Partout en Afrique, les conflits liés à l’eau menacent la sécurité, la santé et l’environnement

0
45

Habituellement submergés par l’eau, les souches d’arbres et le sable sont exposés lorsque le barrage Theewaterskloof en Afrique du Sud s’est asséché en 2018. (Crédit image : Zaian/Wikimedia Commons)

L’eau est une ressource limitée sur notre planète. Nous ne pouvons compter que sur ce que nous avons, ce qui se traduit par environ 2,5 % d’eau douce potable. De cette quantité, seulement 0,4 % existe actuellement dans les lacs, les rivières et l’humidité dans l’atmosphère. La pression de cette offre limitée augmente de jour en jour et, à mesure que cela continue, l’impact néfaste continuera de se faire sentir dans les endroits les moins équipés pour trouver des solutions alternatives, en particulier le continent africain.

On estime que la population mondiale atteindra environ 9,6 milliards de personnes d’ici 2050. C’est le triple du nombre d’humains sur la planète il y a quelques décennies à peine, devant vivre avec la même quantité d’eau, sans tenir compte des animaux et des plantes non humains qui dépendent également de l’eau pour survivre.

Plus d’un tiers de la population de la planète qui n’a pas accès à une eau propre et salubre vit en Afrique subsaharienne. Et près des deux tiers, soit quelque quatre milliards de personnes, vivent dans des zones où l’eau est rare. Alors que ce nombre devrait augmenter régulièrement, les Nations Unies prévoient qu’environ 700 millions de personnes dans le monde pourraient être “déplacées par une pénurie d’eau intense” d’ici 2030.

Conflit et crise liés à la rareté

Chaque année, le monde connaît des événements extrêmes liés à l’eau, notamment des vagues de chaleur et des sécheresses. En 2021, sur le seul continent africain, Madagascar, le Kenya et la Somalie ont connu de graves pénuries d’eau. Et avec la rareté, les conflits ont tendance à suivre.

Un certain nombre de conflits africains sont alimentés par la concurrence pour la diminution des ressources naturelles. Au niveau de l’État, l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan sont engagés dans un différend persistant au sujet de l’eau douce dans le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne. Des problèmes similaires se posent à tous les niveaux de la société.

Le Cameroun, par exemple, a connu en décembre 2021 une violente dispute sur l’eau entre pêcheurs et éleveurs dans une ville proche de la frontière tchadienne. personnes déplacées de leurs foyers alors que les deux groupes se battaient.

“Une fois que les conflits s’aggravent, ils sont difficiles à résoudre et peuvent avoir un impact négatif sur la sécurité de l’eau, créant des cercles vicieux de conflits”, a déclaré Susanne Schmeier, maître de conférences en droit et diplomatie de l’eau à l’IHE Delft.

Cette boucle de rétroaction négative alimentée par les conflits est encore aggravée par l’effet sur la qualité de l’eau, l’agriculture et la migration forcée. « À de très rares exceptions près, personne ne meurt littéralement de soif », a déclaré Peter Gleick, directeur du Pacific Institute, basé à Oakland. “Mais de plus en plus de personnes meurent à cause de l’eau contaminée ou de conflits liés à l’accès à l’eau.”

Cette idée témoigne de l’interaction complexe entre la pénurie d’eau et les conflits. Selon une étude du Pacific Institute, l’impact de l’eau sur l’agriculture joue un rôle encore plus important dans la contribution aux conflits, un point de vue étayé par le fait que l’agriculture représente 70 % de l’utilisation de l’eau douce en Afrique.

Un autre facteur de conflit est l’impact social des pénuries d’eau. Avec jusqu’à un quart de la population mondiale confrontée à une grave pénurie d’eau au moins un mois par an, les gens sont contraints de migrer. En 2017, au moins 20 millions de personnes d’Afrique et du Moyen-Orient ont quitté leur foyer en raison de pénuries alimentaires et de conflits causés par une grave sécheresse.

Insécurité alimentaire due à l’impact sur la faune et l’agriculture

L’insécurité alimentaire causée par les pénuries d’eau est aggravée par la disparition de la faune. Avec une baisse de leurs saisons des pluies, les moutons, les chameaux et les bovins du Kenya sont en déclin. Cela a conduit à une menace de 2,5 millions de personnes potentiellement privées de nourriture en raison de la sécheresse, selon les Nations Unies.

L’impact de la sécheresse pèse lourdement sur l’agriculture, en particulier dans les comtés où elle constitue le pilier de leur économie. En Afrique du Sud, par exemple, l’agriculture est essentielle au fonctionnement du pays en matière de création d’emplois, de sécurité alimentaire, de développement rural et de devises.

Les pénuries d’eau dans le pays affectent à la fois les agriculteurs commerciaux et les agriculteurs de subsistance. Mais ce sont les agriculteurs de subsistance qui sont les plus durement touchés par les sécheresses, selon un article de 2021 publié par un groupe de scientifiques internationaux dans la revue Science of the Total Environment.

Alors que les agriculteurs commerciaux sont en mesure de compenser un manque de pluie grâce à des approvisionnements en eau alternatifs, ainsi qu’à des technologies de stockage et d’irrigation, les agriculteurs de subsistance qui dépendent de la pluie, écrivent les scientifiques, “sont particulièrement sensibles à la sécheresse car ils dépendent fortement de l’eau sensible au climat”. Ressources.” Ils soulignent également que l’impact est aggravé par le fait que cette forme d’agriculture est liée à la propre sécurité alimentaire des agriculteurs.

Adaptation

Il n’y a aucun moyen d’éviter les impacts de la rareté de l’eau et de la sécheresse. La meilleure chose à faire est de gérer et d’atténuer les risques dans la mesure du possible. Un outil proposé par le groupe Water, Peace and Security est un moniteur d’alerte précoce capable de suivre les informations sur les précipitations, les rendements des cultures et les facteurs politiques, économiques et sociaux. Selon le groupe, cet outil permettrait de “prédire les conflits liés à l’eau jusqu’à un an à l’avance, ce qui permet la médiation et l’intervention du gouvernement”.

Les accords de partage de l’eau constituent une autre approche courante de réduction des risques en cas de conflit. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, 200 de ces accords ont été signés. Malgré cela, l’ONU a toujours échoué à introduire une convention sur l’eau qui verrait plus de 43 pays partager des rivières et des lacs transfrontaliers.

Un bon exemple où un accord de partage de l’eau a permis d’éviter les conflits se trouve en Afrique australe. En 2000, alors que les tensions montaient au sujet des ressources partagées, un accord a été conclu entre le Lesotho, l’Afrique du Sud, le Botswana et la Namibie qui a permis d’éviter de nouveaux problèmes.

La réduction des pertes en eau reste la méthode la plus recommandée que les pays devraient adopter pour éviter de futures catastrophes. L’agriculture et les mines, en particulier, sont deux industries qui pourraient faire davantage pour limiter leur gaspillage d’eau. Une autre politique, suggérée par l’Islande, consiste à augmenter le prix de l’eau en fonction de son approvisionnement, afin de contribuer à réduire le gaspillage d’eau.

Le dessalement est également une méthode populaire utilisée pour libérer plus d’eau, en utilisant l’eau de mer pour augmenter l’approvisionnement. L’Arabie saoudite, par exemple, utilise le dessalement pour fournir au pays au moins 50 % de son approvisionnement en eau. Le recyclage de l’eau, dite « grise », est une autre alternative peu coûteuse utilisée par les agriculteurs pour compenser l’impact de la sécheresse.

Alors que la rareté de l’eau devient de plus en plus courante, ces stratégies d’atténuation et d’adaptation le seront aussi. La question est, seront-ils suffisants ?

Cet article a été produit par Earth | Nourriture | Life, un projet de l’Independent Media Institute.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/22/across-africa-water-conflict-threatens-security-health-and-the-environment/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire