Nouveau cadre européen pour décarboner les marchés du gaz, promouvoir l’hydrogène et réduire les émissions de méthane

0
52

La Commission européenne a adopté le 15 décembre une série de propositions législatives visant à décarboniser le marché européen du gaz en facilitant l’adoption de gaz renouvelables et à faible émission de carbone, y compris l’hydrogène, et à garantir la sécurité énergétique de tous les citoyens européens. « L’Europe doit tourner la page des combustibles fossiles et passer à des sources d’énergie plus propres », a déclaré le vice-président exécutif de la Commission européenne pour le Green Deal européen. Frans Timmermans a déclaré, ajoutant que cela inclut le remplacement du gaz fossile par des gaz renouvelables et à faible teneur en carbone, comme l’hydrogène. « Aujourd’hui, nous proposons les règles pour permettre cette transition et construire les marchés, les réseaux et les infrastructures nécessaires. Pour lutter contre les émissions de méthane, nous proposons également un cadre juridique solide pour mieux suivre et réduire ce puissant gaz à effet de serre, nous aidant à remplir l’Engagement mondial sur le méthane et à lutter contre la crise climatique », a-t-il déclaré.

La Commission assure également le suivi de la stratégie de l’UE sur le méthane et de ses engagements internationaux avec des propositions visant à réduire les émissions de méthane dans le secteur énergétique en Europe et dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

L’Union européenne doit décarboner l’énergie qu’elle consomme pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030 et devenir climatiquement neutre d’ici 2050, et ces propositions contribueront à atteindre cet objectif, a déclaré la Commission.

Commissaire européen à l’énergie Kadri Simson a noté que les propositions présentées le 15 décembre créent les conditions d’une transition verte dans le secteur gazier de l’UE, en stimulant l’utilisation de gaz propres. « Un élément clé de cette transition consiste à établir un marché de l’hydrogène compétitif avec une infrastructure dédiée. Nous voulons que l’Europe montre la voie et soit la première au monde à établir les règles du marché pour cette importante source d’énergie et de stockage. Nous proposons également des règles strictes sur les émissions de méthane provenant du gaz, du pétrole et du charbon, afin de réduire les émissions dans ces secteurs de 80 % d’ici 2030 et de déclencher des actions sur le méthane en dehors de l’UE », a déclaré Simson. «Nos propositions renforcent également la sécurité d’approvisionnement en gaz et renforcent la solidarité entre les États membres, pour contrer les chocs de prix et rendre notre système énergétique plus résilient. Comme demandé par les États membres, nous améliorons la coordination du stockage de gaz de l’UE et créons l’option d’achat conjoint volontaire de réserves de gaz », a-t-elle ajouté.

Les propositions de règlement et de directive de la Commission créent les conditions d’un passage du gaz naturel fossile aux gaz renouvelables et à faible émission de carbone, notamment le biométhane et l’hydrogène, et renforcent la résilience du système gazier. L’un des principaux objectifs est d’établir un marché pour l’hydrogène, de créer un environnement propice aux investissements et de permettre le développement d’infrastructures dédiées, y compris pour les échanges avec les pays tiers. Les règles du marché seront appliquées en deux phases, avant et après 2030, et couvriront notamment l’accès aux infrastructures hydrogène, la séparation des activités de production et de transport d’hydrogène et la fixation des tarifs.

Une nouvelle structure de gouvernance sous la forme du Réseau européen des opérateurs de réseau pour l’hydrogène (ENNOH) sera créée pour promouvoir une infrastructure dédiée à l’hydrogène, une coordination transfrontalière et la construction d’un réseau d’interconnexion, et élaborer des règles techniques spécifiques.

La proposition prévoit que les plans de développement des réseaux nationaux devraient être basés sur un scénario commun pour l’électricité, le gaz et l’hydrogène. Il devrait être aligné sur les plans énergétiques et climatiques nationaux, ainsi que sur le plan décennal de développement du réseau à l’échelle de l’UE. Les opérateurs de réseau de gaz doivent inclure des informations sur les infrastructures qui peuvent être déclassées ou réaffectées, et il y aura des rapports distincts sur le développement du réseau d’hydrogène pour garantir que la construction du système d’hydrogène est basée sur une projection réaliste de la demande.

Selon la Commission, les nouvelles règles faciliteront l’accès des gaz renouvelables et à faible émission de carbone au réseau gazier existant, en supprimant les tarifs pour les interconnexions transfrontalières et en abaissant les tarifs aux points d’injection. Ils créent également un système de certification des gaz à faible émission de carbone, pour compléter le travail entamé dans la directive sur les énergies renouvelables avec la certification des gaz renouvelables. Cela garantira des règles du jeu équitables dans l’évaluation de l’empreinte totale des émissions de gaz à effet de serre des différents gaz et permettra aux États membres de les comparer efficacement et de les prendre en compte dans leur bouquet énergétique. Afin d’éviter d’enfermer l’Europe dans le gaz naturel fossile et de faire plus de place aux gaz propres sur le marché européen du gaz, la Commission propose que les contrats à long terme pour le gaz naturel fossile non réduit ne soient pas prolongés au-delà de 2049.

Une autre priorité du paquet est l’autonomisation et la protection des consommateurs. Reflétant les dispositions déjà applicables sur le marché de l’électricité, les consommateurs peuvent changer de fournisseur plus facilement, utiliser des outils de comparaison de prix efficaces, obtenir des informations de facturation précises, justes et transparentes et avoir un meilleur accès aux données et aux nouvelles technologies intelligentes. Les consommateurs devraient pouvoir choisir des gaz renouvelables et à faible teneur en carbone plutôt que des combustibles fossiles.

Lutter contre les émissions de méthane

Parallèlement, dans une toute première proposition législative de l’UE sur la réduction des émissions de méthane dans le secteur de l’énergie, la Commission a déclaré qu’elle exigerait des secteurs du pétrole, du gaz et du charbon qu’ils mesurent, déclarent et vérifient les émissions de méthane, et propose des règles strictes pour détecter et réparer fuites de méthane et de limiter la ventilation et le torchage. Il propose également des outils de surveillance mondiaux garantissant la transparence des émissions de méthane provenant des importations de pétrole, de gaz et de charbon dans l’UE, ce qui permettra à la Commission d’envisager d’autres actions à l’avenir.

La proposition établirait un nouveau cadre juridique de l’UE pour garantir la norme la plus élevée de mesure, de déclaration et de vérification (MRV) des émissions de méthane. Les nouvelles règles obligeraient les entreprises à mesurer et quantifier leurs émissions de méthane au niveau des actifs à la source et à mener des enquêtes complètes pour détecter et réparer les fuites de méthane dans leurs opérations. En outre, la proposition interdit les pratiques de ventilation et de torchage, qui libèrent du méthane dans l’atmosphère, sauf dans des circonstances étroitement définies. Les États membres devraient également établir des plans d’atténuation, en tenant compte de l’atténuation du méthane et de la mesure du méthane des mines abandonnées et des puits inactifs.

Enfin, en ce qui concerne les émissions de méthane des importations énergétiques de l’UE, la Commission a proposé une approche en deux étapes. Premièrement, les importateurs de combustibles fossiles seront tenus de soumettre des informations sur la façon dont leurs fournisseurs effectuent la mesure, la déclaration et la vérification de leurs émissions et la manière dont ils atténuent ces émissions. La Commission a annoncé qu’elle établirait deux outils de transparence qui montreront les performances et les efforts de réduction des pays et des entreprises énergétiques du monde entier pour réduire leurs émissions de méthane : une base de données de transparence, où les données communiquées par les importateurs et les opérateurs de l’UE seront mises à la disposition des Publique; et un outil de surveillance mondial pour montrer les points chauds émettant du méthane à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE, en exploitant notre leadership mondial dans la surveillance de l’environnement via des satellites.

Dans un deuxième temps, pour lutter efficacement contre les émissions de combustibles fossiles importés tout au long de la chaîne d’approvisionnement vers l’Europe, la Commission engagera un dialogue diplomatique avec nos partenaires internationaux et révisera le règlement sur le méthane d’ici 2025 en vue d’introduire des mesures plus strictes sur les combustibles fossiles importe une fois que toutes les données sont disponibles.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici