Nous les avons rencontrés à la porte : résister aux expulsions pendant la Dépression

0
261

Nous les avons rencontrés à la porte, les garçons,
Nous les avons rencontrés à la porte.
À Newtown et Bankstown
Nous avons mis les flics mal à l’aise.
On s’est bien battu,
Ils ont l’enfer,
Et nous les avons rencontrés à la porte.

Pendant la Grande Dépression des années 1930, les paroles ci-dessus ont été mises en musique par des chômeurs pour rendre hommage à deux des plus grandes batailles contre les propriétaires et la police de l’histoire de Sydney.

L’expulsion était une menace constante pour les gens de la classe ouvrière. Dès 1929, le taux de chômage avait grimpé à 11 % ; en 1932, il avait atteint 29 %, sans aucun signe de reprise économique à l’horizon. Abandonnés par le système, des masses de chômeurs ont dû trouver comment joindre les deux bouts.

Alors que les gouvernements des États mettaient en place des programmes de secours pour éviter le mécontentement de masse et l’effondrement social, le niveau de vie qu’ils fournissaient était très bas. Le nouveau système de protection sociale en Nouvelle-Galles du Sud a vu les autorités distribuer des coupons pour des produits de base tels que le thé, la farine et la viande plutôt que de l’argent; sans argent liquide, les chômeurs ne pouvaient pas payer leur loyer.

Pour obtenir ne serait-ce que ces maigres rations, les chômeurs devaient remplir un questionnaire en 32 points conçu pour rendre l’accès aux prestations sociales aussi difficile et humiliant que possible.

Les questions comprenaient : « Pouvez-vous faire pousser des légumes dans votre jardin ? Si non, donnez les raisons » et « Possédez-vous des canards, des oies, du bétail, des chiens, des cochons ? » C’étaient des questions absurdes à poser aux travailleurs vivant dans les bidonvilles industriels de Sydney. Mais ils servaient un but : impliquer que les chômeurs étaient paresseux et faire comprendre que le droit aux rations serait fortement contrôlé.

Comme l’a rappelé l’activiste communiste Jocka Burns dans Charançons dans la farineRemarquable histoire orale de Wendy Lowenstein sur l’Australie de l’époque de la Dépression, les fonctionnaires du chômage « venaient, frappaient à votre porte, faisaient le tour de la rue, posaient des questions, parlaient à vos voisins… Vous deviez être absolument démunis… La police venait d’abord jeter un coup d’œil avant d’avoir une couverture ».

Les travailleurs ont réagi de différentes manières à la pauvreté. Pour beaucoup, la survie est devenue l’objectif principal – prendre des petits boulots et trouver un propriétaire prêt à accepter des tickets d’allocation au lieu d’un loyer. Certains se sont tournés vers une politique de gauche radicale, qui blâmait le chaos du capitalisme motivé par le profit pour la misère à laquelle sont confrontés des millions de personnes.

Bien que minoritaires, ces travailleurs qui se radicalisent se comptent par milliers. Organisés au sein du Mouvement des chômeurs (UWM) dirigé par les communistes, ils sont devenus une force politique sérieuse, en particulier à Sydney.

L’UWM a fait sa marque avec des oraisons orageuses et des manifestations contre les conditions imposées aux chômeurs. Plus tard, il a coordonné les grèves et les protestations des «travailleurs humanitaires» – un travail pour le régime d’allocations. La forme d’activisme la plus répandue était peut-être les contre-manifestations contre les expulsions de ménages de la classe ouvrière.

La principale tactique anti-expulsion consistait à mobiliser les travailleurs des zones environnantes pour empêcher la police d’exécuter un ordre d’expulsion et de ramener les biens des résidents dans la maison après que les huissiers les aient fait sortir. Les manifestants étaient souvent persistants et suffisamment nombreux pour gagner dans ces allers-retours avec les flics.

Le récit de Daisy McWilliams, dont l’expulsion a été empêchée par l’UWM, reflète l’ambiance lorsque la résistance de la classe ouvrière pouvait tenir les flics et les propriétaires à distance :

“Lorsque l’endroit s’est vidé de tout, les huissiers ont appelé les enfants et moi-même pour sortir. Puis quelque chose s’est passé. Les membres du comité anti-expulsion se sont emparés chacun d’un meuble dans la rue, ont écarté les huissiers et se sont précipités dans la maison.

« Les gens se sont précipités en avant, et les femmes et les enfants ont tous aidé à remettre les choses en place. Il avait fallu trois hommes heures pour nous expulser ; il a fallu moins de dix minutes pour remettre les meubles dans la maison… Nous avons attendu qu’il se passe quelque chose, et avons regardé par la fenêtre, et à notre grande surprise nous avons vu les policiers et les huissiers s’éloigner vers leurs voitures. Alors leur bluff a été appelé !

Des actions anti-expulsion comme celle-ci se sont déroulées dans tout Sydney. Parfois, ils se sont transformés en occupations durant des semaines ; les voisins accueillaient le ménage en vertu d’ordres d’expulsion tandis que des équipes d’habitants et de militants de l’UWM se relayaient pour jalonner les maisons. Les maisons occupées seraient ornées de drapeaux rouges et deviendraient des lieux de réunions publiques de l’UWM sur le capitalisme et la crise du logement.

Ces actions ne pouvaient pas inverser le cours de la crise du logement – ​​cela aurait nécessité l’abolition de toute la logique du marché axée sur le profit. Mais ils ont été un important marqueur de résistance dans une période de recul du mouvement ouvrier. Certes, ils étaient des exemples terrifiants pour les propriétaires et les agents immobiliers de Sydney, qui ont organisé une délégation auprès du premier ministre Jack Lang exigeant que le gouvernement de l’État et la police prennent des mesures plus agressives pour procéder à des expulsions dans les banlieues du bastion de l’UWM.

L’hostilité croissante des riches de Sydney et du gouvernement Lang envers l’UWM et le radicalisme ouvrier qu’il menaçait de déclencher ont été la toile de fond des émeutes anti-expulsion les plus célèbres de la ville à Bankstown et Newtown.

La lutte contre l’expulsion de Bankstown a eu lieu au 92, avenue Brancourt, où Alfred Parsons, un ouvrier occasionnel et ancien soldat, louait avec sa famille. Parsons était membre de l’UWM depuis un mois lorsqu’il reçut pour la première fois un avis d’expulsion en mai 1931; ses camarades militants ont rapidement emménagé, mettant des sacs de sable dans la maison et installant des défenses en fil de fer barbelé contre la police. Un piquet de grève de 24 heures sur la propriété a été établi, et des réunions politiques et des chants ont été organisés sur le terrain vacant voisin.

Lorsque la police est intervenue le 17 juin, elle l’a fait brutalement. Arrivés par camion au petit matin, ils ont lancé des pierres sur la maison, ont chargé par les entrées avant et arrière et ont même tiré à balles réelles dans le bâtiment, blessant deux militants de l’UWM, Richard Eatock et Murray Cleveland Lavender.

Dix-sept hommes ont été arrêtés et détenus à la prison de Long Bay en attendant leur procès. Le traitement des manifestants a provoqué l’indignation, avec plus de 300 personnes assistant à une réunion pour soutenir les «Bankstown Boys» quelques heures seulement après l’émeute. Le NSW Trades and Labour Council a déclaré son soutien aux militants. Les personnes arrêtées ont été condamnées aux travaux forcés pour « avoir résisté à la police dans son devoir ». Eatock, un activiste autochtone ayant des liens familiaux avec le Parti communiste, et l’organisateur communiste John Corbett ont été condamnés aux peines les plus longues.

Le lendemain de l’émeute de Bankstown, une deuxième bataille anti-expulsion a eu lieu au 143 Union Street à Newtown. La terrasse à deux étages a été défendue de l’intérieur par 18 militants de l’UWM, tandis que 40 policiers ont tiré sur le bâtiment et ont tenté de pénétrer de force. Cette fois, ils ont été accueillis par une volée de pierres des militants à l’intérieur du bâtiment, mettant quinze flics hors de combat. L’UWM a également organisé une manifestation de masse impliquant plusieurs milliers d’habitants qui ont inondé la rue jusqu’à ce que la police les repousse avec des matraques et établisse un cordon sur la route.

“[A]t fois la foule immense menaçait de devenir incontrôlable. C’était définitivement antagoniste à la police », a déclaré le Héraut du matin de Sydney rapporté plus tard. “Lorsqu’un wagon de patrouille contenant des prisonniers a été chassé, des personnes se tenant loin dans la foule ont lancé des pierres sur le chauffeur de la police.”

Les émeutes de Bankstown et de Newtown ont été le point culminant de la campagne anti-expulsion. Sous la pression, le gouvernement Lang a introduit une législation sur la protection des locataires et un moratoire sur les expulsions, et le mouvement a décliné. Pourtant, les combats contre les expulsions sont restés dans la mémoire des travailleurs de tout l’État. Bien qu’ils n’aient jamais offert la perspective d’arrêter complètement les expulsions, les batailles de Bankstown et de Newtown, et la campagne plus large de l’UWM, étaient une position pour la dignité des gens de la classe ouvrière.

Ils se battaient non seulement pour un toit au-dessus de leur tête, mais pour avoir la chance de saisir, pour un moment, un monde dans lequel les caprices des propriétaires terriens et des capitalistes ne pouvaient plus briser les espoirs et les besoins des gens ordinaires. Quand nous nous souvenons d’eux aujourd’hui, ce devrait être dans cet esprit : nous ne gagnons pas toutes les campagnes, mais nous devons toujours nous battre pour pouvoir dire que nous les avons rencontrés à la porte.

Source: https://redflag.org.au/article/we-met-them-door-resisting-evictions-depression

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire