OTAN : la Turquie déclare que la Suède et la Finlande devraient modifier leurs lois si nécessaire | Actualités de l’OTAN

0
64

Ankara réitère sa menace de bloquer l’adhésion des pays nordiques à l’alliance de sécurité en raison d’un prétendu “soutien au terrorisme”.

Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré que la Finlande et la Suède devraient modifier leurs lois si nécessaire pour gagner le soutien d’Ankara dans leur tentative historique de rejoindre l’OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, doublant la menace d’opposer son veto à un élargissement de l’alliance.

Mevlut Cavusoglu a déclaré mardi que la Turquie, membre de l’OTAN depuis sept décennies, ne lèverait pas son opposition à l’ascension des deux pays nordiques tant que ses exigences ne seraient pas satisfaites, faisant écho aux récents commentaires du président Recep Tayyip Erdogan.

Ankara a accusé les deux pays d’héberger des personnes liées à des groupes qu’il considère comme des “terroristes”, dont le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), et a contesté leurs décisions d’arrêter les exportations d’armes vers la Turquie en 2019.

Il a exigé qu’ils mettent fin à leur soutien au PKK et à d’autres groupes, leur interdisent d’organiser des événements sur leur territoire, extradent les personnes recherchées par la Turquie pour «terrorisme», soutiennent les opérations militaires et de «contre-terrorisme» de la Turquie et lèvent toutes les exportations d’armes. restrictions.

Pour leur part, la Finlande et la Suède ont cherché à négocier une solution et d’autres États membres de l’OTAN ont déclaré qu’ils restaient convaincus que les objections soulevées par la Turquie – qui possède la deuxième plus grande armée de l’alliance transatlantique – peuvent être surmontées.

Les 30 alliés de l’OTAN doivent approuver à l’unanimité tout élargissement de l’organe de sécurité dirigé par les États-Unis.

La Suède et la Finlande “doivent changer la loi”

Cavusoglu a déclaré que la Turquie avait remis aux délégations finlandaise et suédoise en visite des documents décrivant ses demandes lors des pourparlers à Ankara la semaine dernière et qu’elle attendait leur réponse, ajoutant qu’il s’attendait à ce que les alliés travaillent pour répondre aux problèmes de sécurité.

« Nos demandes sont-elles impossibles ? Non. Nous voulons qu’ils cessent leur soutien au terrorisme », a déclaré Cavusoglu à l’agence de presse officielle Anadolu, ajoutant qu’Ankara était consciente que certaines de ses demandes nécessiteraient une modification des lois.

« Ils l’ont dit de cette façon : ‘puisque nous sommes loin des régions terroristes, nos lois sont conçues de cette façon.’ Eh bien, alors vous devez les changer », a-t-il déclaré. «Ils disent qu’il est permis à l’organisation terroriste d’organiser des événements et d’agiter ses haillons. Ensuite, vous devez changer votre loi.

Les États nordiques ont déclaré qu’ils condamnaient le « terrorisme » et étaient ouverts au dialogue.

Cavusoglu a également déclaré que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, travaillait sur la question et avait proposé de tenir des pourparlers à Bruxelles avec les trois pays, mais a déclaré que le gouvernement turc ne voyait aucun intérêt à de telles discussions avant que Stockholm et Helsinki n’aient répondu à ses demandes écrites.

« Nous devons discuter de choses concrètes », a-t-il déclaré.

Les offres d’adhésion pour dominer le sommet de Madrid

Plus tôt mardi, le directeur des communications d’Erdogan, Fahrettin Altun, a déclaré au plus grand quotidien finlandais Helsingin Sanomat que le pays devait prendre au sérieux les préoccupations de la Turquie.

“En fin de compte, le gouvernement finlandais doit décider ce qui est le plus important – rejoindre l’OTAN ou protéger ce type d’organisations”, a-t-il déclaré, faisant référence au PKK et aux autres groupes qu’Ankara considère comme des “terroristes”.

Les remarques d’Altun interviennent après que Stoltenberg a déclaré lundi que le prochain sommet de l’alliance à Madrid serait une occasion « historique » de renforcer l’alliance face à l’agression russe contre l’Ukraine.

Il a ajouté que le sommet du 28 au 30 juin, qui devrait être dominé par les candidatures d’adhésion de la Suède et de la Finlande, redéfinira les priorités stratégiques de l’OTAN pour la prochaine décennie.

Il s’agit notamment de faire face aux ambitions géopolitiques chinoises et à la montée d’États antidémocratiques, mais l’objectif le plus immédiat de l’alliance sera de savoir comment continuer à soutenir l’Ukraine et contenir le président russe Vladimir Poutine.

“Au sommet de Madrid, nous tracerons la voie à suivre pour la prochaine décennie, nous réinitialiserons notre dissuasion et notre défense pour un monde plus dangereux”, a déclaré Stoltenberg lors d’une visite dans la capitale espagnole.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/31/turkey-says-sweden-finland-must-amend-laws-to-meet-nato-demands

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire