Nous devons à la Révolution française une dette de gratitude

0
278

En ce jour, il y a 234 ans, le peuple de Paris se levait pour prendre l’histoire en main. Le souvenir de la prise de la Bastille et de moments similaires d’élan révolutionnaire — de « l’insurrection d’août » trois ans plus tard à l’assaut du Palais d’Hiver à Petrograd plus d’un siècle plus tard — a légué à la gauche une série de tableaux palpitants d’histoires populaires. triomphe, imprimé dans l’esprit du public à travers des représentations comme les peintures de Jacques-Louis David ou les films de Sergei Eisenstein. Ces images sont un héritage précieux, mais elles peuvent nous induire en erreur si nous n’y prenons pas garde.

Le danger est particulièrement aigu à un moment comme le présent, lorsque l’horizon politique de la gauche semble s’être éloigné au-delà de la vue et que la distance moyenne s’annonce sombre. Aux États-Unis, il y a à peine trois ans, une insurrection menée par Bernie Sanders a suscité l’espoir de beaucoup – en particulier de ceux qui étaient trop jeunes pour ressentir le rythme étrange et syncopé de la politique radicale – qu’une révolution politique était à portée de main, une révolution qui insufflerait à la vie publique une éthique de solidarité et d’égalité démocratique. Maintenant, il y a de bonnes chances que dans un an, nous regardions le tonneau d’un match revanche Joe Biden-Donald Trump.

Des insurrections politiques comparables ont été éteintes encore plus brutalement ailleurs, des purges et des procès-spectacles du parti travailliste britannique de Keir Starmer à l’effondrement post-capitulation de Syriza en Grèce ou au retrait de Podemos en Espagne. Partout, de plus en plus, le moment politique se fait hostile, mêlant l’ennui d’un « retour à la normale » à la menace ambiante d’un Thermidor.

La réponse naturelle est de revenir sur les triomphes euphoriques, disons, des sans-culottes dans les rues de Paris, et de désespérer de notre échec comparatif à percer le statu quo politique. Mais le faire, c’est être victime d’une de ces illusions d’optique rétrospectives que l’histoire ne cesse de nous présenter. Car si le moment présent ressemble à un Thermidor, c’est parce que le Thermidor originel — la fin définitive de la phase radicale de la Révolution française, qui fut suivie d’années de répression, d’apathie populaire et de démobilisation, la destruction de la République révolutionnaire elle-même , et finalement la restauration de la monarchie même des Bourbons que les foules parisiennes avaient renversée des décennies plus tôt – ressemblaient beaucoup au présent.

L’exécution de Robespierre en 1794 et la prise du pouvoir par les conservateurs furent des événements accueillis en grande partie avec indifférence par les foules parisiennes – les mêmes foules qui, un an plus tôt, avaient poussé la radicalisation en spirale de la révolution dans les rues. Désormais, l’ambiance était dominée par l’inquiétude suscitée par l’inflation, la peur des dysfonctionnements politiques et l’impatience croissante envers les révolutionnaires eux-mêmes et ce que l’historien Isser Woloch appelait leur “tendance à l’exagération verbale et à l’autosatisfaction”.

Et pourtant, les clubs et les journaux jacobins ont survécu à la répression de Thermidor et ont maintenu vivant l’esprit révolutionnaire : de démocratie de base, d’engagement pour l’égalité sociale, de défense zélée des principes révolutionnaires. C’est ce qui a rendu impossible pour les réactionnaires qui ont gouverné dans les décennies suivantes – tant les libéraux que les conservateurs – d’étouffer complètement ses réalisations et d’inverser le cours de l’histoire.

Et quelles étaient ces réalisations ? Tout. Presque tout ce qui rend la vie publique digne d’être vécue dans le monde moderne a été résolument avancé par la révolution que commémore le 14 juillet. De la création de la première armée citoyenne moderne pour remplacer les traditionnelles brigades de mercenaires monarchistes ; à l’imposition de jurys populaires là où régnait autrefois la « justice » des oligarques locaux ; à la première abolition nationale de l’esclavage ; au principe abstrait de la souveraineté populaire et à la pratique concrète du suffrage universel.

Les réalisations de la révolution ont été immenses et peuvent être mesurées, entre autres, en millions de vies sauvées et prolongées. Car ce n’est qu’avec la révolution que les taux de mortalité de la France ont commencé leur long déclin moderne, et ce n’est qu’en France – pas chez aucun de ses voisins européens – qu’ils ont chuté à un tel rythme : après des décennies de fluctuation sans tendance, les taux de mortalité ont chuté régulièrement à partir des années 1790, laissant l’espérance de vie moyenne 40% plus élevée en 1820 qu’elle ne l’était au moment de la reddition de la Bastille.

De même, c’est la France révolutionnaire – avec les États-Unis révolutionnaires – qui a lancé la grande « transition de la fécondité » de l’ère moderne. L’utilisation généralisée du contrôle des naissances, des âges plus élevés pour les femmes à la première naissance, des taux de reproduction globaux plus faibles – un schéma qui s’est ensuite répandu dans le monde entier et a transformé les perspectives de santé et de développement économique de milliards de personnes – tout a commencé avec le renversement des Bourbons.

La Révolution française a inauguré ces tournants planétaires d’innombrables façons : en augmentant la confiance des travailleurs pour exiger des salaires plus élevés (aidé initialement par des marchés du travail tendus en temps de guerre, bien sûr) ; en enhardissant les femmes à contester l’autorité patriarcale à la maison; en redistribuant la terre aux paysans. Mais probablement le facteur le plus important était simplement l’idée jacobine : l’idée que la vie peut être améliorée par l’action collective des classes inférieures contre les intérêts illégitimes des classes supérieures.

Les vétérans des combats de rue des jours grisants de 1789 et 1792-1793, repensant à leur révolution du point de vue de 1795, pouvaient – et en fait craignaient – qu’elle se soit avérée un échec. Mais à cause de la puissance de l’idée jacobine, et parce qu’un nombre suffisant d’entre eux ont survécu pour se battre un autre jour, la révolution a changé le monde. Nous sommes tous ses bénéficiaires.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire