : il n’en sortira rien si le statu quo reste en place.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire