Nouvelles règles d’engagement : comment les Palestiniens ont vaincu Netanyahu et redéfini « l’unité »

0
235

Toutes les guerres israéliennes contre les Palestiniens au fil des ans ont été promues et justifiées par Tel-Aviv au nom de la « sécurité » et de la « lutte contre le terrorisme ».

Le plus grand défi d’Israël au cours de bon nombre de ces guerres n’a pas été la Résistance palestinienne, même si elle est inébranlable et résiliente. Le défi a toujours été la capacité de Tel-Aviv à tuer de nombreux Palestiniens, y compris des civils, sans ternir son image internationale d’oasis de démocratie et de civilisation.

Israël a perdu la bataille des relations publiques et rapidement et, maintenant, il perd également un autre type de bataille.

Tout au long de ses 75 ans d’histoire, depuis sa naissance violente sur les ruines de la Palestine historique en mai 1948, jusqu’à sa dernière guerre contre Gaza assiégée le 9 mai, l’histoire d’Israël a été associée à la violence.

La propagande occidentale pro-israélienne, ainsi que la magistrale manipulation israélienne des faits et la réécriture de l’histoire, ont permis à Israël de rejeter la responsabilité de la violence sur les autres : premièrement, les Arabes qui, soi-disant, ont attaqué Israël, sans provocation, à maintes reprises ; puis les “terroristes” palestiniens de toutes couleurs idéologiques, les socialistes, les laïcs et, depuis peu, les “intégristes islamiques”.

Hélas, la hasbara israélienne a fonctionné, non pas à cause de son pur génie, mais à cause de l’embargo quasi total sur la voix palestinienne dans tous les aspects de la vie. Cet embargo se poursuit à ce jour et s’est étendu pour atteindre les plates-formes de médias sociaux dominantes, au premier rang desquelles Facebook.

Mais le combat pour la vérité, l’intégrité intellectuelle et la liberté d’expression continue, et les succès palestiniens sont maintenant bien plus importants que toutes les tentatives d’Israël, de ses bienfaiteurs et de ses partisans pour censurer, écarter ou étouffer la voix palestinienne.

L’époque où l’on cachait les crimes israéliens ou les imputait à quelqu’un d’autre semble révolue.

Il y a des raisons pour lesquelles la propagande israélienne vit ses pires jours. Outre le pouvoir et l’influence exercés par les intellectuels palestiniens, les militants des médias sociaux et les nombreuses plateformes mises à leur disposition par le biais d’innombrables réseaux de solidarité à travers le monde, la hasbara israélienne est elle-même devenue faible et peu convaincante.

Israël est une société fragmentée. S’il est vrai que les Israéliens s’unissent souvent en temps de guerre, cette fois-ci, leur unité est obsolète et peu impressionnante.

La montée en puissance d’un gouvernement d’extrême droite, voire fasciste, sous la direction du Premier ministre assiégé Benjamin Netanyahu en décembre dernier, a généré des manifestations de masse qui ont secoué les villes israéliennes depuis lors. Pris au piège, Netanyahu avait besoin d’un exutoire, pour unifier les Israéliens en colère derrière lui et pour satisfaire ses ministres d’extrême droite. Il a choisi d’attaquer Gaza.

Le choix d’exporter les crises politiques d’Israël en Palestine est une vieille tactique. Cependant, depuis la résistance palestinienne rigide et de plus en plus forte ces dernières années, une guerre à Gaza n’est plus une option facile. La guerre de mai 2021, surnommée « Gardien des murs » par Israël et « Épée de Jérusalem » par les Palestiniens, par exemple, a été un rappel douloureux de la façon dont de telles erreurs de calcul insensées de la part de Tel-Aviv peuvent se retourner, et mal.

Ainsi, Netanyahu a eu recours à un modèle différent : une mini-guerre qui cible un groupe palestinien dans une zone isolée, à la fois, par exemple, la fosse aux lions à Naplouse, le Jihad islamique à Gaza.

Le choix de Netanyahu d’attaquer Gaza et d’assassiner les principaux dirigeants de la branche militaire du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, n’était pas un choix aléatoire. Le groupe est suffisamment fort pour qu’une opération militaire aussi décisive et sanglante puisse être commercialisée par Netanyahu et ses partisans comme une restauration de la «dissuasion», mais sans impliquer Israël dans une guerre prolongée et coûteuse avec tous les groupes de la Résistance palestinienne, tous à la fois.

Cette tactique a fonctionné dans le passé, du moins selon les propres calculs d’Israël. En novembre 2019, Israël a lancé une guerre contre le Jihad islamique à Gaza. Il a été surnommé “Ceinture noire”. Bien que d’autres groupes de la Résistance aient alors déclaré leur soutien au Jihad islamique, ils ne se sont pas engagés directement dans le combat. Pourquoi?

Pendant des années, la Résistance à Gaza a voulu changer les règles d’engagement avec Israël. Au lieu de permettre à Israël de déterminer le moment et le lieu de la guerre, sur la base du programme et du degré de préparation de Tel-Aviv, les factions de la Résistance à Gaza voulaient avoir leur mot à dire sur le moment de telles batailles.

Israël a complètement échoué à comprendre la stratégie palestinienne et a supposé que l’opération “Ceinture noire” reflétait la faiblesse, l’indécision et, plus dangereusement, la désunion des Palestiniens.

La guerre de mai 2021 et l’Intifada pour l’Unité auraient dû alerter Israël sur le fait que les groupes de la Résistance palestinienne sont restés unis et que la Salle des opérations conjointes de la Résistance, qui comprend le Hamas, le Jihad islamique, le FPLP socialiste, entre autres, continue de fonctionner à l’unisson.

Netanyahu a souhaité ignorer les messages clairs transmis par les Palestiniens, non seulement à Gaza, mais aussi par le biais de la Résistance unifiée en Cisjordanie, peut-être par désespoir de détourner l’attention de ses multiples crises politiques et procès pour corruption chez lui. Pour une raison quelconque, Netanyahu pensait qu’il serait capable de copier avec succès l’expérience de la « ceinture noire », de diviser la Résistance et de restaurer la « dissuasion ».

Peu de temps après l’assassinat des principaux commandants du Jihad islamique – Jihad al-Ghannam, Khalil al-Bahtini et Tariq Ezz al-Deen. – le 9 février, Netanyahu est apparu lors d’une conférence de presse avec son ennemi juré, le ministre de la Défense, Yoav Gallant, pour détailler prématurément la supposée victoire d’Israël. Le tour de la victoire n’a cependant pas duré longtemps. Après 35 heures de silence troublant, et alors que près de deux millions d’Israéliens se cachaient dans des abris comme s’ils attendaient leur châtiment, la Résistance a répondu.

Puis, les roquettes de la Résistance ont plu, semant la panique, de Sderot, Ashkelon et Netivot jusqu’à Rehovot ou Gush Etzion.

Soudain, la guerre de « dissuasion », baptisée « bouclier et flèche » par l’armée israélienne, est devenue le cauchemar de Netanyahu. Et pourtant, tout cela a été fait par le seul Jihad islamique, en coordination et avec le soutien du reste des factions de la Résistance.

Bien que le Hamas, le FPLP et d’autres aient pleinement soutenu le Jihad islamique dans son combat en cours, les responsables israéliens se sont toujours abstenus de recourir à leurs menaces habituelles d’assassiner tous les dirigeants de la Résistance palestinienne. La seule exception a été les commentaires du ministre israélien de l’Énergie et des Infrastructures, Israel Katz, qui a menacé, dans une interview avec Kan 11 News, d’« éliminer » les principaux dirigeants du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar et Mohammed Deif.

Maintenant que, samedi soir 13 mai, un cessez-le-feu provisoire a été conclu, les propagandistes pro-Netanyahu passeront de nombreuses heures à parler de la splendide victoire sur la « terreur », et les doreurs pro-israéliens s’efforceront de déformer les faits et de blâmer les Palestiniens , y compris les enfants, pour leur propre misère.

Mais la vérité incontestée est que la Résistance palestinienne a réussi à défier, sinon à renverser, les règles des engagements comme jamais auparavant.

Plus important encore, les Palestiniens sur le terrain nous ont montré que l’unité ne s’exprime pas à travers un langage cliché, des slogans vides et des conférences de presse dans des hôtels de luxe. C’est l’unité de ceux qui résistent sur le terrain, de Gaza à Naplouse, et de Jénine à Cheikh Jarrah, qui importe le plus.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/05/16/new-rules-of-engagement-how-palestinians-defeated-netanyahu-and-redefined-unity/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire