“Nous sommes tous Mahsa”: des émeutes secouent l’Iran

0
74

Bella Beiraghi rapports sur la vague de protestation qui déferle sur l’Iran.

Manifestations dans le centre de Téhéran

Cet article est paru pour la première fois dans Red Flag (Australie)

Les protestations et les émeutes se sont propagées à travers l’Iran après qu’une femme kurde de 22 ans, Mahsa Amini, a été assassinée par le police des mœurs. Amini était en visite dans la capitale, Téhéran, le 13 septembre, lorsqu’elle a été arrêtée pour avoir prétendument enfreint lois sur le port obligatoire du voile. La police l’a battue dans le coma et elle est décédée trois jours plus tard. Amini a été enterrée dans sa ville natale de Saqqez.

Ce qui a commencé comme un enterrement s’est rapidement transformé en une manifestation. Des centaines de personnes ont défilé dans les rues en scandant des slogans anti-régime et des femmes ont affronté les forces de sécurité avec un foulard à la main. Les protestations se sont depuis propagées à travers 100 villes et 30 provinces. De Téhéran à la petite île de Kish, ouvriers, étudiants, jeunes et moins jeunes manifestent par milliers. Partout, les gens scandent « Nous sommes tous Mahsa ! et “Mort à la république islamique !”

Le gouvernement iranien fait face à une crise de légitimité l’économie continue de se détériorer sous le poids de la hausse de l’inflation, des sanctions occidentales et des effets du COVID-19. La détérioration des conditions économiques a entraîné une reprise de la lutte industrielle et des protestations ces dernières années, mais chaque vague de résistance a été violemment réprimée par les autorités.

Tandis que le le taux de chômage continue d’augmenter et presque un tiers de la population vit dans une pauvreté abjecte, la classe dirigeante continue de dépenser des milliards de dollars pour les forces armées. Lorsque le conservateur pur et dur Ebrahim Raisi a accédé à la présidence lors des élections de 2021, le taux de participation était le plus bas depuis plus de 40 ans. Depuis lors, le gouvernement n’a fait que devenir plus impopulaire alors que Raisi a introduit des mesures d’austérité, réprimé le travail organisé et restreint les droits des femmes.

En Iran, les femmes sont des citoyennes de seconde classe. Ils constituent les 10 % les plus pauvres de la société et sont brutalisées par la police des mœurs, qui a été créée en 2005 pour faire appliquer les lois obligatoires sur le port du hijab et la pudeur en public. Chaque année, la police des mœurs poursuit plus de 16 000 femmes et les maltraitent souvent verbalement, physiquement et sexuellement.

En tant que partisan de la ligne dure conservatrice, Raisi est arrivé au pouvoir en promettant la stabilité de la classe capitaliste. Il a intensifié l’offensive idéologique existante contre les femmes et les minorités ethniques et religieuses. Le régime a interdit l’accès au contrôle des naissances de baseet un nouveau loi sur le hijab et la chasteté a donné aux patrons le droit de licencier les ouvrières pour s’être habillées « de manière inappropriée ». L’État a également renforcé la surveillance publique des femmes, en utilisant technologie de reconnaissance faciale identifier et poursuivre ceux qui enfreignent les lois sur la pudeur.

Les protestations contre le meurtre d’Amini ont commencé dans la province du Kurdistan. La minorité ethnique kurde est persécutée en Iran et les femmes kurdes faire face à d’horribles abus sexuels aux mains des forces militaires et policières du pays. En conséquence, la province a été un foyer de résistance à l’État.

Lorsque la police est descendue sur les manifestants lors des funérailles d’Amini, déployant des gaz lacrymogènes et des balles réelles, des femmes et des hommes ont commencé à riposter. Ils ont été brutalement réprimés, mais ont continué à protester après qu’un groupe de partis d’opposition kurdes a appelé une grève des commerçants qui ont fermé des entreprises dans toute la province le lundi 19 septembre.

Les scènes de défi à Saqqez a déclenché des protestations à travers le pays. A Téhéran, des milliers d’étudiants universitaires sont descendus dans la rue en scandant “Femmes, vie, liberté !”, faisant écho au slogan populaire des manifestations de 2018: “Pain, jobs, liberté !” Le régime a mobilisé le Basij – une unité paramilitaire de volontaires des Gardiens de la révolution islamique – pour écraser les étudiants, mais cela n’a fait qu’attiser leur colère. Chants de “Mort à Basij!” lors des manifestations de lundi est devenu brûler le drapeau national mardi et incendiant des véhicules de police mercredi.

Des milliers de personnes à travers le pays ont défilé jour et nuit. A Hamedan et Mashhad les manifestants ont incendié les locaux de la police, intersections occupées et barricades construites. Dans de nombreuses villes, des femmes ont brûlé leurs hijabs par milliers en scandant : « Si nous ne nous unissons pas, nous mourrons une par une !

Le gouvernement a mobilisé la police anti-émeute et l’armée pour écraser les manifestations. Les rapports estiment que plus de 30 personnes ont été tuées jusqu’à présent.

Le mouvement a produit la plus grande mobilisation depuis la révolte nationale en 2019. Réparties dans presque toutes les provinces du pays, les manifestations sont plus importantes que les Avenue des filles de la révolution 2018 les protestations et les Mouvement #MeToo 2020. La lutte a également impliqué de jeunes étudiants de sexe masculin à une échelle jamais vue auparavant. Des scènes de centaines d’hommes formant des chaînes humaines pour défendre des femmes brûlant leur hijab sont devenues virales sur les réseaux sociaux.

Les étudiants sont devenus une couche dirigeante du mouvement, avec quatorze organisations étudiantes émettre conjointement un ensemble de demandes au gouvernement. Il s’agit notamment de dissoudre la police de la moralité, de légiférer sur le droit à l’avortement et à l’égalité de rémunération pour les femmes, et d’abolir les lois familiales sexistes qui enchaînent les femmes à la maison. Notamment, les étudiants ont appelé les travailleurs à rejoindre le mouvement, arguant que l’oppression des femmes doit être combattue depuis « l’atelier… [to] les hôpitaux et les universités… jusqu’aux cuisines de nos maisons ».

Sections du mouvement ouvrier ont bien accueilli l’appel à l’action de l’élève. Des militants de la canne à sucre du syndicat Haft Tappeh et certains enseignants et retraités du Khouzistan, dans le sud-ouest, ont organisé des manifestations dans toute la province. Les travailleurs de Haft Tappeh ont fait remarquer dans une déclaration de solidarité : « Les Basijis sont également venus pour détruire nos grèves… Les étudiants et les travailleurs doivent repousser avec force… notre victoire est à nous parce que nous sommes unis ».

Les travailleurs de la canne à sucre soutiennent que le mouvement doit surmonter la stratégie de diviser pour régner de la classe dirigeante et s’unir dans la lutte contre le capitalisme iranien. Pour que le mouvement commence à lancer un défi sérieux à l’État, les travailleurs doivent mener une action de grève coordonnée.

Le meurtre de Mahsa Amini a déclenché une autre rébellion nationale contre le régime iranien despotique. Il reste à voir si les manifestations survivront à l’assaut actuel de la répression étatique. Mais la nature transformatrice de la lutte est claire. Comme l’a fait remarquer un étudiant, “Malgré les matraques, les balles et les arrestations, les rues sont devenues plus heureuses”.



La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire