Nous ne voulons pas d’un « retour à la normale » post-pandémique, nous voulons la fin du capitalisme

0
156

C’était censé être l’année du retour à la normale. Au printemps 2022, deux ans après l’arrivée de la pandémie de coronavirus, il était clair en Amérique du Nord – et dans une grande partie du reste du monde – que notre voyage collectif à travers le pire touchait à sa fin. Nous étions plus épuisés que le virus, mais nous nous sommes dit ce que nous avions besoin d’entendre – que la « normalité » revenait – pour « mettre fin » à la pandémie.

Au printemps, j’ai écrit sur les pièges qui ont accompagné la politique ascendante de la normalité. Même au cours des premiers mois de l’année, semblait-il, nous pouvions voir les ambitions politiques qui avaient émergé parallèlement à la pandémie reculer loin en arrière-plan. Et c’est ainsi que ces ambitions – par exemple, une large reconsidération du travail et de sa valeur à la lumière des «travailleurs essentiels», et un espoir renouvelé pour la capacité de l’État – ont été remplacées par les désirs les plus élémentaires : faire du shopping sans masque, disons, ou voyager sans tests COVID, applications d’entrée ou quarantaines. Au Canada, le « convoi de la liberté » du début de 2022, qui a ensuite été imité dans d’autres pays, a sans doute été soutenu dans une certaine mesure par le fait que tant de gens étaient favorables à son objectif ostensible de mettre fin aux restrictions en cas de pandémie. Bien sûr, le convoi était à la base une flambée d’énergie politique à l’extrême droite, mais cela n’a pas empêché quelque 46 % des Canadiens de sympathiser avec les objectifs de ses participants.

La pandémie a été un choc – elle était sans précédent de mémoire d’homme et les précédents qui existaient étaient de mauvais comparateurs. (Il n’y avait pas de smartphones ou d’Internet en 1918 – essayez d’imaginer les restrictions COVID sans celles-ci !) La soudaineté apparente de COVID masquait ses causes profondes. Comme nous l’ont montré des universitaires comme feu Mike Davis, les pandémies zoonotiques sont une menace réelle depuis un certain temps. C’est en grande partie à cause de la mesure dans laquelle notre relation collective au monde naturel a été déformée par plus de deux siècles de vie dans les conditions du capitalisme industrialisé. En ce sens, la fenêtre d’opportunité pour une normalité significative est, pour l’instant du moins, quasi inexistante. En fin de compte, la seule solution viable pour un monde dans lequel les gens – et le monde naturel – s’épanouissent plutôt que simplement survivent est le socialisme.

Même si nous prenons 2019 comme point de référence, notre année de retour à la normalité a sûrement été une déception. Les principaux débats et développements de 2022 étaient décidément anormaux – du sort du néolibéralisme au retour de la guerre en Europe, de la politique de l’inflation à la crise énergétique qui touche une grande partie du globe, et de la rivalité géopolitique américano-chinoise à la poursuite et accélération légitime de l’alarme climatique. Si c’est ce que nous entendons par “normal”, nous ferions mieux d’utiliser un terme différent.

La question du néolibéralisme est un bon endroit pour commencer un bilan de l’année qui a été. Alors que nous avançons en 2023, l’intensité de ce débat a un peu faibli, mais certainement au début de l’année, il y avait beaucoup d’énergie consacrée à déterminer si la pandémie sonnait le glas du néolibéralisme mondial, âgé d’environ quarante ans . Il y avait beaucoup de gens qui écrivaient des nécrologies; en effet, on avait le sentiment que l’opinion majoritaire était encline à déclarer le néolibéralisme mort.

Pourtant, la tâche de dire “pas si vite” a été consciencieusement assumée par les sceptiques. En fin de compte, aucune des deux parties n’est – ou même ne peut être – entièrement correcte. Le débat traite de déclarations absolues – ou de gros titres absolus – cette nuance obscure. Mais les formes politico-économiques d’époque ne disparaissent pas pour être remplacées du jour au lendemain. Si le néolibéralisme se meurt, il est aussi toujours bien vivant, même s’il est en mauvaise santé. Nous semblons être coincés dans un interrègne non résolu.

Alors que la guerre en Ukraine a peut-être renouvelé la solidarité géopolitique entre les nations alignées sur l’OTAN qui condamnent l’invasion, cette solidarité ne se stabilise pas nécessairement. Si le néolibéralisme a bénéficié du sentiment qu’il n’y avait « pas d’alternative », surtout après l’effondrement final du communisme du XXe siècle, la division des loyautés mondiales vis-à-vis de l’invasion de Vladimir Poutine rend impossible une trajectoire géopolitique singulière à partir d’ici. Faut-il plutôt penser à un retour à la normale, au pluriel ? Les récits de « découplage » et de « démondialisation », qui se sont intensifiés depuis le début de la guerre, pourraient mieux décrire la situation mondiale actuelle. Mais ils suggèrent également un effort pour se préparer à une situation durable qui n’est pas manifestement normale.

La pandémie a introduit une intervention étonnante de l’État dans les affaires économiques, de nombreux pays supervisant l’effacement des orthodoxies fiscales et monétaires existantes afin de fournir le stimulus qui a soutenu l’économie pandémique. Cependant, la fin de cette relance a donné lieu à d’autres types d’interventions économiques, moins étonnantes sinon moins anormales. Fin 2021, les banques centrales ont décidé, avec ce qui semblait être très peu de preuves, que l’inflation n’était pas aussi « transitoire » qu’elles l’avaient supposé. Ils ont alors commencé à augmenter les taux d’intérêt du plancher absolu à des taux, maintenant, entre 4 et 5 %. L’ère de l’argent facile est révolue.

Le coût de l’énergie, au cours de 2022, a beaucoup à voir avec l’inflation que les consommateurs ont connue. Dans la mesure où l’action de politique monétaire de l’année a porté sur les taux d’intérêt, les responsables de la politique budgétaire sont passés de la relance pandémique à des efforts visant à maintenir le coût de l’énergie à un bas niveau pour les consommateurs. Le succès a été limité et ces efforts politiques ont été variés à travers le monde. Il peut être difficile, par exemple, de convaincre quelqu’un au Royaume-Uni avec une facture d’énergie jusqu’à huit fois supérieure au montant habituel que les choses sont revenues à la normale. Les crises en cascade de l’ère pandémique continuent de s’accumuler alors même qu’elles mutent et changent. La transition énergétique continue d’opposer le présent à l’avenir dans un dilemme parfois impossible, comme l’Allemagne, par exemple, l’a découvert à ses dépens cette année.

Peut-être que l’endurance de l’interrègne est due en partie à l’incertitude quant aux puissances géopolitiques qui conduiraient le monde à travers sa période de limbes. Alors que la rivalité américano-chinoise s’est intensifiée ces dernières années, les contours de l’économie politique mondiale sont devenus plus difficiles à appréhender et à prévoir. La fin de l’administration de Donald Trump et les guerres commerciales qu’elle a déclenchées visaient à rétablir la stabilité, mais ces guerres commerciales ne se sont transformées qu’en «guerres des puces» de Joe Biden. Plus récemment, les protestations générationnelles contre la politique austère de la Chine en matière de pandémie ont semblé menacer la stabilité politique du Parti communiste chinois et ainsi déstabiliser davantage la politique mondiale de rivalité entre les superpuissances.

Enfin, la crise des crises — climatique — se poursuit. Parmi les mauvaises nouvelles climatiques de cette année, il y a eu de bonnes nouvelles – selon la façon dont vous définissez avec charité les «bonnes nouvelles». Ce qui est certain, c’est que la tâche qui nous attend sur le front climatique reste immense. L’ampleur du problème éclipse tous les éléments énumérés ci-dessus. Que nous traitions la crise climatique de manière adéquate ou non, ses effets actuels et son intensification future présumée ne laissent présager que des anomalies.

Pour tous ceux qui parient gros sur le retour à la normale cette année, l’arrivée de 2023 est sûrement un marqueur d’espoirs déçus. Mais c’est parce que “normal” est simplement un substitut naïf pour “bien”. Si les faits quotidiens de la vie quotidienne se sont normalisés, ils l’ont fait parallèlement aux crises capitalistes récurrentes. Le fait est donc que le pari sur la normalité était erroné en premier lieu, un vague espoir flottant dans l’air plutôt qu’une demande basée sur la réalité. S’il y a une doublure argentée ici, c’est peut-être que l’avenir n’est pas encore fait. Les possibilités ne sont pas infinies, mais l’interrègne reste à saisir.

Nous avons besoin d’une réelle ambition, mais l’ambition de revenir à la normalité au sein du capitalisme n’est sûrement pas une ambition du tout. Pour être politiquement saillant, le désir de revenir à la “normale” doit être considéré comme l’expression d’un désir de vivre bien – pour que nous échappions aux difficultés. « Normal » est utilisé comme raccourci car, quelles que soient les misères que nous imposent les déprédations capitalistes, le souvenir des petits plaisirs quotidiens de la vie pré-pandémique contient des indices de libertés plus larges. Plutôt que d’aspirer à la normalité, nous devrions insister sur le bien en insistant sur le socialisme.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire