OTAN-Russie : il est temps de suspendre l’Acte fondateur

0
188

Au cours d’une période de plus grands espoirs pour la Russie tempérée par des incertitudes, le président Bill Clinton a cherché à la fois à élargir l’OTAN et à construire un partenariat stratégique entre l’Alliance et Moscou. En tant que membre de son équipe du Conseil de sécurité nationale, nous avons tous les trois travaillé sur l’approche qui a produit l'”Acte fondateur de 1997 sur les relations mutuelles, la coopération et la sécurité entre l’OTAN et la Fédération de Russie”. Il formalisait une relation OTAN-Russie que nous considérions comme une « alliance avec l’Alliance » potentielle et contenait des garanties de sécurité pour Moscou.

Alors que l’Acte fondateur a produit des résultats tangibles dans ses premières années, l’Europe fait face aujourd’hui à une Russie agressive et revancharde. Les actions du président russe Vladimir Poutine ont détruit la base de la coopération. L’OTAN devrait suspendre l’Acte fondateur et, en particulier, renoncer à son assurance concernant le stationnement de forces conventionnelles sur le territoire des nouveaux États membres.

Les dirigeants de l’OTAN et de la Russie se sont rencontrés en mai 1997 — deux mois avant que l’Alliance n’invite la Pologne, la Hongrie et la République tchèque à adhérer — et ont conclu l’Acte fondateur. Le document énonce les objectifs et les principes de « la consultation, la coopération, la prise de décision et l’action conjointes » entre l’OTAN et la Russie. Son cadre ambitieux reflétait une vision commune selon laquelle l’Alliance et la Russie pouvaient travailler ensemble « pour construire une Europe stable, pacifique et non divisée, entière et libre », créant les habitudes de coopération qui, entre autres, apaiseraient les inquiétudes de Moscou concernant l’impact militaire de l’élargissement.

L’Acte fondateur contenait deux garanties essentielles pour montrer que l’élargissement de l’OTAN ne représentait aucune menace militaire pour la Russie. Premièrement, les membres de l’OTAN ont réitéré qu’ils n’avaient « aucune intention, aucun plan et aucune raison de déployer des armes nucléaires sur le territoire des nouveaux membres » (les « trois non »). Deuxièmement, l’Alliance a déclaré que « dans l’environnement de sécurité actuel et prévisible », la défense de l’OTAN n’exigeait pas le « stationnement permanent supplémentaire de forces de combat substantielles » chez les nouveaux membres. La Russie s’est engagée à faire preuve de la même retenue.

Malheureusement, l’environnement de sécurité européen ne s’est pas développé comme l’espéraient les dirigeants de l’OTAN. L’Occident n’était pas irréprochable, mais la majeure partie de la responsabilité de la détérioration incombe à Poutine et au Kremlin. Les actions malveillantes de la Russie ont inclus un vaste programme de modernisation militaire, des cyberattaques, des campagnes de désinformation et une position de plus en plus hostile envers l’Occident.

En 2014, Moscou a violé les engagements pris dans l’Acte final d’Helsinki de 1975 et réaffirmés dans l’Acte fondateur lorsque son armée s’est illégalement emparée de la Crimée et a fomenté le conflit dans l’est de l’Ukraine. En février dernier, la Russie a ré-envahi l’Ukraine sur plusieurs fronts, déclenchant la plus grande guerre que l’Europe ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale. Les actions de la Russie ont violé ses engagements dans l’Acte fondateur et éviscéré les objectifs et les principes convenus il y a 25 ans.

Les dirigeants de l’OTAN se réuniront à Madrid les 29 et 30 juin pour adopter une nouvelle stratégie de l’Alliance et des mesures visant à renforcer la posture de défense et de dissuasion de l’OTAN à la suite de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Ils devraient également suspendre l’Acte fondateur.

L’Alliance peut continuer à respecter les « trois non » pour dissuader les menaces nucléaires russes. L’OTAN devrait cependant renoncer à sa promesse de s’abstenir de stationner en permanence des forces de combat substantielles.

De 1997 à 2014, l’OTAN n’a stationné aucune force de combat terrestre dans les nouveaux États membres. Les États-Unis ont tellement réduit leurs forces en Europe qu’en 2013, aucun char n’y était stationné en permanence.

À la suite des premiers assauts de la Russie contre l’Ukraine en 2014, l’Alliance a déployé, à tour de rôle, de petits groupements tactiques de la taille d’un bataillon dans les États baltes et en Pologne, essentiellement sous forme de fils-pièges, et les États-Unis ont mis en place une brigade blindée en Pologne à tour de rôle. . Cette année, alors que la Russie se préparait et entrait en guerre contre l’Ukraine, l’OTAN a temporairement placé des forces supplémentaires sur son flanc oriental, y compris de nouveaux groupements tactiques rotatifs en Roumanie, en Bulgarie, en Hongrie et en Slovaquie, afin de dissuader l’éventuelle propagation de l’agression russe sur le territoire de l’OTAN. .

Quelle que soit la fin de la guerre russo-ukrainienne, les membres de l’OTAN doivent accepter qu’ils font face à une menace militaire à long terme à l’est. Pour s’assurer que le Kremlin ne tente rien contre un membre de l’OTAN, il faut que l’Alliance stationne, de façon permanente, des forces de combat plus robustes en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne et en Roumanie. Pour dissuader la Russie d’aujourd’hui, ces forces devraient servir plus que des fils-pièges et disposer de capacités terrestres et aériennes suffisantes pour retenir les forces attaquantes jusqu’à l’arrivée des renforts alliés.

Bien sûr, Moscou n’aimera pas cela, mais il a perdu toute raison pour que l’OTAN prenne au sérieux les objections du Kremlin.

L’Acte fondateur a été l’occasion de construire une nouvelle Europe en mettant en place des mécanismes de dialogue et de coopération entre la Russie et l’OTAN. Malheureusement, cela a échoué. La suspension laissera ouverte la possibilité qu’elle soit rétablie ultérieurement, lorsque la Russie renouvellera son adhésion aux principes de l’ordre international fondé sur des règles. Cependant, cela pourrait ne se produire qu’après le départ de Poutine et une nouvelle génération de dirigeants russes démontrant que la Russie partage à nouveau l’objectif d’une Europe stable, pacifique et non divisée.

Les ambassadeurs Daniel Fried, Steven Pifer et Alexander Vershbow sont des officiers retraités du service extérieur américain. Ils ont été directeurs principaux du Conseil de sécurité nationale sous l’administration Clinton et ont ensuite occupé divers postes de direction sous les administrations Clinton, Bush et Obama.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire