Nous ne pouvons pas gagner un New Deal vert sans le soutien des travailleurs des combustibles fossiles

0
239

Le 1er avril a marqué le premier anniversaire de la grève de Warrior Met Coal en Alabama. C’est maintenant la plus longue grève du charbon de l’histoire des États-Unis. Le militantisme ouvrier a longtemps caractérisé l’industrie, à cet égard la durée de l’action revendicative en cours n’est pas surprenante. Entre 1881 et 1905, les mineurs de charbon aux États-Unis se sont mis en grève à un rythme trois fois supérieur à celui des travailleurs des autres grandes industries. Les causes de ce radicalisme résidaient dans une combinaison de facteurs, allant de l’importance stratégique de l’énergie pour la reproduction du capitalisme industriel, au sens identitaire que ce levier donnait aux villes et cités que le charbon avait érigées.

Par ailleurs, la situation actuelle n’a rien à voir avec cette tradition militante. Le charbon, autrefois lié à des sommets historiques de la lutte de classe américaine comme Blair Mountain, en est venu à représenter les intérêts des forces politiques les plus régressives qui font obstacle à l’action climatique. Cela est devenu clair plus tôt cette année lorsque le sénateur Joe Manchin, lui-même baron du charbon et principal bénéficiaire de l’argent des combustibles fossiles au Congrès, a bloqué l’adoption du projet de loi Build Back Better de Biden parce que – même avec ses mesures climatiques minimales – il mettrait en cause ses intérêts financiers. et ceux de ses bailleurs de fonds.

Le sentiment, partagé par beaucoup à gauche, n’est pas seulement que le charbon doit disparaître, mais que ses défenseurs – qu’ils soient patrons ou ouvriers – sont du mauvais côté de l’histoire. Face à l’urgence climatique et aux goûts de Manchin, il est difficile d’être en désaccord.

Dans Luttez contre l’incendie : nouvelles offres vertes et emplois liés au climat mondial, cependant, Jonathan Neale soutient que ce type de licenciement général de travailleurs dans les industries à forte intensité de carbone montre non seulement un « défaut d’empathie », il est stratégiquement erroné. Si les militants pour le climat ne s’impliquent pas dans les luttes des travailleurs des industries à forte émission de carbone, soutient-il, ils ne seront pas en mesure de rassembler la force sociale nécessaire pour lutter pour un Green New Deal (GND). Ce qui se passera à la place, c’est que la droite, s’organisant autour d’une fausse plate-forme pro-travailleurs, marquera les partisans écologistes de l’austérité verte.

Deux impératifs contradictoires : défendre tous les travailleurs ; mettre fin à tous les combustibles fossiles – caractérisent la relation de la gauche contemporaine avec les travailleurs des industries à forte intensité de carbone. Neale se donne pour tâche de dénouer ce nœud et d’ouvrir la voie à une écopolitique qui place les intérêts de tous les travailleurs au premier plan.

En partie, Neale s’intéresse aux questions de stratégie politique. Comment formuler des revendications qui fédèrent les mouvements écologistes et syndicaux ? En réponse, il propose des slogans spécifiques à chaque pays autour desquels s’organiser : « 8 millions d’emplois climatiques MAINTENANT ! », « 1 million d’emplois climatiques MAINTENANT ! » et « 3 millions d’emplois climatiques MAINTENANT ! Ce sont ses recommandations pour les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud, respectivement. Non choisis au hasard, ces slogans trouvent leur origine dans une approche fondée sur des preuves de l’activisme politique qui fournit à Neale des demandes qui répondent aux spécificités de la crise climatique à travers le monde.

Combattre le feu est organisé en trois sections : émissions ; électrification et décarbonisation par secteur ; et la politique, les tactiques et l’organisation transfrontalière. Guidé par l’objectif de définir un plan pour limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius, Neale plaide pour une réduction des émissions globales de 80 % et du carbone de 90 %. Son livre montre pourquoi et où cet objectif est possible, et détaille également les obstacles à sa réalisation. Dans ce récit, il est clair que certains des défis les plus surprenants pour atteindre l’objectif. La culture du riz, par exemple, est une source non négligeable d’émissions mondiales annuelles de méthane. Et la production de ciment, même si elle est entièrement alimentée par des énergies renouvelables, libère toujours d’énormes quantités de carbone simplement par la nature du processus de fabrication.

Pour se rapprocher le plus possible de zéro émission, Neale appelle à des solutions dirigées par l’État. Il propose, par exemple, que les gouvernements créent des emplois climatiques dans le cadre d’une série de programmes massifs du secteur public dont la seule tâche serait de réduire les émissions. Aux États-Unis, montre-t-il, cela nécessiterait d’embaucher des travailleurs pour la modernisation du réseau, la fabrication et l’installation de systèmes solaires et éoliens et les transports publics.

L’État doit créer ces emplois afin de retirer des bénéfices des coûts d’une transition verte et de permettre d’entreprendre des projets non rentables mais nécessaires comme la modernisation du réseau. Comme le font souvent les défenseurs de GND, il invoque à la fois le New Deal de FDR et la mobilisation industrielle rapide menant à la Seconde Guerre mondiale pour donner une idée de l’ampleur des initiatives dont nous avons besoin et de leur possibilité.

Tout comme les gouvernements devront gérer ces programmes d’emplois dans le secteur public, ils devront également éventuellement nationaliser les secteurs des combustibles fossiles et instituer un certain nombre d’interdictions législatives radicales. Neale donne l’exemple de la décarbonisation des transports. Au fur et à mesure que l’électrification des véhicules progresse, et en particulier si des transports publics massifs sont construits, la demande de pétrole va, selon lui, s’affaiblir à un point tel que le marché va s’effondrer. Neale le dit de cette façon : « Là [will be] beaucoup de fournisseurs. . . avec du pétrole, ils ne peuvent pas vendre du tout, et donc ils [will] rivaliser âprement les uns avec les autres pour vendre le pétrole pour obtenir au moins un peu d’argent [by slashing prices].” À court terme, l’État devra nationaliser les producteurs de pétrole défaillants afin qu’ils puissent être liquidés de manière ordonnée et que les travailleurs puissent passer du secteur à haute teneur en carbone au secteur de la décarbonisation. Et parce qu’il ne faut pas permettre à la chute des prix du pétrole d’arrêter la progression de l’électrification complète, il faudra l’interdire.

Cette vision que le gouvernement fera une intervention aussi radicale pour éviter une crise peut sembler naïve. L’aile gauche du mouvement pour le climat pourrait se demander si l’État prendrait de telles mesures, tandis que l’aile droite du mouvement est susceptible de préférer les mécanismes de marché : taxes sur le carbone, redevance et dividende, et autres approches « réalistes ».

Les critiques de la droite sont facilement contrées – un effondrement désordonné du secteur des combustibles fossiles laisserait des pertes humaines massives dans son sillage. L’augmentation du chômage inciterait à un mouvement vers la droite, encouragé par la machine de propagande Koch, l’American Petroleum Institute ou un démagogue à la Trump qui, dans ces conditions, mobiliserait les gens en faveur de la poursuite du règne des énergies fossiles. À cette politique intérieure régressive s’ajoutera une politique frontalière tout aussi réactionnaire, prônant l’hostilité et la violence pure et simple envers les réfugiés climatiques à la recherche de ce qui reste de l’espace habitable de la planète.

Dans les conditions actuelles, le niveau d’intervention gouvernementale pour le bien public envisagé par Neale est difficile à imaginer. Les États capitalistes ne sont pas fondamentalement doués pour la coordination et la planification, et ils ne sont pas souvent disposés à allouer des ressources pour protéger les gens ordinaires. D’une manière générale, ils ne le font que sous une pression extrême d’en bas.

Cet écart – entre l’ampleur de notre tâche et la faiblesse de nos forces – fait de la lecture du livre de Neale un peu une épreuve émotionnelle. Il expose exactement ce qui doit être fait et, du point de vue de la science, montre ce qui est et ce qui n’est pas possible. Tout au long, il veille à ne fonder aucun de ses objectifs et méthodes de décarbonation sur une technologie non éprouvée ou encore indisponible.

On devrait être encouragé, voire encouragé, à ce que la solution soit exposée avec autant de détails. Mais pendant tout ce temps, la faiblesse objective de notre côté du combat ronge au fond de l’esprit, et c’est sacrément bouleversant. Neale reconnaît l’ampleur de notre tâche – il l’appelle « la mère de toutes les luttes » – pour gagner les Green New Deals dont nous avons besoin dans les pays riches et dans les pays pauvres. Une partie de la raison du plaidoyer de Neale pour le Green New Deal est qu’il croit qu’il créera une circonscription mondiale de la classe ouvrière pour les politiques dont nous avons besoin.

Vers la fin du livre, Neale raconte l’histoire de la lutte pour les médicaments génériques contre le SIDA en Afrique du Sud. Pendant la première décennie de la crise du sida, aucun médicament n’était disponible nulle part. L’homophobie a ralenti les progrès de la recherche, du développement et de l’approbation des quelques médicaments sur lesquels les scientifiques travaillaient. Ensuite, les homosexuels et leurs alliés ont organisé ACT-UP pour faire pression pour le financement de la recherche et du développement (et éventuellement l’approbation) de médicaments efficaces.

En 1994, les thérapies antirétrovirales combinées étaient disponibles et ont commencé à sauver des vies. Les sociétés pharmaceutiques ont continué de fixer le prix des thérapies à 10 000 $ par patient et par an. Nulle part ailleurs le résultat n’a été plus décimant qu’en Afrique du Sud, où plus de 2 millions de personnes ont été infectées par le SIDA.

Un nombre important de membres du Congrès national africain étaient gays et lesbiennes. S’inspirant de la tradition de lutte qui a contribué au renversement du régime d’apartheid, ils se sont réunis pour fonder la Treatment Action Campaign (TAC). La TAC a exigé que le gouvernement de Nelson Mandela importe des rétroviraux génériques d’Inde et de Thaïlande.

Le président américain Bill Clinton a envoyé son vice-président, Al Gore, avertir Mandela de ne rien faire de tel, menaçant de sanctions commerciales et d’actions à l’Organisation mondiale du commerce. Le gouvernement Mandela a adopté une loi autorisant les importations de toute façon, exaspérant Clinton et les compagnies pharmaceutiques. Mais ensuite, TAC a contacté ACT-UP New York, et la campagne d’Al Gore en 1999 pour l’investiture démocrate est devenue infiniment plus désagréable pour lui. À chaque événement de Gore, les militants d’ACT-UP ont perturbé, crié et soulevé la question du rôle de Gore dans le refus des médicaments vitaux aux Sud-Africains et à d’autres dans les pays du Sud. Gore a reculé et le vent a commencé à tourner en faveur de l’importation de génériques alors que TAC poursuivait sa campagne, y compris la désobéissance civile et l’importation de fluconazole au mépris du brevet de Pfizer.

Des histoires comme celle-ci nous sont utiles parce qu’elles nous fournissent un moyen de contrecarrer la tendance humaine à prendre la situation politique actuelle et à la traiter comme un instantané statique, plutôt comme un processus continu et changeant. Cette tendance nous conduit à nous sous-estimer et à oublier ce qui a été accompli en termes de solidarité internationale pour améliorer le bien-être humain.

Neale propose que nous imaginions des agriculteurs africains dont les récoltes ont échoué à cause de la sécheresse induite par le changement climatique prenant d’assaut une ambassade américaine, exigeant des secours pour eux-mêmes et brandissant le slogan de “8 millions d’emplois climatiques pour les travailleurs américains”. De la même manière, nous pourrions imaginer que les travailleurs de l’automobile mexicains arrêtent la production de véhicules électriques, refusant de travailler avec du lithium qui a été exploité sous la menace d’une arme par des peuples autochtones dans le triangle sud-américain du lithium. C’est loin d’être où nous en sommes, évidemment. Mais c’est là que nous devons aller.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire