Nous pouvons croire les survivants et présumer l’innocence

0
42

L’ISO était inférieur à la somme de ses parties. Les camarades de l’ISO ont fait un travail fantastique dans les luttes pour le travail et la justice sociale et ont aidé à construire d’importantes institutions distinctes mais liées à l’ISO, comme Haymarket Books, WeAreMany.org et le Revue Socialiste Internationale.

Pourtant, l’ISO elle-même, en tant qu’organisation, ne semblait enregistrer aucun progrès perceptible sur le plan politique. Sa version du centralisme démocratique léniniste semblait dépassée et ses routines sectorielles semblaient obsolètes. Ni l’un ni l’autre ne semblait vraiment pertinent pour le contexte dans lequel les membres s’organisaient.

Il y avait, en outre, un style de leadership descendant qui se moquait de son allégeance déclarée à l’adjectif du centralisme démocratique. Nous savons maintenant qu’il y avait des horreurs cachées dont la plupart d’entre nous n’étaient pas conscients, et que d’autres n’étaient que vaguement conscients.

À ce stade, il est clair que l’ISO telle qu’elle existait a maintenant disparu, et il y a des discussions sur ce qui peut et ne peut pas en être récupéré.

Mais à part cela, il faut un calcul : un examen médico-légal de ce qui s’est passé en 2013, quelles autres horreurs et abus ont pu être dissimulés, et comment les membres de la direction ont pu maintenir une culture du silence.

Même si rien de l’ISO ne doit survivre, les camarades qui ont passé des années ou des décennies au sein de l’organisation méritent de savoir ce qui se passait et ce qui a détruit l’organisation à laquelle ils avaient contribué.

Ceux qui sont partis ou partiront méritent de ne pas laisser planer un nuage sur leur association avec l’ISO à cause d’un mystérieux gâchis de secrets non divulgués. S’il existe une entité conçue pour remplacer ce qui vaut la peine d’être récupéré de l’ancienne ISO, la plus grande gauche doit savoir qu’elle ne contient aucun élément toxique de ce qui l’a précédé.

Nous devons nous rappeler que le monde regorge d’autres organisations et entités qui ont toléré et encouragé la culture du viol, protégé et promu les violeurs et les agresseurs, intimidé des individus moins puissants dans leurs rangs et maintenu des dissimulations massives. Même à gauche, l’ISO est loin d’être la seule organisation à être secouée par un tel scandale.

Il y a donc une opportunité de démontrer comment un groupe de camarades peut se purger des dirigeants corrompus et en faillite, exposer les méfaits, les erreurs et les compromis, tout en maintenant une certaine continuité avec ce pour quoi ils ont travaillé.


Incompétent, opportuniste et imprudent

Cette comptabilité est liée, mais distincte, à une approche de justice réparatrice pour permettre la guérison et la réconciliation, et devrait précéder toute tentative de justice réparatrice.

Je fais la distinction parce que j’ai l’impression qu’en raison de l’échec spectaculaire du processus disciplinaire de 2013 qui a été révélé, il y a eu une perte de confiance dans la capacité d’entreprendre une sorte de processus d’enquête.

Les membres du comité directeur qui ont manipulé et intimidé les membres participant au processus l’ont fait en faisant un fétiche de la procédure régulière, que certains ont qualifié de « légalisme bourgeois ». C’est en fait lui donner trop de crédit.

Les membres du comité directeur qui ont dicté les normes de procédure régulière aux comités de discipline et d’appel de 2013 étaient incompétents, opportunistes et imprudents.

Incompétent dans la mesure où ils débitaient des règles de preuve et de procédure qu’ils ne comprenaient pas vraiment, dans un contexte où elles étaient inutiles ou indûment restrictives.

Des concepts tels que l’inadmissibilité des preuves par ouï-dire, le droit de confronter tous les témoins et la nécessité de prouver la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable se sont tous développés dans le contexte d’un procès pénal, afin de restreindre le pouvoir de l’État de priver quelqu’un de sa liberté. L’ISO n’a jamais eu un tel pouvoir.

Le seul pouvoir de l’ISO était de dire à l’un de ses membres qu’elle avait choisi de ne pas l’associer à son projet politique, et qu’elle n’avait plus choisi de lui permettre d’exercer un pouvoir à quelque niveau que ce soit sur les membres et les contacts.

Le comité de discipline n’avait aucune raison de ne pas déterminer qu’il jugeait la déclaration écrite du plaignant plus crédible que le témoignage de l’intimé, et l’ancien membre qui a révélé le processus a donné une justification bien motivée pour le faire.

De même, la déclaration selon laquelle le comité de discipline pourrait ne pas tirer des conclusions sur toute violation du code de conduite autre que l’allégation principale de viol était absurde et arbitraire.

Plus absurde encore était l’affirmation selon laquelle aucune audience n’avait eu lieu, aboutissant à un aveu forcé par les personnes qui avaient conduit l’audience qu’elles n’avaient en fait pas tenu d’audience. On ne sait toujours pas en quoi consistait, selon les dirigeants, une audience, mais par toute mesure appropriée au contexte, l’intimé avait bénéficié d’une audience et avait eu la possibilité d’être entendu et de faire valoir ses arguments.

Au-delà de leur ignorance de ce que signifie réellement une procédure régulière, les dirigeants étaient opportunistes dans la mesure où cela servait leur intérêt à protéger un camarade plus jeune, en qui ils reconnaissaient sans aucun doute l’orgueil qu’ils en étaient venu à considérer comme impossible à distinguer du potentiel de leadership.

Placer une définition incorrecte du terme « prépondérance de preuve », prétendre que les déclarations écrites ne constituent pas une preuve et nier à tort que l’intimé a été entendu étaient tous cohérents avec les résultats qu’ils souhaitaient : intimider le comité de discipline pour qu’il déclare un « non-lieu » et puis essentiellement diriger un verdict de non fondé du comité d’appel.

Enfin, ils ont été téméraires en ignorant le risque pour l’organisation et les membres participant au processus.

Certains, comme l’ancien membre qui a révélé plus tard le processus, ont été chassés par leur propre dégoût de la façon dont le processus a été manipulé. D’autres ont gardé un silence inquiet à cause des impératifs de confidentialité, c’est-à-dire qu’aujourd’hui, ils luttent contre un sentiment de complicité d’avoir gardé le silence sur une dissimulation destinée à protéger un violeur, prétendument justifiée par le souci de la vie privée de sa victime. Ils sont également endommagés.

Dans l’ensemble, l’exposition apparemment inévitable de la dissimulation a effectivement détruit l’organisation que les dirigeants prétendaient servir.


Croire les survivants ET présumer l’innocence

Bien que nous ne sachions pas encore tout ce qui s’est passé en 2013, il est clair que les membres qui ont siégé aux comités de discipline et d’appel étaient tout à fait prêts à accomplir les tâches qu’ils avaient assumées. Dans le cas du comité de discipline, malgré un manque de directives claires et simples quant au processus, ils ont réellement fait le travail, seulement pour être minés et manipulés par le comité directeur.

Alors plutôt que de conclure qu’un examen médico-légal est discrédité parce que le processus de 2013 a prouvé que les mesures d’enquête sont inefficaces et ne soutiennent pas une véritable justice, nous devrions conclure que nous avons parmi nous des individus capables de mener à bien l’enquête nécessaire, à condition qu’on leur donne des directives justes, relativement simples et claires par des personnes qui ne sont pas attachées à un résultat particulier.

Nous pouvons également protéger la confidentialité de toute personne qui se sent vulnérable aux représailles, à l’intimidation ou pire sans donner à quiconque une base raisonnable pour se plaindre d’une injustice.

Le plus troublant peut-être au sujet du processus de 2013 a été la proposition avancée par certains membres du comité directeur selon laquelle le principe de croire les survivants n’est pas compatible avec la présomption d’innocence. Ces membres du CS semblent avoir réussi à créer une certaine confusion sur ce point parmi les membres des comités de discipline et d’appel. Ce problème doit être réglé avant le début de tout type d’examen médico-légal.

Chacun de nous a droit à la présomption d’innocence jusqu’au point où la preuve que nous ne sommes pas innocents est jugée plus crédible que les preuves et arguments que nous produisons à l’effet contraire. Surtout dans un forum où la norme de preuve est la prépondérance de la preuve, la déclaration ou le témoignage d’un plaignant, s’il est crédible, peut bien suffire à vaincre la présomption.

Croire aux survivants n’est pas une règle de preuve. C’est une reconnaissance politique que parce que les hypothèses normatives sexistes sont omniprésentes dans notre société, le témoignage des femmes concernant le harcèlement sexuel et la violence n’est pas crédité si leur comportement n’est pas conforme à tous égards à ces hypothèses.

Appliquer cette reconnaissance politique dans un contexte d’enquête signifie adopter des principes de fonctionnement qui mettent en garde l’enquêteur de rejeter les inférences fondées sur la façon dont les femmes sont « censées » agir avant ou après le harcèlement sexuel ou la violence.

Rejeter ces déductions et mettre fin aux interrogatoires et arguments destinés à faire avancer ces déductions ne prive aucun accusé de la présomption d’innocence. Il dit simplement que le témoignage du plaignant sera évalué sur ses mérites et non sur la base de préjugés sexistes et d’hypothèses injustifiées.

Selon le récit d’un membre du SC, l’argument selon lequel croire les survivants est incompatible avec la présomption d’innocence est venu dans sa forme la plus dramatique d’un autre membre du SC, qui a griffonné une accusation de viol contre un camarade sur un papier, signé son nom et proclamé que cela suffirait à prouver la culpabilité dans des affaires futures si les conclusions de la commission de discipline n’étaient pas infirmées.

Le coup était aussi ridicule qu’odieux. Ce qu’il a produit était une accusation grossière, pas une preuve, et ne surmonterait pas la présomption d’innocence dans une procédure rationnelle. La déclaration du plaignant que le comité de discipline a examinée, en revanche, précisait le lieu, les circonstances et le moment de l’agression et semble avoir eu d’autres indices de fiabilité.

Ce qui est important à ce sujet, c’est que nous devons réfuter le faux argument selon lequel en adoptant le principe de croire les survivants, nous acceptons d’une manière ou d’une autre d’abandonner la présomption d’innocence dans les cas de violence sexuelle ou de harcèlement, ou d’accorder une norme moindre de procédure régulière dans cette catégorie de cas que nous ne le faisons dans d’autres. Le principe de croire aux survivants n’exige pas un tel compromis.

J’espère qu’avant de prendre des décisions finales sur ce qui se passera finalement avec l’ISO, nous désignerons un organisme d’enquête représentatif et inclusif pour organiser toute la documentation qui est sortie ou sortira, solliciter des témoignages et des déclarations, et développer et résumer les conclusions.

Un tel organisme d’enquête devrait bénéficier de directives claires quant aux mesures et pratiques d’enquête acceptables et appropriées et devrait bénéficier d’une assistance continue dans l’application des directives, de la part de personnes qui n’ont pas le pouvoir de participer à l’élaboration des conclusions. Avec une attention appropriée à la confidentialité, les résultats devraient être publiés aux membres et au public plus large sur la gauche.

Une fois en possession des conclusions, les membres seront mieux placés pour évaluer ce qui s’est passé dans le passé et ce que cela signifie pour l’avenir. Les prochaines étapes, le cas échéant, telles que la réforme ou un processus de justice réparatrice, peuvent alors être entreprises avec l’assurance qu’il y a eu une divulgation complète et un cadre factuel pour la responsabilité.

La source: socialistworker.org

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici