Pourquoi les archéologues sont-ils incapables de trouver des preuves d’une classe dirigeante de la civilisation de l’Indus ?

0
237

Il y a un peu plus d’un siècle, des archéologues britanniques et indiens ont commencé à fouiller les vestiges de ce qu’ils ont vite compris comme une civilisation jusque-là inconnue dans la vallée de l’Indus. À cheval sur des régions du Pakistan et de l’Inde et atteignant l’Afghanistan, la culture que ces explorateurs ont découverte existait en même temps que celles de l’Égypte et de la Mésopotamie anciennes et couvrait une zone beaucoup plus vaste. Il était également étonnamment avancé : sophistiqué et complexe, avec de grandes villes soigneusement aménagées, une population relativement aisée, l’écriture, la plomberie et les bains, de vastes relations commerciales et même des poids et mesures standardisés.

Quel genre de société était la civilisation de la vallée de l’Indus, comme on l’a connue ? Qui y habitait et comment s’organisaient-ils ? Les archéologues et autres experts posent ces questions à ce jour, mais les premiers explorateurs remarquaient déjà certaines caractéristiques uniques.

En Mésopotamie et en Égypte, “beaucoup d’argent et de réflexion ont été consacrés à la construction de magnifiques temples pour les dieux et aux palais et tombeaux des rois”, a observé Sir John Marshall, qui a supervisé les fouilles de deux des cinq villes principales, Harappa et Mohenjo. -daro, “mais le reste du peuple devait apparemment se contenter d’habitations insignifiantes de boue.” Dans la vallée de l’Indus, « le tableau est inversé et les plus belles structures sont celles érigées pour le confort des citoyens. Des temples, des palais et des tombeaux peuvent bien sûr exister, mais si c’est le cas, ils sont soit encore inconnus, soit tellement semblables à d’autres édifices qu’on ne les distingue pas facilement.

À son apogée, d’environ 2600 av. Ses grandes villes étaient vastes, planifiées et se vantaient d’une architecture à grande échelle, y compris des maisons résidentielles spacieuses, et de plus petites colonies dans les zones environnantes semblaient soutenir une culture similaire avec un niveau de vie similaire.

La caractéristique la plus alléchante de l’ancienne vallée de l’Indus est ce qui semble leur manquer : toute trace d’une classe dirigeante ou d’une élite managériale. Cela défie l’hypothèse théorique de longue date selon laquelle toute société complexe doit avoir des relations sociales stratifiées : que l’action collective, l’urbanisation et la spécialisation économique ne se développent que dans une culture très inégale qui prend une direction par le haut, et que toutes les trajectoires sociales évoluent vers une culture commune et universelle. résultat, l’État. Pourtant, il y avait là une civilisation stable et prospère qui semblait rester ainsi pendant des siècles sans État, sans rois-prêtres ou oligarques marchands, et sans système de caste rigide ou classe guerrière. Comment ont-ils réussi ?

Malheureusement, au cours des premières décennies d’exploration et de recherche, les archéologues avaient tendance à supposer que le manque de preuves d’une société hiérarchisée descendante dans la vallée de l’Indus signifiait seulement qu’ils n’avaient pas encore été trouvés. Certains ont fait valoir que le manque de preuves d’inégalité indique seulement que la classe dirigeante de la région était très habile à masquer les frontières entre elle-même et les autres couches sociales. Soulignant le fait que les sites funéraires de la vallée de l’Indus ne contiennent pas de tombes monumentales, certains chercheurs suggèrent que les dirigeants pourraient avoir été incinérés ou déposés dans des rivières, comme c’était la pratique dans d’autres cultures impériales. Mais la crémation n’est pas archéologiquement invisible ; les restes d’autres cultures en contiennent souvent des preuves.

Plus récemment, les archéologues ont accepté de revenir aux observations originales des explorateurs et d’utiliser les preuves directement devant eux pour développer des théories sur la vie ancienne dans la civilisation de la vallée de l’Indus. Les données archéologiques d’Asie du Sud se sont considérablement améliorées : et il y en a beaucoup plus. De nombreux sites de l’Indus sont désormais connus des archéologues, ce qui n’était pas le cas il y a des décennies, et les contextes environnementaux qui ont permis l’urbanisation de la région – climat, ressources naturelles – sont désormais beaucoup plus clairs. Les archéologues ont également perfectionné un ensemble d’outils solides pour identifier les inégalités et les divisions de classe : à partir des données mortuaires, des assemblages de palais, des monuments agrandissants, des documents écrits et bientôt, peut-être, des données sur les ménages. Pourtant, en un siècle de recherches, les archéologues n’ont trouvé aucune preuve d’une classe dirigeante dans la vallée de l’Indus comparable à celles retrouvées dans d’autres sociétés complexes anciennes.

À la fin des années 1990, les archéologues de l’Indus ont commencé à envisager un nouveau concept qui semblait mieux correspondre aux faits. L’hétérarchie affirme qu’une organisation politique complexe, y compris les villes, peut émerger de l’interaction de nombreux groupes sociaux différents et non classés, plutôt que de décisions descendantes d’une élite : que la coopération, et non la domination, peut produire une action collective. Il est maintenant largement admis que de multiples groupes sociaux ont contribué à la construction des villes de l’Indus et aux activités économiques qui s’y déroulaient, et qu’aucun ne semblait dominer les autres.

Pour étayer cet argument, aucune preuve n’existe qu’un groupe de producteurs de l’Indus ait été exclu de l’utilisation de matériaux rares que les artisans devaient obtenir de longues distances, ou que des groupes particuliers aient limité l’accès à ces matériaux pour s’emparer d’une position plus élevée dans la société de l’Indus. . L’un des produits les plus distinctifs et techniquement éblouissants de la culture de l’Indus sont les sceaux estampés gravés d’images et de texte; plus de 2 500 ont été trouvés à Mohenjo-daro seul. Mais les sceaux étaient produits par de nombreux groupes d’artisans différents dans de nombreux endroits, et rien ne prouve qu’une classe dirigeante contrôlait la production. Les styles technologiques avaient tendance à recouper différents groupes d’artisans, indiquant une grande ouverture et un partage des connaissances.

Les citadins de l’Indus ont construit des bâtiments publics à grande et à petite échelle ; le Grand Bain de Mohenjo-daro est une structure massive qui contenait un grand bain pavé assemblé à partir de briques cuites étroitement ajustées, imperméabilisé avec du bitume et fourni avec des tuyaux et des drains qui auraient permis de contrôler le débit et la température de l’eau. À Mohenjo-daro, des structures non résidentielles ont été construites sur des plates-formes en briques qui étaient aussi importantes que les structures érigées au-dessus d’elles, et auraient nécessité beaucoup d’action coordonnée. Il a été calculé qu’une seule des plates-formes de fondation aurait nécessité 4 millions de journées de travail, soit 10 000 constructeurs travaillant pendant plus d’un an.

Pourtant, tant à Harappa qu’à Mohenjo-daro, ces grandes structures non résidentielles étaient relativement accessibles, suggérant qu’elles étaient « publiques », par opposition aux palais ou aux centres administratifs réservés à une classe privilégiée. Certains d’entre eux peuvent avoir servi d’espaces spécialisés d’échange, de négociation et d’interaction entre différents groupes regroupés dans des quartiers ou le long de rues et de routes importantes. Ces espaces ont peut-être aidé les citadins à maintenir un degré élevé de consensus sur la planification et la politique et garanti qu’aucun groupe ne pouvait accumuler de richesse aux dépens des autres.

Les vestiges de la vallée de l’Indus n’ont pas encore livré toutes leurs richesses. L’écriture de l’Indus n’a pas encore été déchiffrée et nous ne savons toujours pas pourquoi la civilisation a commencé à décliner au deuxième millénaire avant notre ère. L’un des développements récents les plus positifs a été une augmentation spectaculaire des données et de l’intérêt pour les colonies à petite échelle de la civilisation, ce qui peut éclairer la question de savoir si ces colonies étaient qualitativement différentes les unes des autres ou des villes – et dans quelle mesure l’égalitarisme de l’Indus étendu à son paysage plus large.

Ce que nous avons déjà trouvé, cependant, suggère que l’égalitarisme peut avoir été une aubaine pour l’action collective : que des groupes sociaux distincts auraient pu être plus disposés à investir dans l’action collective si les avantages n’étaient pas limités à un sous-ensemble d’élites. Cela suggère que l’hétérarchie peut agir comme une sorte de frein au pouvoir coercitif parmi les groupes sociaux et dans la société dans son ensemble.

Si tel est le cas, et après un siècle de recherches sur la civilisation de l’Indus, les archéologues n’ont trouvé aucune preuve d’une classe dirigeante comparable à ce qui a été récupéré dans d’autres sociétés complexes anciennes, alors il est temps de s’attaquer à l’égalitarisme de la vallée de l’Indus.

L’urbanisation, l’action collective et l’innovation technologique ne sont pas motivées par les programmes d’une classe dirigeante exclusive, comme le suggèrent les preuves, et peuvent se produire en leur absence totale. La vallée de l’Indus était égalitaire non pas parce qu’elle manquait de complexité, mais plutôt parce qu’une classe dirigeante n’est pas une condition préalable à la complexité sociale. Elle nous met au défi de repenser les liens fondamentaux entre l’action collective et l’inégalité.

Le roi-prêtre est mort : ou, dans ce cas, il n’a probablement jamais existé.

Cet article a été réalisé par Ponts humainsun projet de l’Independent Media Institute.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/06/26/why-are-archaeologists-unable-to-find-evidence-for-a-ruling-class-of-the-indus-civilization/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire