Par la lutte, la Bolivie est devenue le centre du monde

0
31

L’humanité se trouve à un moment crucial. Ce ne sont pas seulement la guerre et le changement climatique qui menacent la vie sur notre planète. Les idéologies et certaines personnes aussi.

Nous savons que l’argent et la production de richesse et de bien-être ont créé un fossé toujours plus grand et plus profond entre les personnes, les quartiers, les villes et les pays, fossé qui a été exacerbé par la pandémie.

J’aimerais donc que nous arrêtions de nous considérer comme une périphérie pauvre dans un processus de mondialisation qui a été inégalitaire, colonial et raciste.

En Bolivie, depuis le début de ce siècle, nous nous sommes battus contre certaines des questions les plus importantes et les plus décisives pour l’avenir de l’humanité : l’eau, notre feuille de coca sacrée, les biens que nous possédons et que nous pouvons partager grâce à la générosité des Pachamama, et, bien sûr, le droit de prendre collectivement des décisions sur nos vies.

Chaque bataille, chaque sacrifice fait depuis des endroits comme El Alto (en La Paz) et Cochabamba, nous a confrontés et nous confronte aux propriétaires du pouvoir et de l’argent.

Au cœur de chacune de nos luttes se trouve notre besoin impérieux de rester en vie, de construire enfin un monde digne de vivre dignement.

Pas demain, aujourd’hui. La Bolivie est le centre du monde. Tout comme le Dakota du Nord, ou le Chiapas, ou les quartiers pauvres de Caracas.

Oui, nous sommes pauvres et éloignés des centres puissants de décision économique et politique. Mais en même temps, nous vivons au centre des batailles les plus importantes. Des batailles menées depuis nos plus petites tranchées, communautés, quartiers, villes, jungles et forêts.

Ce que je vous décris n’est pas qu’un simple changement de discours. Nous voulons nous penser différemment, parce que si nous le faisons, au cœur de la vraie bataille pour la vie, nous pouvons regarder le monde et nos sœurs et nos frères avec des yeux nouveaux. Si nous sommes condamnés à être à la marge, nous n’irons pas loin.

C’est en construisant ainsi, à partir des centaines et des milliers de centres où se définit la vie, que nous nous battons pour l’essentiel : l’eau, la nourriture, le logement, l’éducation, la dignité — peut-être à partir de là pouvons-nous construire un nouvel horizon. En tissant ensemble nos besoins, nos réalisations, voire nos erreurs, il est possible de démanteler des siècles de colonialisme, de pillage brutal de nos territoires et d’assujettissement forcé de notre peuple.

En Bolivie, nous avons dû puiser dans nos traditions et connaissances millénaires Aymara et Quechua ; par exemple, les peuples qui définissent une grande partie de ce qu’est ce pays. Mais ce ne sont pas seulement les peuples d’origine indigène qui ont lutté contre le capital. Ce n’est pas non plus l’obligation d’un peuple d’être l’avant-garde ou la réserve morale du genre humain.

Nous sommes ce que nous sommes. Nous savons, entre nous, ce que nos grands-parents nous ont transmis. Pour cette raison, à partir de notre expérience vécue, je vous invite à commencer ce voyage, d’abord en rétablissant ce qui est important, afin que nous puissions commencer à nous voir comme les gens dans les rues de Cochabamba étaient vus après les guerres de l’eau, sachant qu’il est possible et qu’il y a une autre vie qui attend derrière les barricades, derrière les grèves et les barrages routiers, et c’est notre héritage commun.

Cela nous est également arrivé en octobre 2003, lorsque El Alto s’est transformé, pour quelques instants, en centre du monde. Avec des bâtons et des pierres, avec de la volonté, les Aymara ont rejeté la vente de nos richesses – la mort prescrite par un président corrompu et insensé.

Là, dans cet épicentre brûlant, tout ce qui compte était en jeu. Les centres de pouvoir et de prise de décision mondiale étaient notre périphérie. Sans aucun doute, je ne pense pas que nous soyons la périphérie. Ce mini-recensement ne se veut pas paralysant. Plutôt l’inverse.

En tant que Bolivien, en tant qu’Aymara, en tant que personne qui a vécu l’une des batailles les plus décisives pour tout changer, je sais que nous ne pouvons pas ignorer la catastrophe quotidienne que nous avons vue au Sri Lanka, dans les bateaux remplis de réfugiés en Méditerranée , dans ce mur qui sépare l’Amérique du Nord du reste de l’Amérique, dans les territoires aborigènes d’Australie, ou dans la famine vécue par les filles et les garçons de La Guajira en Colombie.

Pour pouvoir contempler l’immensité de notre horizon, pour pouvoir rêvasser devant l’altiplano andin et ses sommets, peut-être faut-il se donner une autre perspective, un nouveau centre.

En Bolivie, comme dans tant d’autres endroits, ce qui est en jeu n’est pas un ensemble de biens ou un lopin de terre, pas même un gouvernement. Nous nous sommes battus pour défendre la vie elle-même, pour la nourrir et la voir grandir dignement. Nous ne connaissons rien de plus important à faire en ces temps difficiles.

Nous sommes le centre du monde.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire