Wakanda Forever : apologie impériale en tissu Kente

0
89

Quatre ans après la sortie du premier record fracassant Panthère noire film, et deux ans après la mort inattendue de la star du film original Chadwick Boseman, Disney/Marvel nous apporte l’inévitable suite. Plutôt que de refondre le protagoniste, le roi T’Challa, alias Black Panther, meurt hors écran dans les cinq premières minutes. De là, sa sœur la princesse Shuri (Letetia Wright) et sa mère la reine Ramonda (Angela Bassett) tentent de traiter la mort tout en étant confrontées à une nouvelle menace pour leur royaume fictif de Wakanda, la maison du puissant métal vibranium qui a accordé à leurs scientifiques tous sortes de technologies de pointe.

L’univers cinématographique Marvel a toujours été un miroir funhouse du libéralisme américain, ce qui peut être attribué en partie à la façon dont la franchise a commencé sa vie en s’appuyant sur une politique de porte ouverte avec le Pentagone, échangeant l’approbation des scripts pour l’accès aux sites et au matériel militaires. (Pour plus de détails, les lecteurs sont encouragés à consulter Cinéma de la sécurité nationale : la nouvelle preuve choquante du contrôle gouvernemental à Hollywood par Alford et Secker.) Après les manifestations de George Floyd et l’éclosion de réseaux d’entraide locaux qui ont été créés pour soutenir les populations noires et brunes les plus vulnérables lors de l’assaut de la pandémie de COVID-19, il était presque inévitable que le réalisateur Ryan Coogler refléterait cela en introduisant dans le discours le Wakanda afro-futuriste avec un régime politique autochtone latino-américain, Talokan, et son seigneur-protecteur, Namor (Tenoch Huerta).

Cela soulève plusieurs questions. Premièrement, le conflit entre les Wakandais noirs et les Talokans latino-américains évalue-t-il de manière adéquate les complexités des relations communautaires entre les Noirs et les Latino-américains dans le monde réel ? Deuxièmement, doit-on s’attendre à une telle complexité d’un film de bande dessinée? Troisièmement, pouvons-nous vraiment nous attaquer à de telles questions dans un tableau qui fait toujours allégeance à l’empire américain ?

En réponse à la première question, je pense que l’image a manqué certains éléments clés. Même si le film présente un bref moment se déroulant en Haïti (et inclut même un tyke précieux nommé Toussaint, comme dans L’Ouverture, le chef des Jacobins noirs qui ont renversé l’esclavage et le colonialisme français), on ne saurait jamais que l’île des Caraïbes est aussi la maison de la République dominicaine, qui a sa propre population afro-latino-américaine. En d’autres termes, en ce qui concerne la deuxième question, le film vocalement invite les critiques à se débattre avec une telle complexité, mais se dérobe à un engagement réel.

Et la raison pour laquelle il a raté ce cap est directement liée à la réponse négative à la dernière enquête. L’imperium est l’éléphant dans la pièce et le troisième rail du réveil chic de Marvel. Le Dr Martin Luther King, Jr., Malcolm X et de nombreux autres penseurs de la tradition radicale noire de longue date ont compris qu’il était impossible de libérer le peuple des fléaux du racisme et de la suprématie blanche tant que l’imperium n’était pas mis sur le Billot. Par contre, ce film encore présente Martin Freeman en tant qu’agent de la CIA favorable à Wakanda dont l’allégeance à Langley n’est jamais fondamentalement niée. Oui, la vertu de l’image signale des concepts radicaux, comme le fait que des personnages wakandais appellent le personnage de Freeman un «colonisateur». Mais un adjectif n’a absolument aucun sens à moins qu’il ne soit corroboré par une discussion significative des concepts sous-jacents, ce qui, à mon avis, ne se produit pas. L’échec persistant à démanteler l’allégeance à Langley réifie un exceptionnalisme américain en tissu Kente.

Lorsque l’image originale a été publiée, j’ai vu qu’il était impossible pour moi d’estimer correctement le travail, en grande partie à cause de ma blancheur. Mais mon ami et collègue geek, le Dr Todd Steven Burroughs, dont le livre sur le Panthère est une lecture essentielle, l’a dit le mieux dans une récente interview :

Le geek de la bande dessinée et l’érudit Africana toujours en guerre en moi vont et viennent là-dessus. Il s’agit d’un produit d’entreprise blanc mettant en vedette des personnages créés à l’origine par des Américains blancs avec l’aide ultérieure d’Afro-Américains, et maintenant c’est un film produit par un conglomérat blanc, un film écrit et réalisé par des Afro-Américains mettant en vedette à la fois des Afro-Américains et les enfants de africains continentaux. Ce n’est pas un produit culturel africain authentique et organique – ce qui montre notre impuissance à en faire un nous-mêmes. Rappelez-vous: l’Amérique était à l’aise avec un président noir pour deux mandats, mais il n’y a toujours pas de Noir américain qui peut donner le feu vert à un film hollywoodien. Le grand écrivain Haki Madhubuti a qualifié le premier film de “dangereux”. Et si vous êtes engagé dans la libération de l’Afrique, comment ne pas l’appeler ainsi ? Black Panther montre seulement que l’univers cinématographique Disney/Marvel d’un milliard de dollars peut rendre populaire n’importe quel type d’histoire mettant en vedette n’importe qui, qu’il peut rendre n’importe qui dans le monde. en un super-héros populaire, mais ce n’est pas une avancée pour le cinéma noir, africain et de la diaspora africaine. Je suis enthousiasmé comme n’importe quel Marvel Zombie amoureux de la fantaisie à propos de cette suite – j’ai eu mon billet pour l’avant-première du jeudi 10 novembre après-midi il y a des semaines – mais la réalité africaine est toujours dans mon esprit. En même temps, j’agonise tranquillement, je reconnais ce que signifie cette franchise : les enfants africains – et certains adultes – du monde entier se voient comme les personnes les plus puissantes de la Terre. Je pense que c’est là que réside vraiment l’importance. Donc c’est compliqué pour moi, intérieurement et extérieurement, intellectuellement et émotionnellement.

Le choix de Namor le sous-marin comme méchant mérite quelques discussions. Le personnage est techniquement le plus ancien de l’écurie Marvel, ayant été créé en 1939, dix-sept mois avant la première apparition de Captain America. À l’origine, il était le roi de l’Atlantide, cherchant à se venger des habitants de la surface pour l’impact sur son royaume de la dégradation écologique. Grâce en grande partie au succès des DC Aquaman films, un personnage qui est également le monarque à moitié humain du légendaire royaume sous-marin broyant une hache sur la pollution, Marvel a plutôt choisi de rebaptiser le personnage en tant qu’Aztèque dont les gens ont été forcés de devenir aquatiques après avoir consommé une plante à fleurs épanouie à partir de vibranium. C’est un redéploiement fascinant du personnage.

Mais cela semble également dépendre de certains des stéréotypes les plus nocifs sur la nation aztèque. L’ensemble de la population est une race guerrière assoiffée de sang dépourvue de tout débat interne ou discours politique s’opposant à son militarisme. Certes, leur roi est motivé par l’anticolonialisme (ou du moins une version bande dessinée de celui-ci). Mais alors que Wakanda a un discours politique relativement complexe, y compris un espace pour une dissidence chaleureuse, les habitants de Talokan sont totalement soumis et inconditionnels en ce qui concerne une série de décisions politiques que les Wakandans (certes pro-impériaux) décrivent vocalement comme insensées. C’est un retour à certaines des caractérisations les plus toxiques de l’indigénité connues à Hollywood et je me sens obligé d’articuler ce point. La quête de Namor dans ce film est une caricature plate et simpliste de ce que devrait être la véritable libération du colonialisme et de l’impérialisme, une interprétation profondément troublante qui est communiquée à une jeunesse impressionnable. (Mon Dieu, Marvel est si sournois que ça me fait ressembler à Tipper Gore !) De peur que le lecteur ne se fasse une idée fausse, je ne veux pas dire que ces personnages indigènes n’ont pas droit à des moyens violents pour s’émanciper. Au lieu de cela, comme Frantz Fanon et bien d’autres l’ont dit précédemment, la libération nationale n’est pas une simple violence. Il s’agit plutôt d’un politique cela inclut de nombreuses nuances, y compris non seulement la violence, mais aussi le débat, la dissidence et la discussion des allégeances, des alliances et de la solidarité.

Considérez pour le contraste Captain America : Guerre Civile (2016, réal. Les frères Russo). Toute l’intrigue de cette image était basée sur un débat entre Tony Stark / Iron Man et Steve Rogers / Captain America sur l’opportunité de se soumettre ou non à un programme gouvernemental d’enregistrement des super-héros qui combinait des éléments de maccarthysme avec le Patriot Act, un débat qui s’est terminé par de violents coups. et aucune certitude quant à qui avait vraiment « raison » à la fin de la discussion. Pourquoi Robert Downey, Jr. et Chris Evans ont-ils droit à de telles nuances dans leurs caractérisations et leurs scénarios ? Je soupçonne que la réponse est vraiment superficielle…

John Ford, sans doute le doyen des westerns hollywoodiens de l’âge d’or (ces films de super-héros ne sont-ils pas nos nouveaux westerns ?), a cherché à imprégner ses antagonistes autochtones d’une complexité psychologique et d’une politique anticoloniale, redevables au Front populaire du Parti communiste d’Hollywood. Cochise (Miguel Inclan) dans Fort-Apache finit par être l’être humain sain d’esprit et décent tandis que le chef de l’homme blanc, le colonel Owen Thursday (Henry Fonda), est un maniaque génocidaire avec des illusions de grandeur à la Custer. Le chef-d’œuvre de Ford, Les chercheurs, va encore plus loin, rendant le chef Scar (Henry Brandon) tout à fait justifié dans le meurtre des colons tandis qu’Ethan Edwards (John Wayne) n’est guère plus qu’un renégat fasciste militant en liberté. Ford n’était ni une valeur aberrante ni d’ailleurs un ennemi de l’État. Au cours de son moment le plus progressiste, culminant avec la Seconde Guerre mondiale, il a réalisé un documentaire de combat intitulé À mi-chemin, épaulant une caméra pendant la célèbre bataille et incluant une scène révérencielle des Stars and Stripes montant sur le mât. Défauts et tous (dont aucun que j’ignore ; pour chaque interprétation progressive de l’indigénité, il y a trois “Mexicains ivres”, “Nobles sauvages” et “Tentatrices exotiques” qui ont littéralement défini tant de stéréotypes de genre occidentaux négatifs), il a cherché à créer un synthèse cinématographique du patriotisme américain et du progressisme du Front populaire. De plus, dans les deux images susmentionnées et bien d’autres, le véhicule de livraison n’était rien de moins que John Wayne, qui n’a jamais été proche du libéral ! Que dire d’une franchise plus conservatrice que Ford ?!

Ce film est franchement un piège des plus grotesques. D’une part, garder le silence sur sa politique régressive et ses habitudes narratives néglige les devoirs d’un critique de cinéma radical. Simultanément, articuler de telles critiques invite à toutes les accusations imaginables, de « raciste » à « sexiste » en passant par « hypocrite ». Est-il possible de soulever une inquiétude à propos de ce film tout en évitant de telles accusations ? Peut être pas. Marvel a-t-il la capacité de faire mieux ? Je pense que oui. Le studio a été beaucoup plus régressif et insidieux que ne l’étaient ses prédécesseurs dans la presse écrite et la télévision dans les années 1980 et 1990. L’ancien X Men le dessin animé diffusé sur Fox Kids comprenait des épisodes sur le sida, les camps de concentration et les autres minorités. De plus, dans peut-être l’un des cas les plus effrayants de la vie imitant les bandes dessinées, les Sentinelles chasseuses de mutants, un incontournable du titre remontant à 1965, ont fini par être des interprétations presque parfaites de notre programme macabre de liste de destruction de drones. Leur refus de faire mieux est révélateur d’un programme que nous devons nous méfier des enfants intériorisant sans discernement.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/wakanda-forever-imperial-apologia-in-kente-cloth/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire